Comme une tombe - Peter James

Livres où l'on suit une enquête sur un crime ou sur un fait particulier, inspecteurs de police et suspens sont au rendez-vous !
Répondre
Avatar du membre
Agenor
Administrateur
Messages : 6578
Inscrit le : 12 déc. 2012
Localisation : Grand Est !
Genre :
Âge : 27

Comme une tombe - Peter James

Message par Agenor » 21 déc. 2012, 13:13

Comme une tome de Peter James

Image

Résumé :
  • C'était supposé être un simple enterrement de vie de garçon... Une blague sans conséquence. Mais, quelques heures plus tard, quatre de ses meilleurs amis sont morts et Michael Gharrisson a disparu. Il ne reste que trois jours avant le mariage... Le commissaire de police Roy Grace, lui-même hanté par la disparition de sa femme, est contacté par la fiancée de Michael, folle d'angoisse, le policier découvre que celui qui devrait en savoir plus, l'associé de Michael, n'a rien à dire. Mais qu'il a beaucoup à gagner... le malheur de l'un pourrait faire la fortune de l'autre... Découvrez le commissaire Roy Grace, le premier officier de police qui admet avoir recours au paranormal...

Éditeur : Pocket
Date de sortie : Juin 2007
Disponible en format Poche : Oui


“ La véritable violence, la violence la plus impardonnable - je m'en suis rendu compte-, c'est surtout celle que l'on s'inflige à soi-même quand on a trop peur d'être qui nous sommes vraiment." - Sense8
Avatar du membre
Agenor
Administrateur
Messages : 6578
Inscrit le : 12 déc. 2012
Localisation : Grand Est !
Genre :
Âge : 27

Message par Agenor » 02 janv. 2013, 21:51

:4.5:

C’est mon troisième roman de Peter James après « L’alchimiste » et « Vérité » qui ont des similitudes entre eux.
J’ai été un peu surpris de me retrouver dans le cadre d’un roman policier « classique », c'est-à-dire sans le schéma ‘méchants adeptes de satan qui tuent tout le monde en faisant croire à des accidents VS gentils innocents’, et je me suis demandé si je n’allais tout simplement pas avoir un livre grosso-modo identique aux nombreuses séries policières dont on nous abreuve (à l’excès, pour ma part). À mon grand soulagement le roman part sur une vision différente d’une enquête policière.

Un futur marié –un peu farceur- célèbre son enterrement de vie de garçon. Pour se venger, ses amis ont décidé d’appliquer le principe à la lettre : ils vont l’enterrer, vivant, dans un cercueil, pour quelques heures. Tout du moins c’est ce qui était prévu, mais quelques minutes plus tard, ivres, ils ont un grave accident de voiture et tous décèdent. Personne ne sachant ce qu’ils avaient prévus de faire, tout le monde se demande où est passé Michael, sans s’imaginer ce qu’il est en train de lui arriver …

Au départ je me suis demandé : de quoi va parler l’auteur pendant 500 pages pour un banal cercueil enterré à retrouver ? C’est une blague qui a mal tournée, ils sont morts, et il y a une course contre la montre qui est engagée pour retrouver Michael vivant. Et alors ?
Je m’attendais à être déçu (des pages et des pages à voir les policiers tourner en rond par exemple), mais non, ça a été tout le contraire. L’auteur plante habilement le décor, nous dévoile la personnalité de ses personnages à l’aide de situations concrètes et de souvenirs (je préfère ça à de simple description ‘c’est un fermier honnête, qui est aimé de tous, qui aime ses cochons etc. Il a une femme, deux enfants …’). On s’attache tout de suite à la personne chargée de l’enquête, l’inspecteur Roy Grace et, au fil des pages, des éléments viennent donner une toute autre tournure à l’enquête, où le coup de grâce est révélé à la fin, totalement inattendu …

J’ai mis 4,5 car j’ai trouvé qu’arrivé aux ¾ du livre il y a un rebondissement qui, sur le coup, me semblait inutile et n’était là que pour étirer en longueur le roman. J’ai donc lu d’un mauvais œil une cinquantaine de pages, mais une fois arrivé aux derniers chapitres, tout s’emballe et on découvre que ce rebondissement était nécessaire pour comprendre la situation dans sa globalité.
Ce qui m’a le plus plu, dans ce livre, c’est d’une part l’inspecteur Roy, mais c’est également l’histoire qui va de rebondissements en rebondissements, tous imprévisibles. On pense que ça va se terminer là, mais non, un nouvel élément est découvert qui remet tout en question !
“ La véritable violence, la violence la plus impardonnable - je m'en suis rendu compte-, c'est surtout celle que l'on s'inflige à soi-même quand on a trop peur d'être qui nous sommes vraiment." - Sense8
Répondre

Retourner vers « Policier & Thriller »

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 0 invité