3 eme nouvelle du reader buster club

Que tu sois écrivain, dessinateur ou graphiste à tes heures perdues, cet endroit est là pour que tu puisses nous montrer ton talent !
Répondre
Avatar du membre
Ewells
Fidèle
Messages : 655
Inscrit le : 16 janv. 2013

Message par Ewells » 26 juin 2013, 12:28

Me revoilà avec la suite des aventures des membres que vous connaissez tous (plus ou moins ^^) cette histoire sera peut être un peu plus sombre que les précédentes mais je vous en laisse seul juges



Ps : Laissez vos critiques , j'en suis friand et ne demande qu'a m'améliorer.


Ewells




Chapitre 1 et début du 2

-Nym ! Cria une jeune femme avançant dans un couloir désert, Ou te caches-tu , petite peste !

La demoiselle était visiblement remontée et le ton de sa voix le trahissait,  son appel resta lettre morte.

Elle s’arrêta quand le couloir qu’elle empruntait déboucha sur la cour intérieure où convergeaient les quatre ailes de la bâtisse. La cour était un lopin de terre carré autour duquel courrait un couloir jalonné de colonnades.

Mais ce qui attira le regard de la jeune femme plus que les sculptures taillées à même les colonnes c’était le grand arbre qui étendait ses branches aux quatre coins du cloître . Après la seconde d’émerveillement qui la saisissait toujours quand son regard se posait sur sa robe composée de myriades de pétales rose pâle, elle se souvint que la créatrice de cet arbre enchanteur n’était autre que sa principale source d’embarras.

-Nym, j’en ai plus qu’assez… soupira-t-elle en se reposant sur le muret délimitant la petite cour.

Au même moment quelqu’un déboucha de l’aile opposée à celle que venait d’emprunter la jeune femme. Il s’agissait d’une femme blonde d’une vingtaine d’année qui ne fut pas surprise de voir l’autre ainsi accoudée,  le visage expriment une profonde exaspération.

-Zéna ! dit la nouvelle venue d’un ton enjoué avant de se diriger rapidement dans sa direction, Elle te joue encore des tours ? Demanda-t-elle sur un ton qui suggérait de façon assez appuyée qu’elle  connaissait déjà la réponse.

Zéna roula des yeux et son expression redoubla de lassitude en observant l’approche de la nouvelle venue.

Cette dernière n’était plus qu’à quelques foulées quand un vent violent s’engouffra soudain entre les colonnes. L’arbre rose relâcha un tourbillon de fleurs que zéna, une fois l’effet de surprise passé, trouva plus que suspect.

Elle n’eut plus aucun doute sur ce qui allait suivre quand les fleurs formèrent une mini tornade au milieu du couloir, aussi détourna-t-elle le regard du spectacle pour observer l’arbre redevenu étrangement paisible et intact…

Quelques secondes plus tard un déplacement d’air sur sa droite et de longs cheveux noir obscurcissant une partie de son champ de vision indiquèrent à Zéna qu’ ‘’elle’’ s’était assise sur le muret. Zéna daigna enfin lui adresser un regard. La jeune fille qui se tenait juste devant elle n’avait rien d’anodin : Elle avait l’apparence d’une fillette d’une dizaine d’années et portait une simple robe noire dont le sombre tissu semblait presque gris si on le comparait à ses longs cheveux tout droits sortis du néant. Ils encadraient un visage malicieux ou papillonnaient de grands yeux d’un vert émeraude.   

Les deux se regardèrent dans les yeux, tel des antagonistes avant une lutte acharnée. Aucune ne dit le moindre mot.

Le silence s’installa durant de longues secondes avant que la jeune femme blonde ne vienne perturber le duel. 

-Il ne restera plus rien à manger si nous ne nous dépêchons pas… 

Zéna et la fillette se retournèrent d’un bloc dans sa direction, leurs yeux expriment soudain un sentiment d’urgence .

-Ils ont déjà commencés !? S’exclamèrent-elles à l’unisson. Avant que la jeune femme blonde n’ait le temps d’ajouter un mot les deux autres s’étaient déjà mises à courir vers le couloir opposé.

Maintenant seule, un sourire s’esquissa sur le visage de la jeune femme blonde.

-Evy ? Tu n’es pas avec les autres ? Questionna une voix aux intonations graves.

La jeune femme se retourna et se retrouva face à face avec un énorme chien noir, elle n’eut pas la moindre réaction de peur devant cette apparition.

-Et toi-même, Ewells, cela ne te ressemble pas de rater si grand festin. Répondit Evy avec un sourire franc.

-Je suis à la diète ma très chère… dit le chien d’un ton contrit

Evy plissa très légèrement les yeux, un léger tique qui révélait qu’elle retenait sa curiosité.

-N’essayerais-tu pas de passer pour meilleur que tu ne l’est ? Relança-t-elle en tendant une main vers la gorge du chien. 

L’animal tendit perceptiblement la tête vers l’avant pour se voir gratifier d’une gratouille, il ferma les yeux de plaisir avant de répondre.

-Je ne voudrais pas que mon homologue ailé ait à pâtir de mes défauts, mais trêve de bavardages, allons donc les rejoindre,. Conclut-il. (   ;)     )

 

 

 

Le soleil, à son zénith, brillait de tous ses feux et dans le grand terrain vierge  qui s’étendait en pente douce derrière la maison du club, festoyaient un grand nombre de personnes.

Les membres venaient de tous les horizons : hommes, femmes, indigènes ou étrangers venant de lointaines contrées. Tous s’entendaient plutôt bien et la grande fête du club était, comme chaque année, une grande réussite.     Le temps était de la partie, la vallée surplombée par le domaine les gratifiait d’une légère brise qui rendait l’éclat du soleil plus supportable. De grandes grilles de fer étaient disposées ci et là sur des colonnes de pierre creuses à l’intérieur desquelles  se consumaient des pyramides de bois. Plusieurs membres y disposaient des morceaux de viande fraiche que le reste des fêtards regardaient griller, un filet de bave au bord des lèvres …  


Mais une chose différait des années précédentes, un sujet de discussion qui se faisait insistant et générait nombre de débats animés… La guerre, l’une des plus vieilles traditions de l’homme. La nation où se situait le siège du club était entrée en conflit avec ses voisins du sud. Et les quelques informations qui provenaient du front étaient inquiétantes : Le nombre de déserteur était important et tous parlaient de phénomènes étranges ou de carnages inhumains quand ils étaient encore assez saint d’esprit pour ne pas réclamer que le bourreau soit prompt lors de leur jugement.

Le club n’avait pas de vocation guerrière, il était neutre par nature, offrant ses services de récupération au plus offrants (  ) Mais ses membres étaient humains et certains sentaient leur sang bouillir à l’évocation de ce genre d’évènements.

Nym s’était assise à l’écart, sur un banc taillé à même le tronc d’un ancien arbre couché par les vents sur l’a pic terminant les jardins du club; de là elle avait un point de vue plongeant sur la vallée et les sons provenant des convives à quelques centaines de mètres derrière elle, étaient masqués par le souffle continuel des bourrasques.  

Le regard de l’éternelle jeune fille semblait flou, à l’instar d’un poste de commande laissé à l’abandon son corps était inerte. Toutefois elle récupéra instantanément ses moyens quand une voix l’interpella.

-Tu ne devrais pas regarder ailleurs si longtemps, souffla une voix de femme qui dominait à peine le bruit du vent.

Composant un masque sans expression à une vitesse effrayante, Nym regarda Zéna s’approcher dans son dos.

Zéna poussa un soupir en voyant le visage de son amie ;

-Tu devrais aussi perdre cette habitude la… A moins que je ne sois plus assez digne de confiance pour te voir tel que tu es, ajouta-t-elle avant de s’asseoir à côté de la jeune fille. Mais ais-je déjà réellement vu sous ta carapace ? la voix de Zéna s’éteignit, je me le demande parfois…

Nym ferma les yeux et prit une grande inspiration avant de la relâcher doucement, le visage de la jeune fille était à présent empreint d’une étrange mélancolie.

-Je ne sais pas… je ne sais plus… dit la petite fille d’une voix brisée qui contrastait avec son assurance habituelle.

Le silence s’installa, chacune fixant un point dans le gigantesque décor qui s’étalait devant elles.

Zéna passa un bras dans le dos de la fillette et celle-ci laissa tomber sa tête sur les jambes de son amie.  

-La guerre, ils en parlent tous comme si il s’agissait d’un fait commun… commença Nym, j’ai lu dans les livres… je ne veux pas voir ça… j’espère ne jamais pouvoir en parler aussi légèrement qu’eux… 

Zéna passa une main douce dans les longs cheveux noirs et ramena ceux qui s’égaraient jusqu’au sol avec des mouvements d’une lenteur cérémoniale.

-Tu n’auras pas à voir ça, je m’en assurerais, trancha Zéna d’une voix calme mais décidée.

La fête battait son plein dans leur dos, et les éclats de rire des plus expressif ne pouvaient plus être masqués par la nature. Nym se redressa puis se leva du banc, une fois debout elle se tourna vers Zéna.

-Merci , dit-elle d’un ton sans force. Les yeux de la fillette reflétaient une faiblesse, une faille béante et silencieuse dont Zéna était attristée de n’avoir jamais pu sonder le fond.

Malgré tout, elle afficha un sourire chaleureux en se relevant à son tour.

-Je n’aime pas non plus cette tête là, il va falloir que l’on arrange ça ou l’on m’accusera de négliger ma protégée, dit-elle d’un ton détendu. Elle posa ensuite sa main sur la tête de la fillette et la décoiffa avec un plaisir taquin.

-Et celui qui t’accusera aura bien raison, tu es la pire ! répliqua Nym avec amusement tout en tentant de se protéger en levant ses bras.

 

Etrange impression… fut le seul qualificatif que Nym arriva à formuler dans son esprit quand elle ouvrit les yeux.  

Sa chambre au sein de l’aile des dortoirs de la résidence semblait calme, elle était petite mais la jeune fille ne s’en formalisait pas, se disant qu’elle convenait parfaitement à quelqu’un de son gabarit.
 La lueur de la lune découpait le mur qui lui faisait face, les rideaux étaient écartés, seule contre-mesure aussi futile soit elle pour contrer les assauts des chaudes nuits d’été.

Elle hésita un instant à allumer la bougie reposant sur la table de nuit, mais se ravisa en se souvenant de l’invasion de moustique que cela avait provoqué l’été passé.

Son esprit était troublé, elle n’arrivait pas à s’expliquer les raisons de cet état, et en réalité, elle ne voulait pas les connaitre. Ne tenant plus en place, elle écarta la fine couverture de lin qui la recouvrait puis repoussa les pans de la moustiquaire.

A la faveur de la lune elle trouva deux sandales négligemment échouées aux extrémités de la petite pièce.

 

Puis elle pénétra dans le couloir. Un courant d’air froid le traversait mais la sensation était plutôt bienvenue. La luminosité  était plus faible que dans la chambre mais la fillette n’en était pas à sa première confrontation avec les ténèbres et elle n’eut aucun mal à y progresser.

Le long couloir était silencieux, et le faible clapotis que généraient les pas de la jeune fille semblait déchirer le calme de la nuit.

Elle espérait ne réveiller personne à cette heure, quand elle se souvint que vu les quantités d’alcool consommées lors de la fête, elle ne risquait rien.

Avançant d’un pas léger elle traversa  rapidement le couloir en direction de la seule source de lumière : le petit jardin intérieur au milieu du bâtiment. Elle aperçut les frondaisons pâles du cerisier éclairées par la lune et posa ses mains sur la rambarde pour mieux apprécier le spectacle. Mais avant qu’elle ne lève la tête vers le ciel de minuit un détail attira son attention : Un mouvement fugace à l’opposé du cloitre. Elle se pencha légèrement en avant et elle confirma son impression, une grande silhouette s’éloignait dans le couloir opposé.

Elle enleva ses sandales et se lança à sa poursuite avec la discrétion d’un chat.

La silhouette progressait à grandes enjambées et Nym peinait à le suivre, peu avant d’arriver au terme de l’aile que l’inconnu remontait il s’engagea soudain dans une pièce. Nym connaissait le bâtiment par cœur, sa cible s’était introduite dans les cuisines ; S’arrêtant au pas de la porte elle jeta un coup d’œil discret à l’intérieur : la pièce semblait vide.

La jeune fille attendit plusieurs minutes sur le pas de la porte avant de s’y engouffrer . De long rais de lumière éclairaient la pièce et ses longues tables en bois massif, elle ne perçut aucun signe de vie. Elle fit rapidement le tour de la pièce sans rien remarquer d’inhabituel, se demandant s’il était sorti par l’une des fenêtres, qui étaient toutes ouvertes, elle vérifia qu’aucune trace de pas n’apparaissait en contre bas de celles-ci.

Rien, absolument rien, la silhouette s’était volatilisée sans laisser aucun indice. Nym se sentit légèrement frustrée devant cet aveu d’impuissance… En se dirigeant vers la sortie elle remarqua une touffe de poil noir au sol, elle les ramassa et les reconnus immédiatement. J’ai l’impression que peu de gens dorment dans cette maison… Si Ewells était passé se servir dans les cuisines durant la nuit ça allait encore barder pour lui.

Nym expira un léger soupir mais cela n’apaisa pas l’étrange  sensation de malaise  qui s’était  accentuée depuis l’apparition de la silhouette …

Elle retourna dans sa chambre à pas de loup, sans oublier de récupérer ses sandales, ne sachant pas quoi faire des informations qui tournaient dans son esprit. Un homme qui se balade la nuit dans les locaux du club et qui disparait sans laisser de trace ? Elle-même avait du mal à le croire, tout le monde dans la région savait que le club mettait un point d’honneur à rendre les livres récupérés à leurs propriétaires au plus vite pour ne rien stocker qui eut pu attirer la convoitise ; L’or quant à lui était en sureté dans une petite pièce taillée à même la roche et dont la porte ne céderais pas sous les assaut d’un seul homme, même bien équipé.

 Nym avait l’intuition qu’il n’était de toute façon pas un voleur, il agissait plus comme quelqu’un ne faisant que se promener, ou autre chose… Elle n’arrivait pas à trouver d’issue logique, aussi resta-t-elle assise sur son lit pendant de longs instants en se demandant si elle ne faisait pas une erreur en allant pas réveiller immédiatement Agenor.

Un long bâillement prit soudain le dessus sur la tornade de ses pensées, elle passa ses deux mains sur son visage en se massant les yeux puis s’étendit sur le matelas. Le stress des évènements retombés la fatigue avait repris le dessus, un deuxième bâillement vint confirmer son état. Ses paupières se refermèrent lentement et elle fit taire tous les murmures de son esprit  pour laisser l’étreinte du néant se refermer sur elle.      

 

Elle m’a vu, mon secret ne tiendra plus longtemps…

 

Les oiseaux chantaient joyeusement, comme dans les contes de fées, se-dit Nym. Alors que tout le monde voulait lui faire lire des romans plus matures ou le héros souffre plus que de raison, elle restait attachée aux belles images de ces histoires ‘’pour enfant’’.

Ses yeux s’ouvrirent sur la table de nuit ou reposait un gros livre relié à l’aspect ancien ; un léger sourire étendit les lèvres de la fillette et elle s’étendit de tout son long pour réveiller son corps encore un peu gourd.   

Elle se leva et traversa de deux pas la distance qui la séparait de sa commode. Elle en sorti une robe légère en laine qu’elle enfila, elle eut plus de mal à retrouver ses sandales qui s’étaient égarées sous son lit. Quelques instants plus tard elle sortait de sa petite chambre. La maison du club était pleine de vie, les murmures de mille et une conversations lui provenaient de toute part.

Elle se dirigea instinctivement vers les cuisines, retraçant l’itinéraire de la veille ; ses souvenirs lui apparurent très nets. Elle n’avait pas rêvée … Nym se promit d’en parler à Agenor dès qu’elle le croiserait.

Mais ce ne fut pas l’illustre chef du club qu’elle rencontra en premier, quand elle entra dans les grandes cuisines elle fut instantanément repérée par une fille à l’apparence a peine plus âgée qu’elle. Ses cheveux bleus ramenés en deux nattes l’identifièrent immédiatement

Sayelan, la seule personne qui restait un mystère complet pour Nym, ses grands yeux malicieux étaient indéchiffrables et son attitude semblait osciller constamment entre une simplicité enfantine et un sérieux déroutant.

-Hei, Nym !  Tu as des yeux de poisson mort ce matin, un mauvais rêve ? demanda la nouvelle venue d’un ton enjoué.

La jeune fille encore en proie à l’hébétude du réveil ce demanda un instant si elle devait s’offusquer de cette tirade, mais la bonne humeur communicative de l’autre lui fit l’effet d’une bouffée d’air frais et elle senti ses lèvres s’étirer légèrement.

-Bonjour  Saye, ton gouroutage se passe bien ? répondit Nym en attrapant une assiette en terre cuite sur la table la plus proche.

Les yeux de la fille aux cheveux bleus semblèrent s’illuminer encore plus.

-Tu n’accepte pas le fait que nous soyons de vieilles amies ? dit-elle avec une pointe de sarcasme.

Nym s’approcha des grandes tables maintenant recouvertes d’assiettes presque vides, il ne faisait pas bon d’arriver en retard au buffet du matin, mais elle s’en accommoderait.

 Elle repéra un bout de miche de pain et , après avoir lancé un regard circulaire pour vérifier que personne ne s’en approchait , elle se mit en chasse ; Sayelan sur les talons.

-Je m’inquiète plutôt de l’effet que des discussions avec toi peuvent avoir… répondit Nym tout en attrapant la miche d’un mouvement vif, elle se retourna avec un petit air triomphant. Il reste du café ? 

Quelques instants plus tard la jeune fille s’installait avec sa comparse à l’une des tables déserte de la pièce opposée aux cuisines, elles étaient toutes jonchées de déchets et Nym dut se dégager une place avant d’y poser son assiette.
L’autre s’assis en face d’elle et posa un récipient au liquide fumant.

-



ps2: oui je sais, l'orthographe^^ j'ai du laisser passer quelques fautes :p


Avatar du membre
Valar Morghulis
Rat de bibliothèque
Messages : 4250
Inscrit le : 20 déc. 2012
Genre :

Message par Valar Morghulis » 26 juin 2013, 17:23

Bouuuuh je suis désolée de pas avoir fini de répondre à ton mail ! En ce moment je sais pu trop où donner de la tête, je change toutes mes habitudes et ça me perturbe ! Je lis ça dès que j'ai un peu de temps et je te ferais mes remarques ici du coup :oops:
Désolé encore :cry:
Image 
Avatar du membre
Ewells
Fidèle
Messages : 655
Inscrit le : 16 janv. 2013

Message par Ewells » 26 juin 2013, 18:21

aucun problème valar
Avatar du membre
Sayelan
Assidu
Messages : 373
Inscrit le : 05 févr. 2013

Message par Sayelan » 26 juin 2013, 19:55

Lu ! ^^ j'aime bien ^^ c'est intriguant et c'est pas très gentil de s'arrêter comme ça...

D'un point de vu formel, j'ai rien à redire, je trouve que c'est bien écrit, des fois mélodieux, des fois un peu maladroit quand même, mais rien de choquant ^^ Je peux relire plus attentivement si tu veux ^^

Sinon, dis moi :

1. Est qu'il faut lire les histoires précédentes pour bien comprendre (et si oui, pourrais-tu, oh grand Ewells, écrivain hors pairs [ de la flatterie ?  moi ? ja-mais je ne m'abaisserais à cela :happy: ] faire un résumé au début de ce chapitre ?
2. Ne serais-tu pas un peu influencé par le manga ? Des effluves nippones s'élèvent de ta plume... ce qui n'est pas pour me déplaire :happy:

Et bien c'est très bien tout ça, mais la suite maintenant, allez, au boulot ! ^^
Avatar du membre
Ewells
Fidèle
Messages : 655
Inscrit le : 16 janv. 2013

Message par Ewells » 26 juin 2013, 20:19

C'est une bonne idée , je vais écrire un petit résumé des deux premières nouvelles. Je suis sur que l'histoire pourra s'apprécier sans avoir lu les précédentes; mais je crois qu'il est tout de même nécessaire pour bien comprendre les relations entre certains personnages que j'ajoute un rappel.
 
Sinon j'apprécie ta critique, et je suis conscient que mon esprit patine quelques fois pour trouver les mots, cela s'arrange au fur et a mesure que je commence de nouveaux projets.

pour les effluves nippones je suppose que c'était inévitable, étant fortement (un peu trop même) idéaliste mon âme a été marquée par toute ces histoires du soleil levant ( je crois que personne ne contestera que niveau idéalisme, ils sont très très forts :p )
Et du coup je suppose que j'en tire inconsciemment une partie de mon inspiration ( et je crois que j'apprécie ça ^^ )

ps: en regardant mon écran de plus près je dois bien avouer que tes cheveux sont plus noir que bleu, mais bon je n'ai pas re-vérifier avant d'écrire se passage , ça restera comme ça ^^ (eh oui, je crois en ma signature^ )
Avatar du membre
Sayelan
Assidu
Messages : 373
Inscrit le : 05 févr. 2013

Message par Sayelan » 26 juin 2013, 21:01

ha ha ! t'inquiètes pour les cheveux, les miens ne sont ni l'un ni l'autre de toute façon, alors va pour bleu ! :P tu peux dire bleu sombre sinon, bleu nuit, bleu noir, noir bleu ... :happy:

et cool pour le résumé ^^ (bien que je confirme que pour l'instant on comprend parfaitement sans ^^)

Quand au Japon, ce n'est pas les idées que je retiendrais, moi... je pense que toutes les cultures ont leurs mythes etc, je crois que ce qui frappe chez les japonais, c'est la force des images. D'une image. La beauté dans l'instant, tout ça... Le cerisier ! ^^
Avatar du membre
Ewells
Fidèle
Messages : 655
Inscrit le : 16 janv. 2013

Message par Ewells » 27 juin 2013, 10:06

je crois que nous sommes d'accord mais que nous n'usons pas des mêmes mots :p bon , aujourd'hui je fais le résumé ^^
Avatar du membre
Justdream
Rat de bibliothèque
Messages : 1523
Inscrit le : 22 janv. 2013

Message par Justdream » 27 juin 2013, 17:27

Aaaah !! Je suis heureuuuse de retrouver le club !!!
J'adore certaines de tes tournures de phrases qui font très poétique :P

Ooooh et le duo Ewells / Evy, trop trop bien ! haha j'ai bien ri avec ton petit clin d'oeil !

J'ai hâte d'avoir la suite !
Avatar du membre
Ewells
Fidèle
Messages : 655
Inscrit le : 16 janv. 2013

Message par Ewells » 27 juin 2013, 21:34

Oo ça m'a pris plus de temps que je ne pensais pour faire ce résumé :p bon je n'ai pas re vérifié l'orthographe , excusez d'avance pour les coquilles;






Résumé rapide des évènements précédents :
Première nouvelle.
Tout commença un jour ou une partie des membres du club, alors en voyage, se restauraient pour une nuit dans un chalet au beau milieu d’une vieille forêt. Nym , la jeune fille aux cheveux noir, était alors une banshee (une sorte de fantôme si vous préférez) , un problème qu’elle ne pouvait pas résoudre autant que sa curiosité vis-à-vis des humains (la forêt n’est plus habitée depuis un long moment ) la poussa à rentrer en contact avec eux, d’abord timidement .

Elle tenta d’entrer discrètement mais son plan fut mis à mal car elle ne s’attendait pas à ce que le chien soit doué d’intelligence et ne la débusque( Ewells ) . Mise au pied du mur elle expliqua à l’assemblée (qui ne semblait pas menaçante ) qu’un mal s’insinuait jusque dans les racines des anciens (les plus vieux arbres de la forêt, doués d’un esprit désespérément vaste ). Le club accepta de l’aider dans sa quête pour découvrir ce qui en était la cause.

Ils s’embarquèrent  donc dans un long voyage au travers de la forêt pour finalement atteindre les grands arbres, là , Agenor a une longue discussion avec le plus amène d’entre eux . Il apprend que les arbres ont déjà repoussés le mal il y a longtemps , en possédant un jeune garçon qui vivait dans la vallée. Le mal se manifestant sur un aplomb dans la montagne s’élevant derrière les vieux arbres , ils avaient envoyés le garçon qui n’est jamais revenu…

C’est la que Nym apparait , elle était la sœur de se garçon , et ce soir là , elle le suivit dans sa mission . Au petit matin son corps inerte vint frapper contre le tronc du vieil arbre , le garçon quant à lui , avait mystérieusement disparu.
Le pouvoir incontrôlé des arbres ( qui ne savent pas eux même ce qui les a crées des centaines d’années auparavant ) empêcha l’âme de Nym de trouver le repos et la transforma en fantome sans souvenir de sa vie passée.

La discussion finie l’arbre fit tomber une branche que Zéna ramassa, dans ses main le bout de bois prenait une forme élancée et la matière même de la branche se modelait sous ses mains pour devenir une arme dangereuse.
Sans rien dire à Nym de la discussion le club s’engagea dans la montée de la montagne ….

… arrivé en haut , Nym qui s’était avancée plus vite que le groupe , suivie de près par Zéna et Ewells découvrirent la source du mal.
Il s’agissait d’un enfant , Nym fut perturbée par une sensation de déjà-vu devant son frère défunt. Il se jeta sur elle et sa vie (il est armé d’une arme qui peut la toucher malgré son état … de morte , ^^)ne fut sauve que par l’intervention in-extrémis d’Ewells

Zéna engagea ensuite un duel contre le garçon possédé, et elle le vainquit. Son coup fatal envoya le garçon au tapis . Et a la plus grande horreur de Zéna il redevint le petit garçon d’antan durant les quelques minutes qu’il mit à mourir …
Un phénomène étrange eut lieu lors du lever du soleil, alors que le corp du garçon se volatilisa soudain dans un nuage de cendres , ces dernières entourèrent Nym et lui donnèrent un corps physique. (et pour les paresseux qui ne liront pas le résumé suivant , cela lui donna aussi de faibles ( ? ) pouvoirs magiques
 
2em nouvelle
Pour faire plus court ^^ nous suivons quelques membres du club (Nym ewells zéna thanaquil ) dans l’un des travail régulier du club , c a d la récupération de livres rares . Au court de cette quête a beau milieu d’un temple perdu dans la jungle, ils découvriront une autre manifestation du mal et se lieront d’amitié avec une jeune femme (Evy) ayant le même genre de pouvoir que Nym et dont l’histoire semble tout aussi sombre .
 
Voilà , j’ai fait plus court pour la deuxième mais dans l’ensemble je crois que cela permet déjà de comprendre mieux certaines interactions entre personnages ^^

Avatar du membre
Valar Morghulis
Rat de bibliothèque
Messages : 4250
Inscrit le : 20 déc. 2012
Genre :

Message par Valar Morghulis » 28 juin 2013, 21:55

J'adoooore tjr autant :P et rien à redire sur la suite ! Continue ! J'en veux encore ! =D
Image 
Répondre