Coldheart Canyon-Clive Barker

Livres ayant un cadre réaliste où le surnaturel fait irruption, des faits inexpliqués apparaissent mais sont explicables dans un contexte connu du lecteur. À la fin du récit, une question demeure : était-ce réel ou n'était-ce qu'une hallucination, un rêve ?
Répondre
Avatar du membre
Liliaza
Bavard
Messages : 102
Inscrit le : 14 sept. 2015

Message par Liliaza » 20 févr. 2017, 07:15

Image

Résumé : Star de cinéma sur le déclin, Todd Pickett décide, afin de s'acheter quelques mois supplémentaires au sommet du box-office, de recourir secrètement à la chirurgie esthétique. Le résultat, catastrophique, l'oblige à trouver en urgence une demeure à l'écart du feu des projecteurs. Ce sera Coldheart Canyon, l'ancienne résidence de Katya Lupi, gloire de l'âge d'or hollywoodien dont on disait qu'elle y donnait autrefois des soirées de débauche très prisées par le gotha mondain. De découvertes étranges en surprises macabres, Todd s'apercevra — à ses dépens — que les rumeurs étaient bien en deçà de la réalité.

Éditeur : Bragelonne
Date de sortie : 2016
Disponible en format Poche : oui (ancienne édition)


Avatar du membre
Liliaza
Bavard
Messages : 102
Inscrit le : 14 sept. 2015

Message par Liliaza » 20 févr. 2017, 07:15

Le roman se déroule en plusieurs parties, chacune se finissant. On ressent le fait qu'à la base Barker voulait faire un livre beaucoup plus court mais que les choses ont pris de l'ampleur. Et ce n'est pas un mal du tout! A chaque fin de partie je me disais : "mais comment peut il en encore trouver autre chose à raconter" et à chaque fois je me faisais surprendre dans le bon sens du terme. L'histoire ne s'arrête pas avant la dernière ligne. L'épilogue est lui-même composé de chapitres! C'est la première fois que je voyais ça.

Clive Barker est à l'horreur ce que Tolkien est à la fantasy : un classique. Mais tout le monde n'adhère pas à Barker. Car l'univers de Barker c'est du sexe comme jouissance et comme souffrance. C'est du sexe dans l'horreur et de l'horreur dans le sexe. C'est Stephen King version interdit au moins de 18 ans. Et qui mieux que Barker pouvait écrire un livre sur la dépravation à Hollywood : monde qu'il connait bien car il est aussi réalisateur (notamment Hellraiser). En prenant des noms de stars existantes (vous pouvez croiser Rudolph Valentino ou encore Sigourney Weaver au détour du livre), Barker ancre son livre dans la réalité. On se dit : c'est comme ça que ça se passe à Hollywood. Tout est du paraitre. On peut croire n'importe quoi et on veut croire n'importe quoi du moment qu'on reste sur le devant de la scène. Pour réussir son livre Barker a prit le partie de nous proposer quatre voix : celle de Todd Pickett star sur le déclin qui s'accroche à la gloire, Maxine son agent qui fait passer l'image de son client avant son bien être, Katya Lupi star des années 20 témoin d'un Hollywood encore plus dégradant que l'actuel, et Tammy. Tammy est la véritable héroine. C'est elle qui porte un regard honnête sur la situation. Elle est l'extérieur d'Hollywood. Elle est la spectatrice qui connait Hollywood à travers les magazines et les films. Et là elle se trouve au coeur de l'action, derrière les paillettes. Qui n'a ressenti une déception au moment de rencontrer sa star préféré?

En bref j'ai dévoré ce livre. Une satyre hollywoodienne sans concession aucune, sans complaisance. Barker réussit là où n'importe qui aurait échoué. Un grand bravo. Je me demande ce que cela donnerait en film ...
Répondre