Festival du Livre de Mouans-Sartoux 2013

Ici sont relayées les informations concernant l'actualité du monde de l'imaginaire, les bons plans livresques, les festivals littéraires et les dédicaces. Toute contribution est bonne à prendre, partagez vos informations !
Répondre
Avatar du membre
Lewan
Assidu
Messages : 163
Inscrit le : 09 sept. 2013

Message par Lewan » 09 sept. 2013, 16:21

Bonjour, je viens d'arriver mais comme la date approche je me permet de parler du festival du livre de Mouans-Sartoux, les 4, 5 et 6 Octobre 2013

Il s'agit du 26ème Festival organisé par Mouans-Sartoux (dans le 06), qui se déroule au cœur de la ville, autour du cinéma la strada et le long de la route. Plusieurs chapiteaux abritent différent "thèmes". Jeunesse, association, adulte... Il y a également une salle de conférence avec de nombreux intervenants et le cinéma est réquisitionné pour passer des films spécifiques dont il est ensuite possible de débattre.

Le point fort de ce festival est de réellement pouvoir rencontrer les auteurs, leur parler, faire signer leurs livres, prendre des photos... L'ambiance est très bon enfant et les invités vraiment intéressants. Il y a quelques années j'ai pu voir Pierre Bottero par exemple... Il y a même eu Bernard Werber si mes souvenirs sont bons ! Ainsi qu'Erik l'Homme.

Je vous le conseil vraiment car tout y est très bien organisé, l'entrée est on ne peut plus raisonnable (je crois que c'est 4euros pour les 3 jours...), et gratuite pour les mineurs et étudiants.
Les stands sont biens disposés, les auteurs accessibles, l'accueil chaleureux... Un vrai plaisir !
En plus on peut manger absolument partout xD directement à l'intérieur ou juste à côté, pas besoin de prendre sa voiture pour faire le tour TOUT est accessible à pied. Super encadrement également puisque les pompiers et la sécurité sont omniprésents.

Voilà, si vous êtes dans le coin, j'espère que vous pourrez passer y faire un tour =)

Voici le lien officiel pour plus de détails : http://www.lefestivaldulivre.fr/


Avatar du membre
Agenor
Administrateur
Messages : 6744
Inscrit le : 12 déc. 2012
Localisation : Grand Est !
Genre :
Âge : 28

Message par Agenor » 10 sept. 2013, 16:36

Je ne connaissais pas du tout ce festival ! Bon, c'est dommage que ce soit un peu loin :/

En plus on peut manger absolument partout xD
Ca c'est un argument choc ... :mrgreen:
Avatar du membre
Lewan
Assidu
Messages : 163
Inscrit le : 09 sept. 2013

Message par Lewan » 10 sept. 2013, 20:15

Quand on fait les trois jours de l'ouverture à la fermeture, c'est un argument de taille ! A-bas l'hypoglycémie xD
Avatar du membre
Tanii
Fidèle
Messages : 775
Inscrit le : 25 déc. 2012

Message par Tanii » 11 sept. 2013, 10:30

Ca a l'air intéressant, d'autant plus que je ne connaissais pas. Mais je serai au Japon alors je veux bien un p'tit compte-rendu ! :D
Avatar du membre
Lewan
Assidu
Messages : 163
Inscrit le : 09 sept. 2013

Message par Lewan » 11 sept. 2013, 11:06

Volontiers ! :sunny:  
J'espère voir une belle brochette d'auteurs jeunesse...
Avatar du membre
Kinoko
Intégré
Messages : 63
Inscrit le : 14 avr. 2013

Message par Kinoko » 13 sept. 2013, 15:53

Présenté comme ça, ça fait envie ! C'est trop loin de chez moi malheureusement, mais je lirai avec plaisir ton résumé =D
Avatar du membre
Kallindra
Rat de bibliothèque
Messages : 2066
Inscrit le : 13 avr. 2013
Genre :

Message par Kallindra » 13 sept. 2013, 16:16

C'est à l'autre bout de la France pour moi :oops:  
Image
Avatar du membre
Lewan
Assidu
Messages : 163
Inscrit le : 09 sept. 2013

Message par Lewan » 18 sept. 2013, 08:41

C'est vrai que plus au Sud-Est c'est compliqué xD Et du coup pas très accessible... Faudrait venir pendant les vacances en fait ^^" Mais non, c'est en pleine reprise TT
Quand j'étais encore au lycée je séchais (avec autorisation parentale bien sûr) le vendredi pour pouvoir profiter des trois jours :rool:  
Avatar du membre
Lewan
Assidu
Messages : 163
Inscrit le : 09 sept. 2013

Message par Lewan » 08 oct. 2013, 11:15

Compte-rendu terminé ! J'attends que ma meilleure amie relise, vu que niveau mémoire chronologique je suis assez nulle (TT) puis je vous post un pavé de chez pavé héhéé =p Avec des photos en prime parce que je suis adorable /PAN/, et si vous voulez je peux scanner les dédicaces ^^
Je reviens vite avec tout ça !
Avatar du membre
Lewan
Assidu
Messages : 163
Inscrit le : 09 sept. 2013

Message par Lewan » 08 oct. 2013, 16:05

Comme demandé et comme promis, voilà le compte rendu ! ^^

Compte-rendu du Festival du Livre Mouans-Sartoux, du vendredi 04 au dimanche 06 Octobre 2013


04 Octobre  2013

Commençons par poser le décor.

Pour ce Festival, nous suivons les aventures de : Coralie, Christilla, et moi. Christilla est ma petite cousine de 15ans, en route pour sa deuxième année de festivalière, et Co’ et Laulie, avec à leur compteur déjà six ans d’endurance.

L’équipement nécessaire à des festivalières de choc : un sac, le plus léger possible sinon gare aux épaules contusionnées ; une bouteille d’eau ; une mini trousse de soins (on sait jamais) ; un portable pour rester joignable et guider de potentiels nouveaux arrivants ; un parapluie et une veste de secours (à laisser dans la voiture). Attention à l’intérieur des chapiteaux la température monte –non pas comme ça, espèces de pervers TT- prévoyez donc un t-shirt. Et enfin, l’objet indispensable : le combo petit carnet/stylo.

Ne pas sous-estimer le petit carnet, c’est lui qui nous permettra de faire le tri pour optimiser nos achats. Ces derniers seront nommés « achats réfléchis ». J’explique : Repérer des livres intéressants, sans les acheter, et les noter sur le petit carnet. Le soir rentrer à la maison, se renseigner sur les dits livres, et effectuer un premier tri. Pareil le lendemain, et ne passer à la caisse qu’une fois le tri terminé, le choix arrêté.
Nous distinguons ces achats réfléchis des achats impulsifs. Il s’agit de gros coups de cœur ou d’urgences absolues (rupture de stock imminente par exemple).  Attention, un achat impulsif malmène le porte-monnaie et peut faire manquer une super affaire repérée plus tard.

Ne pas oublier : une festivalière de choc est aussi une grande sportive (MWHAHAHAHAAAA !!!!). Ok, je corrige : une grande sportive UNE FOIS par an TT Car oui, nous allons marcher, écumer les stands, les allées et les rues en long en large et en travers. Mais le résultat en vaut la chandelle (en plus de supers futures lectures on gagne un beau popotin et des jambes d’acier XD). Pensez donc à ne pas porter de talons ou de chaussures étroites.

Bien ! Maintenant que vous savez à quoi vous attendre, entrons dans le vif du sujet de ce premier jour.

Coralie et moi arrivons l’après-midi (Christilla nous rejoint Samedi et Dimanche). A peine extirpées de la voiture, direction la Librairie Expression. Car, oui cette année ma librairie fétiche dispose de son propre stand, dans l’espace B U_u  Bonjour rapide à tout le monde que nous découvrons bien installé, puis go pour l’espace D.
Aaaaah l’espace D. Six ans d’exploration et on ne s’en lasse pas. Le temple des lecteurs de YA, de SFFF, et de littérature jeunesse. On trouve Jaal presque de suite. Jaal est l’auteur des Peter Poth, mais aussi d’un thriller (L’usurpateur), et d’un autre roman (L’Arche).  Mais c’est aussi et surtout le premier auteur avec qui nous avons sympathisé, il y a six ans, alors que nous tenions le stand Raisins Verts. (Raisins Verts est un recueil de nouvelles écrites par les lycées du Lycée Amiral de Grasse. Faut les encourager).

Bref, Jaal a plus encore de festivals à son actif, un véritable vétéran XD Comme chaque année les retrouvailles sont bon enfants, et on croirait retrouver un pote quitté la veille (même si je n’arrive toujours pas à le tutoyer. Mais à sa demande, j’y travail XD).

Image
(Ci-dessus Jaal à son stand. Pas mal les couvertures, non ?)

Rapidement je m’aperçois que quelque chose a changé, et en bonne obsessionnelle, je ne trouverai pas le repos avant d’avoir mis le doigt dessus.  Certes, Jaal présente un nouveau carnet d’illustration de l’univers Peter Poth. Mais ça, c’est normal, chaque année il présente une nouveauté. Ensuite, le stand de la Librairie Papiers Collés de Draguignan a changé de place. Passe encore. Finalement c’est Coralie qui trouve le problème : il n’y a plus l’espace Café Littéraire où intervenaient différents auteurs sur l’estrade et au micro, l’interview s’entendant dans tout le chapiteau. Zut. Cela veut dire qu’il nous faudra changer de tente pour y assister.  
A peine le temps de râler un peu (pour la forme) de ce changement, que nous partons déjà en repérage.

Pas besoin d’aller bien loin : au stand voisin deux auteures nous attendent déjà. Diana CALLICO, avec son roman La Croisade des Carpates, qui a pour particularité d’être écrit à quatre mains avec sa fille. Il suffit de prononcer le mot « Vlad Drakul » pour nous ferrer. Et quand en plus elle explique que, même si le roman est fantastique, Vlad Drakul n’est pas un vampire, j’adhère totalement. Cette fois le personnage s’inspire du véritable homme, ayant existé, et le ramène à ce qu’il était : un grand guerrier. A partir de là, voilà Éva, une jeune fille du XXIème siècle, projetée dans le corps de la fiancée de Vlad, avec tous ses préjugés sur le bonhomme. Je m’arrête là, je créerai une fiche sur tous les livres que je cite.
Sincèrement intéressées, Coralie et moi promettons de le lire, et moi de l’acheter dans les jours à venir pour avoir une dédicace x)

Image
(Voici Diana CALLICO :) )

A gauche de La croisade des Carpates, c’est L’attente d’Eleova qui nous appel. Ou plutôt son auteure, Marion DHUIQUE-MAYER, toute pétillante qui nous présente son roman. Là encore difficile de résister, mais il suffit que je dégaine mon petit carnet en pensant « achats réfléchis » pour gérer ma fièvre acheteuse de lectrice insatiable. Et voilà les deux premiers romans inscrits sur ce fidèle compagnon ! Bien sûr en réalité mon choix est déjà fait. Une double dédicace ne se refuse pas !! Il faut donc déjà commencer à compter avec deux livres dans mon panier virtuel.

Image
(Marion DHUIQUE-MAYER. Elle a l’air sympa ? Elle l’est ! ^^)


La visite se poursuit en mode repérage intensif, et le petit carnet se noirci peu à peu. Squattage intensif du Stand Papiers Collés qui croule sous les nouveautés, grands succès, futurs grand succès, tout ça principalement pour les amateurs de SFFF et bit-lit. C’est ici que je trouve le tome trois d’Indiana Teller, et comme on m'affirme que c’est le seul exemplaire sur place, je sombre dans une réservation impulsive. Qui n’est même pas pour moi, mais pour ma mère, fan de la saga. Je reviendrais plus tard chercher ce brave livre, en attendant je ne veux pas m’encombrer.

L’heure du goûter sonne. Pour info, chaque année au festival, Goûter rime avec Crêpes. Le Festival sans crêpes n’est plus vraiment LE Festival. Mais là, horreur. Les crêperies ne font plus de crêpes !! Nous vivons un drame crêpier… S’en suit une phase d’errance désespérée à la recherche d’un goûter convenable. Nous échouons finalement devant une vitrine de glaces ; deux euros la boule. Ouch.  Vanille pour Co’, Irish Coffee pour moi. Il est alors 16h53, ce qui porte préjudice à notre humeur xD
Mais hauts les cœurs ! Nous nous posons donc un petit muret, en face du chapiteau D, bien au frais où nous nous adonnons à nos passe temps favoris : Papotages, râleries, potins, complots corruptifs et tentative d’extorsion.

Bien échauffées, nous décidons de râler encore un peu, auprès de Jean-Paul, cette fois, où nous nous plaignons au sujet des crêpes. Coralie propose une astuce qui devrait révolutionner le Festival : « un livre acheté une crêpe offerte ». L’idée est prise très au sérieux et on s’attend presque à le voir revenir demain avec une crêpière.
Notre frustration expiée, retour en D papoter avec JAAL dont les livres ont l’air de bien s’écouler, puis go au stand des BD à la recherche de Dingo Dossiers. Là, le gentil exposant nous entend parler de crêpes (oui, encore) et nous informe de l’existence d’une crêperie apparemment opérationnelle un peu plus loin. Nous prenons la nouvelle comme une véritable délivrance, et c’est gonflée d’espérance (mais sans Dingo Dossiers), que nous poursuivons notre périple. Pour info, la librairie de notre informateur est basée à Antibes, en face du cinéma si je me souviens bien. Grâce à lui, demain nous consommerons peut-être un goûter digne de ce nom. En attendant, retour aux Papiers Collés pour l’achat de mon livre réservé.

Pendant notre dernier tour du jour, on croise MOMAR, figure emblématique du festival qui nous régal de ses contes africains en se targuant régulièrement d’être « un baobab ambulant ». Nous promettons d’aller écouter ses contes le lendemain, puis vient la première tournée des au revoir, à Jaal, ses voisines de stand, et Jean-Paul, puis il est temps de partir.
Le soir Christilla débarque en renfort et, à partir de demain, nous serons trois à profiter des joies du Festival.    


05 Octobre 2013

Cette fois départ dès le matin et arrivée autour de 10h30. On nous reconnait facilement à l’entrée de sorte qu’on ne sort plus nos tickets et truc d’étudiants que par formalité.  Fortes du programme de la journée pastiché de fluo jaune, un semblant d’emploi du temps se dessine. Alors au pas de courses mesdemoiselles le pillage ne fait que débuter !

Tout d’abord direction le stand des Raisins Verts où il me faut acheter le nouveau cru des élèves de mon ancien lycée. Bonne nouvelle : la relève est assurée ! Les écrits sont nombreux, le livre épais, et la couverture enfin en corrélation avec le titre !! Mauvaise nouvelle : le prix a doublé (7 euros désormais) et j’apprends que le Lycée ne finance plus l’édition et que les ventes sont la seule source de revenus servant à financer les éditions futurs. Merde ! Du coup mes 7€ ne me manquent plus. J’aime cette tradition et je m’insurge de ce manque de soutient.

Me reviens alors l’article lu la veille dans le journal du festival, présentant Thomas CARRERAS et son livre 50 cents. Nous repérons son stand assez rapidement et il nous accueil aussitôt avec un peps et une bonne humeur contagieuse. Je me rends rapidement à l’évidence, je cèderai encore aujourd’hui à un achat impulsif. Mais mieux vaut ne pas prendre de risque, qui sait s’il ne sera pas dévalisé en cours de route ? Petite dédicace et nous décidons de revenir plus tard pour papoter et prendre des photos.

Image
(Thomas CARRERAS ! premier festival ou pas, c’est déjà une star. Un conseil, suivez-le !)

 
Le reste de la matinée est libre, nous le consacrons donc au grand tour de bonjour, ça va, ça marche, félicitations vous figurez toujours sur le petit carnet d’achats réfléchis. Un rituel qui débute au chapiteau D (jeunesse) et qui s’achève en B (espace beaux livres). Á ce dernier je retrouve une fois de plus mon libraire préféré, Jean-Paul, au stand de la Librairie Expres​sion(la mienne, à moi rien qu’à moi U_u). Là Je peux enfin rencontrer brièvement Jean-Pierre Goux, l’auteur de Siècle Bleu, ainsi que Christelle Robin auteure de Le voile rose de la mariée mais aussi Ma de sa propre maison d’édition la Mécanique de Serpent. J’ai lu les deux. Ma préférence est à Siècle Bleu mais je salue le travaille de C. Robin dont le petit livre carré est ce que je considère comme une bonne surprise stylistique (à réserver toutefois aux esprits bien accrochés).  

Nous promettons de revenir dans l’après-midi pour assister à la présentation officielle de la Librairie sur scène et au micro (la-classe), puis voilà notre joyeux trio fonçant vers un objectif moins glorieux mais tout aussi vital : la sustentation. Direction notre buvette fétiche du chapiteau D, rapide coucou au passage à Jaal qui est bien occupé avec ses jeunes clients, et paf ! ça fait des hotdogs. Si on oubli parfois les plaisirs simples de la vie, au Festival on réapprend à aimer une chose en particulier : s’assoir. Et si j’en crois les « aaah » de soulagements de ma cousine et de Coralie, nous partageons la même vision du bonheur absolu à ce moment précis xD Métamorphosées en morphales sanguinaires nous avalons notre déjeuner en trois coups de dents et réquisitionnons en plus une part de pizza arrosée d’Ice Tea. Ça y est, les batteries sont rechargées, l’après-midi peut enfin commencer !
Mais pas sur les chapeaux de roues. Car il faut attendre 15h avant d’entamer notre programme. Pour patienter nous tuons le temps avec un rapide tour de stand, à l’affut de livres dissimulés qui auraient échappé à notre intraitable petit carnet. Ceci fait, il ne nous reste plus qu’à refroidir à l’extérieur en nous laissant fumer (pas une cigarette, ce sont bien nos pauvres petits corps surexploités qui fument xD) sur le muret d’en face.

Attention, c’est maintenant que les choses sérieuses commencent. 14h20, départ pour la Salle Léo Lagrange où nous devons assister au Contes et Musiques d’Afrique joliment déclamés par MOMAR, un grand monsieur que nous croisons au festival depuis des années. Coralie ayant manqué ses contes l’an passé, elle est d’autant plus pressée de découvrir son univers. La file d’attente est un peu longue, heureusement que nous arrivons parmi les premiers. Le temps s’écoule, et finalement nous pénétrons dans la salle de conférence aux dimensions plus que respectables. Tout de suite nous nous précipitons vers les sièges proches de la sortie afin de ne gêner personne lors de notre future « évasion ».

En effet, souvenez-vous, nous avons rendez-vous pour 16h à l’espace B pour la présentation de ma Librairie Expression. En attendant nous profitons du spectacle et du décor qui est particulièrement féérique. L’ambiance est posée, au milieu d’arbres et de rochers qui nous transportent immédiatement en Afrique. Sans parler de Momar qui a revêtu ses habits de lumière avec sa tenue traditionnelle. Les contes commencent, instructifs comme toujours puisque, comme le dit si bien Momar, les Contes sont un enseignement du passé pour les générations futures, transmis à présent. On rit un peut, on ouvre grand nos oreilles, devinant que ce que nous entendons est transmis à l’extérieur pour les passants qui ont raté l’occasion de profiter de l’ambiance générale.

Image
(Désolée pour la qualité, on fait ce qu’on peut avec un téléphone ! Mais c’est bien le fameux Momar)


A 15h30 nous décollons, préférant arriver en avance en A pour voler des places assises.
Grand bien nous prend. Car la présentation a été furieusement décalée à plus de vingt minutes d’avance ! Heureusement nous parvenons quand même à rejoindre le premier rang pour soutenir moralement Jean-Paul. Super présentation, je reconnais bien ma petite librairie préférée, son esprit libre, son atmosphère chaude et sucrée, son espace café avec son chocolat maison, et ses petits trésors de littératures en tous genre à découvrir grâce aux conseils du libraire qui connaît bien ses clients.
La petite assemblée semble conquise puisqu’à peine le micro rendu, le stand est pris d’assaut.

Image
(Tout à gauche Jean-Paul mon libraire, puis le monsieur « poseur de question », ensuite Christelle ROBIN, et enfin tout à droite Jean-Piere GOUX)


Pour nous, le temps suit sa course et il faut reprendre la notre. Rapides félicitations à Jean-Paul qui nous conseil un stand de SF en A, et direction l’espace A, où nous devons trouver Cassandra O’DONNELL. Les choses se corsent car, en six ans de festival, nous n’avons jamais mis les pieds en A. La raison en est simple, nous considérons l’endroit comme trop ahem… adulte ? Guindée ? C’est normalement là que se trouvent la littérature pure et dure, engagée, pas très jolie en bibliothèque mais traitant de sujets spécifiques assez lourds. Ceci n’est pas une critique négative, au contraire il en faut pour tous les goûts et c’est quand même le Festival du Livre ! Simplement une appréciation personnelle.
Bref. L’endroit est bondé, difficile d’avancer sans esquives et contorsions. Nous parvenons tant bien que mal (surtout mal en fait), à faire un rapide tour d’horizon mais il faut se rendre à l’évidence : l’échec est cuisant. Impossible de trouver Cassandra O’DONNELL, la foule est trop dense et bien que ses livres soient plus colorés que la norme de ce lieu, nous mourrons probablement étouffées avant d’en dénicher l’ombre d’une page.

Tan pis. Nous atterrissons miraculeusement devant le stand SF/Fantasy décrit par Jean-Paul, et engageons la conversation. Brièvement toutefois car il nous faut être à 17h en B pour revoir Thomas CARRERAS et prendre des photos. Dommage car pas mal de romans captivent mon attention, et puisqu’en plus l’auteur Yoann BERJAUD est présent, ma soif de dédicace manque de me pousser à bout. Mais nous sommes pressées et  je parviens à résister à la tentation (oui, j’envisage régulièrement une cure de désintoxication).
 
Au retour je me décide enfin pour une crêpe. Malheureusement le comique de répétition s’acharne et à mon arrivée : plus de pâte à crêpes. Drame crêpier seconde *clap !*

Retour à l’espace D. Rapide saut au Stand des Raisins Verts où je récupère mon livre réservé (inutile de se charger plus que nécessaire pendant un marathon littéraire), puis nouveau parcours du combattant pour atteindre le stand de Thomas CARRERAS. Apparemment l’article lui étant réservé dans le journal du Festival de la veille a fait son petit bonhomme de chemin… Mais peut-importe, nous sommes bien décidées à obtenir une photo du stand ! L’attente n’est pas longue heureusement, mais nous devons faire barrage quelques secondes pour faire place nette. Un pauvre monsieur se voit contraint de bifurquer à gauche, ce qui « affole » (humour) l’auteur qui nous demande de ne pas faire fuir les clients. Je le rassure en lui assurant qu’il n’avait pas une tête d’acheteur. Pour le coup, le téléphone de Coralie nous sauve la mise car j’ai oublié mon appareil à la maison. Vive la technologie ! Thomas CARRERAS se prête même au jeu des photos souvenirs. Il y a les auteurs qui posent, les sérieux, les timides, et les « total relax ». Je vous laisse classer le jeune CARRERAS…

Image
(Je floute ma « petite » cousine, mais cette photo illustre mieux le côté fou dingue –ceci est un compliment- de l’auteur XD)


La chasse aux photos se poursuit, avec cette fois pour cible JAAL, puis Marion DHUIQUE-MAYER, Diana CALLICO, et même une photo de groupe. Pas de chichis, tout le monde se prête au jeu et dégaine son plus beau sourire.

Enfin, après un dernier petit tour, la journée s’achève pour nous qui décidons de rentrer (mon estomac réclamant à grand cri une compensation pour sa crêpe perdue).
Le soir je visualise les photos prises via le portable de Coralie et récupérées par ma cousine en MMS, et je retire aussitôt mon « vive la technologie » précédent, pour virer instantanément technophobe. C’est flou, ça pixellise et c’est tout petit. Heureusement il s’avèrera plus tard que le problème vient de mon « afficheur » et pas de ce pauvre téléphone. En attendant cette grande révélation, je charge mon appareil photo en vu de le faire chauffer le lendemain.  


06 Octobre 2013

Dernière journée de Festival. Comme chaque année c’est la journée que je préfère et redoute le plus en même temps. Je sais que je vais prendre un plaisir fou à arpenter les stands pour acheter les livres survivants de mon petit carnet, profiter des dédicaces, toujours plus fun quand elles sont rédigées avec un brin de complicité, mais je réalise aussi que ce sera la dernière fois de l’année. Et ça, quitte à faire puéril : c’est nul TT

Mais repoussons la déprime, car en ce dernier jour le programme est encore chargé, il faut donc se la jouer maître de l’organisation pour ne pas risquer de rater quelque chose d’important. Notre premier arrêt est donc le stand de Thomas CARRERAS qui selon le programme doit passer au Café Littéraire de l’espace A entre 10h30 et 12h.  Or pour des festivalières de choc, piétiner une heure trente sur place ce n’est pas l’idéal. Ce qu’il nous faut c’est un minimum de précision x) Réclamation faite, on obtient une heure approximative : autour de 11h.
Parfait. Nous avons donc un peu moins d’une heure pour lambiner en derniers repérages, ajout de dernières minutes, battle de livres encore en compétition etc.

Outre ses palpitantes occupations, je me décide enfin à céder à quelques achats réfléchis. Je commence donc avec L’attente d’Eleova, puis avec La Croisade des Carpates, comme promis. Supers dédicaces des auteures Marion DHUIQUE-MAYER et Diane CALLICO, toujours aussi souriantes qui s’amusent de notre curieuse organisation. De son côté, ma petite cousine oriente son choix sur Lune Mauve de Marilou AZNAR dont l’auteure est aussi présente, et ajoute une dédicace à son palmarès.
Là encore belle rencontre, Marilou AZNAR et sa voisine de table Christelle DABOS auteure de La passe-miroir : T1 Les fiancés de l’hiver, prennent le temps de parler avec nous et se prête aussi au jeu des photos.  

Image
(A droite Marilou AZNAR, et à gauche Christelle DABOS ^^)


Enfin nous rejoignons l’espace A avec pas mal d’avance et, dans un sursaut de génie, réalisons que le numéro de stand des auteurs est rattaché à leur nom dans le programme. Inutile donc de tourner en rond éternellement pour trouver Cassandra O’DONNEL !! Pourtant, niet. Deuxième éclair de génie de la journée (ça fuse un jour par an chez nous XD) venant de Coralie cette fois : je me suis peut-être trompée de ligne à surligner. Oui, bon c’est écrit tout petit aussi !!! >< Mais que voici un gain de temps remarquable que nous mettons à profit et… c’est payant ! Cassandra O’DONNELL nous attend bien au stand A030.

C’est une auteure extrêmement dynamique, directe, qui sait vendre ses romans et sait aussi quand c’est cause perdu. Sa technique est simple : « Vous aimez le fantastique ? » si Oui, s’en suit une présentation enflammée et détaillée qui donne envie d’acheter sur le champ. Si non, tan pis elle avoue que ça ne plaira pas. La pauvre s’est en plus retrouvée dans le mauvais espace ! Elle aurait du être en D, avec les romans pour ados et jeunes adultes… Petit soucis d’organisation pour le coup, qui j’espère sera réparée pour la prochaine fois. En attendant nous faisons parti des rares jeunes entraperçus dans la journée et comme en plus nous sommes déjà convaincues… Ma petite cousine rafle le dernier exemplaire de Rebecca Kean tandis que je m’oriente vers Sans orgueil ni préjugés. Là encore on peut profiter d’une belle dédicace et de supers photos souvenirs, d’autant que les bénévoles sont assez gentils pour nous prendre tous ensemble en photo. On continu de papoter un petit moment quand Coralie repère, malgré la foule, Thomas CARRERAS sur l’estrade, qui débute sa présentation (je la soupçonne d’être née avec des capteurs spéciaux). Nous abandonnons donc madame O’DONNELL dont les livres attirent un nouveau public, pour nous précipiter vers le jeune auteur.

Image
(Cassandra O’DONNELL !  J’ai vu une fiche sur Rebecca Keane, ça devrait donc faire plaisir à certains ^^)

Par chance nous trouvons assez de place pour nous assoir, encore au premier rang, et décochons même un salut enjoué de Thomas qui est décidément vraiment sympa. Quelques fou-rires menacent de nous perdre, notamment quand il lâche au micro quelques formidables « pu*in » et « bor*el » pour expliquer la vulgarité parodique présente dans son roman. Oui, dans une assemblée dont la moyenne d’âge ne descend pas au dessous de soixante ans, j’ai bien cru que l’intervenant tenterait de lui arracher le micro. Heureusement le personnage est attachant et tous se prêtent au jeu. Même lorsqu’il explique que son prochain livre portera sur la phobie d’être observé par un canard et que le présentateur manque d’avaler son micro, il récolte des applaudissements. Pari réussi, donc, l’attention est forcément captée.

S’en suit une scène inattendue. Alors que Thomas descend de scène, nous le rejoignons pour le féliciter, et il nous propose de nous offrir un exemplaire de 50 cents qui ne pourra de toute façon pas être vendu (car tamponné sur les pages, pour la présentation). A ce moment, je me demande s’il va falloir que je m’interpose entre ma petite cousine et ma meilleure amie XD Car si j’ai déjà acheté le roman, toute deux se le disputent. Coralie en se jetant à moitié dessus avec un concerto de « Moi ! moimoimoimoi ! ». Heureusement tout se règle à l’amiable et Coralie sert son précieux, son regard tressautant d’un inconnu à l’autre comme s’il était susceptible de le lui voler. Et en attendant d’aller faire dédicacer son bien, nous décrétons une pause déjeuner.

Image
(L’animation du siècle pour l’espace A, nul doute que le monsieur de gauche se souviendra de cet interview XD)


On ne change pas une équipe qui gagne, aussi optons-nous une nouvelle fois pour un hotdog. Nouveau « aaaah » de soulagement quand nos pompons se pose sur une chaise et qu’on nous apporte de quoi fortifier nos petits muscles U_u (petites natures, nous ??!! Non non, croyez-nous nous avons avalé un sacré paquet de kilomètres).

Coup d’œil à l’emploi du temps qui nous apprend que la prochaine étape se fera en B, avec l’intervention de Jean-Pierre GOUX (pour rappel : auteur de Siècle Bleu invité de la Librairie Expression) sur le sujet « Que peut apporter le roman à la crise écologique ? ».
Mais l’heure est grave, un dessert s’impose. Plus important encore, c’est ma dernière chance de profiter d’une crêpe en période de festival. Heureusement il est encore tôt et on ne risque pas d’avoir de mauvaises surprises.

Pourtant, même une fois ma commande enregistrée, j’attends de la voir bien installée dans sa petite assiette avant de me réjouir. Et je ne crie victoire qu’après la première bouchée. Ça y est ! Victoire pour la crêpe ! Ce festival est officiellement parfait…

Une dégustation s’impose. Autant le faire au frais, sur le muret qui devrait désormais porter nos noms x) Puis il nous faut tuer le temps jusqu’au prochain impératif… Mais d’abord encore un achat réfléchi, et c’est Riverdream de G.R.R MARTIN qui remporte ma préférence. Cette fois c’est bon, je suis dépouillée de mon budget Noël…
J’ai oublié d’en parler mais, dehors, nous croisons pour la énième fois Geronimo STILTON, déguisé en souris, le héros de ses romans pour tous petits. Ceux-ci sont ravis et Geronimo déambule fièrement dans son costume.

Craignant que, comme la veille, l’intervention débute en avance, nous nous rendons en B vers 14h30. Heureusement le rythme semble s’être stabilisé et nous ne manquons rien. Au contraire il faut attendre un peu, mais une fois assise on ne s’en plaint plus. Et puis c’est l’occasion de jeter un œil sur la collection zététique aux éditions book-e-book dont un auteur est encore présent aujourd’hui.

Puis Jean-Pierre GOUX entre en scène et présente Siècle Bleu. J’apprécie les références et le travail de recherche et de documentation que l’on retrouve dans son roman est impressionnant. D’autant qu’il est lui-même particulièrement bien calé sur le sujet. Son spitch convainc Coralie qui, au lieu d’attendre que je lui prête le livre comme convenu la veille, craque et court l’acheter. Avec cinq ans de festival dans les pattes nous parvenons à devancer la foule qui se rue à nouveau sur le stand, et Coralie  obtient son livre et sa dédicace tandis que je fais dédicacer mon exemplaire déjà « consommé ». S’en suit quelques papotages avec les auteurs entre deux clients, et nous voilà rassasiées.

Image
(Jean-Pierre GOUX tout à gauche, et Jean-Paul tout à droite. Super intervention, les exemples utilisés donnent envie d’en savoir plus)


En route pour l’espace D, une surprise nous attend. Alors que nous évaluons le potentiel d’une seconde crêpe, une drôle de musique aux sonorités écossaises attise notre curiosité. Pas besoin d’échanger plus d’un regard que nous fonçons déjà dans la tente abritant cette curiosité. Là, au lieu des kilts attendus (ni voyez rien de tendancieux), nous tombons sur un petit rassemblement de militaires tout de blanc vêtus qui entonne fièrement quelques mélodies à bases de cornemuses, probablement de clarinettes, et de tambours. Le résultat est plutôt charmant, et nous ressortons toute ragaillardie par la mélodie. Avec en prime de supers sacs écolos distribués par le stand à côté de la sortie x)  
 
Mais trêve de jolies notes ! La possibilité d’une seconde crêpe est écartée et nous flânons une (avant) dernière fois en D.

La mélancolie pointe le bout de son nez quand sonne l’heure du départ. Ma petite cousine doit rejoindre les siens à cause de vils devoirs pour lundi, et Coralie doit profiter des derniers carrés de ciel bleu pour sortir son chien avant que tombe la raïsse. Nous disons donc au revoir à nos auteurs chouchous de cette année, tout en promettant de revenir le soir pour aider Jaal à remballer. Comme il s’est édité tout seul, il n’a aucune aide et passe des heures sur la route, écumant les festivals pour vendre son hépatologie Peter Poth et ses deux autres romans L’Usurpateur et L’Arche.
 
Arrivée à seize heure chez moi, je repars à 18h20 avec Coralie. Le festival ferme ses portes à 19h mais lorsque nous arrivons à moins vingt il ne reste plus que trois pelés un tondu à arpenter les allées, tandis que certains stand se vident déjà. Nous nous dépêchons de retrouver Jaal qui a déjà fait une partie du boulot, mais nous ne sommes pas tout à fait inutiles. Autre bonne surprise, il m’offre son carnet d’illustrations du l’univers Peter Poth et me le dédicace ^^ Puis arrive l’heure des au revoir, et je déteste ça. Du coup, on décide d’aider aussi le stand voisin, où étaient Marion DHUIQUE-MAYER et Diana CALLICO ainsi qu’une belle fournée d’autres romans des éditeurs, dont Damien Loch, La Somme des Rêves… Une étagère, plusieurs posters, et quelques cartons plus tard me voilà avec un nouveau livre offert pour bons et loyaux services, la preuve que ce genre de festival ne sert pas « qu’à vendre ».  Il y a encore pleins de gens adorables près à sacrifier gentiment un livre pour faire plaisir.

Partout autour de nous les tables se vident, le chapiteau a l’air grand et froid. Un peu déprimées, nous nous remontons le moral en nous renseignant à l’Accueil sur la marche à suivre pour devenir officiellement bénévoles l’année prochaine. Nos coordonnées sont prises et on se sent un peu mieux. Les derniers au revoir sont pour Thomas CARRERAS qui participe au rangement et nous déprime davantage en nous annonçant qu’il sera absent du festival l’an prochain pour cause de départ au Canada, et au gars du stand de la librairie Papiers Collés ayant patiemment enduré nos descentes de repérage d’achats réfléchis tout au long des trois jours xD

Et cette fois, c’est fini pour de bon.

J-365…


Voilou ! J'espère que ça vous plaira =)
Avatar du membre
Kinoko
Intégré
Messages : 63
Inscrit le : 14 avr. 2013

Message par Kinoko » 08 oct. 2013, 21:16

Waaaaaaah, ça c'est du compte rendu ! Merci à toi =D

Je vois que t'es plus ordonnée que moi sur la façon d'acheter XD Moi j'y vais à la bourine, mais je garde quand même aussi un petit carnet tout le temps pour inscrire les références d'un livre qui m'intéresse mais que je peux pas acheter parce que j'ai plus de sous (ou bien que je suis trop radine pour me décider sur le coup) T_T En tout cas, ta technique est cool mais c'est problématique quand le festival ne dure qu'un jour (ou quand on ne peut y aller qu'un jour) ou alors quand on a pas accès à internet (bon là faut forcer un peu mais ça peut arriver, même de nos jours) XD.

Le sport, c'est pas faux, on est tout moulu après une journée de festival -_-'

C'est super dur de résister à la tentation quand les auteurs gentils te parlent de leur bouquin qu'à l'air en plus super cool.

Arg, les crêpes c'est trop bon, je comprends votre déplaisitude ! (oui je néologise =D)

Cool la photo avec Thomas Carreras, il a l'air sympathique en plus

Vous zavez pas de photo du fameux muret ? Et vous lui avez donné un petit nom ? C'est un personnage récurrent pourtant :face:

Bon bah du coup bravo, hein, j'ai laissé en plan mon exposé (sur..., ah tiens, les littératures de l'imaginaire en France) pour lire ton résumé ! Je suis bien marrée, merci pour ces lignes !
Avatar du membre
Lewan
Assidu
Messages : 163
Inscrit le : 09 sept. 2013

Message par Lewan » 09 oct. 2013, 08:35

De rien =D
Ça me fait super plaisir que tu ais lu et que ça t'ai plut ! =p

Malheureusement, pas de photo du petit muret... On n'y a pas pensé nouillasses que nous sommes ! L'an prochain on l'immortalisera x)

Cette technique d'achat est née petit à petit ! A force de se faire avoir chaque année, à se saigner le porte-monnaie dès le premier jour pour finalement le dernier jour trouver LE livre qu'on n'aurait pas dû manquer d'acheter et qu'on rate... NIAAAAAAAHH !!! >Nous c'est simple on rentrait en début de soirée et on se couchait à 00h/01h du mat' pour bien tout explorer ^^"

Mais du coup je ne le regrette pas car j'ai la crème des bouquins m'ayant tapé dans l’œil, et les autres sont sur liste d'attente. Priorité aux dédicaces on peut pas en avoir tous les jours !!

Bon courage pour ton exposé ! Navrée de l'avoir retardé XDD
Avatar du membre
Thanaquil
Passionné
Messages : 1157
Inscrit le : 08 janv. 2013

Message par Thanaquil » 09 oct. 2013, 16:18

Bravo pour ce compte-rendu trèèès détaillé mais qui permet vraiment de se rendre compte
de l'ambiance général de ce festival. Ca donne presque envie d'y aller l'année prochaine, même
si ça reste loin de chez moi.
Et puis, il faut dire que vous formez une équipe de choc, très organisée. Quand je vais dans ce genre de salons ou festivals, je suis accompagnée de mon copain, et doit lui trouver des trucs qui lui plaisent, pour qu'il ne s'ennuie pas...
Les livres ont l'air très sympas, notamment celui sur Vlad Drakul.
Merci encore :cheers:  
Avatar du membre
Kinoko
Intégré
Messages : 63
Inscrit le : 14 avr. 2013

Message par Kinoko » 09 oct. 2013, 16:27

Lewan a écrit : Malheureusement, pas de photo du petit muret... On n'y a pas pensé nouillasses que nous sommes ! L'an prochain on l'immortalisera x)
J'espère bien, c'est le personnage phare du salon tout de même :face:

Lewan a écrit : Cette technique d'achat est née petit à petit ! A force de se faire avoir chaque année, à se saigner le porte-monnaie dès le premier jour pour finalement le dernier jour trouver LE livre qu'on n'aurait pas dû manquer d'acheter et qu'on rate... NIAAAAAAAHH !!! >Nous c'est simple on rentrait en début de soirée et on se couchait à 00h/01h du mat' pour bien tout explorer ^^"
Oui tout à fait ! Enfin en général, j'essaye de pas acheter de livres sur mon premier tour du salon (quand c'est un salon pas trop grand), mais ouais c'est sur que dans tous les cas, les salons c'est super efficace pour faire faire un régime au porte monnaie x)

ça t'es déjà arrivée de sympathiser beaucoup avec un auteur, de le mettre dans ta liste 'achats réfléchis', d'aller voir les critiques de son roman sur le net et de t'appercevoir que tout le monde déteste, qu'est-ce-que tu lui dis à l'auteur le lendemain ?? x)

Merci pour mon exposé, je sens qu'il va roxxer du poney 8) . XD
Avatar du membre
Lewan
Assidu
Messages : 163
Inscrit le : 09 sept. 2013

Message par Lewan » 09 oct. 2013, 21:08

Merci Thanaquil ! =D
Si t'es partante pour l'année prochaine avec ton copain je peux servir de guide et de conseillère, c'est bon cette fois c'est sûr j'ai bien tout épluché xD En plus y en a pour absolument tous les goûts, impossible de s'ennuyer (y a même des mangas même si je n'y vais que pour ma petite cousine).

@ Kinoko : Hahaa promis on y pense l'année prochaine!! x)
Et non, heureusement ça n'est jamais arrivé =O L'angoisse suprême X_x J'en ai pas de souvenir en tout cas et je pense que ça m'aurait marqué XD Mais c'est vrai que aheeem je ne sais pas du tout comment je réagirai... j'invoquerai sans doute une panne budgétaire mais c'est risqué s'il me voit passer une heure plus tard avec un nouvel achat... Ouch. Tu fais bien de soulever ce problème, il va falloir inventer de bonnes excuses en cas de pépins de cet acabit, merci !!
Avatar du membre
Kinoko
Intégré
Messages : 63
Inscrit le : 14 avr. 2013

Message par Kinoko » 11 oct. 2013, 21:49

Je pense toujours à toutes les situations possibles XD Si trouve des excuses biens, fait les tourner, hein 8D
Répondre

Retourner vers « Actualité de l'imaginaire »