• Cadavre exquis - Agustina Bazterrica
  • Récit de fiction peignant une société imaginaire organisée de telle façon qu'elle empêche ses membres d'atteindre le bonheur, au contraire de l'utopie !
    Répondre
    Avatar du membre
    327e
    Modératrice
    Messages : 3402
    Inscrit le : 02 mars 2013

    Message par 327e » 08 oct. 2019, 11:16

    Cadavre exquis de Agustina Bazterrica

    Image

    Un virus a fait disparaître la quasi-totalité des animaux de la surface de la Terre. Pour pallier la pénurie de viande, des scientifiques ont créé une nouvelle race, à partir de génomes humains, qui servira de bétail pour la consommation. Ce roman est l’histoire d’un homme qui travaille dans un abattoir et ressent un beau jour un trouble pour une femelle de « première génération » reçue en cadeau. Or, tout contact inapproprié avec ce qui est considéré comme un animal d’élevage est passible de la peine de mort. À l’insu de tous, il va peu à peu la traiter comme un être humain.

    Éditeur : Flammarion
    Date de sortie : aout 2019
    Disponible en format Poche : non

    Ce livre a fait l'objet d'une lecture commune.


    Le secret de la liberté c'est la librairie. Bernard Werber

    Clic sur l'icône !
    Image
    Avatar du membre
    327e
    Modératrice
    Messages : 3402
    Inscrit le : 02 mars 2013

    Message par 327e » 23 oct. 2019, 10:08

    Il est assez difficile pour moi de résumer ce que j'ai penser de ce roman. On en a entendu parler un peu partout donc c'est assez facile de savoir de quoi traite le lire, qu'il peu y avoir des passages difficile a lire ect, mais clairement, on ne s'en rend compte que quand on est réellement plonger dedans. 
    Les premiers chapitres surtout, car, tout au long du récit nous suivons Tejo, employer dans un abattoir. Si lui, ne tue pas le "bétail", il va quand même nous en faire voir de toutes les couleurs. De l'élevage à la boucherie, en passant par le tanneur de peau et la chasse plus ou moins légale... Un début assez difficile a lire et qui nous donne une autre façon de voir la viande dans notre assiette. 

    Ici, ce sont des humains totalement déshumanisés mais dans notre monde, ce sont tout les jours des milliers d'animaux qui partent pour l'abattage dans des conditions assez horribles. Ca donne a réfléchir...

    J'ai été très étonnée par la fin de l'histoire, car si elle est très bien trouver, sur le moment elle m'a mise en colère. En colère contre moi-même d'avoir au bon sentiment d'un personnage alors que finalement il n'est pas mieux que les autres. Sur ce coup là l'autrice a bien su me berner !

    Bref, si vous êtes un âme  sensible, il ne vaux peut-être pas mieux lire ce roman. 
    Le secret de la liberté c'est la librairie. Bernard Werber

    Clic sur l'icône !
    Image
    Répondre

    Retourner vers « Dystopie »