Le coma des mortels - Maxime CHATTAM

Livres où l'on suit une enquête sur un crime ou sur un fait particulier, inspecteurs de police et suspens sont au rendez-vous !
Répondre
Avatar du membre
Miss Carotte
Bavard
Messages : 146
Inscrit le : 15 févr. 2016

Message par Miss Carotte » 21 juil. 2016, 10:10

Le coma des mortels de Maxime CHATTAM

Image

Résumé :
  • Qui est Pierre ? Et d'ailleurs, se nomme-t-il vraiment Pierre ? Un rêveur ? Un affabulateur ? Un assassin ? Une chose est certaine, on meurt beaucoup autour de lui. Et rarement de mort naturelle. Rebondissements incessants, métamorphoses, humour grinçant… un livre aussi fascinant que dérangeant, en quête d'une vérité des personnages qui se dérobe sans cesse. Un roman noir virtuose dont l'univers singulier n'est pas sans évoquer celui d'un cinéma où David Lynch filmerait Amélie Poulain.

Éditeur : Albin Michel
Date de sortie : 1er Juin 2016


Avatar du membre
Miss Carotte
Bavard
Messages : 146
Inscrit le : 15 févr. 2016

Message par Miss Carotte » 21 juil. 2016, 10:11

On suit ici l'histoire de Pierre, qui a recommencé sa vie, et qui est maudit. Comme dit dans le résumé, les personnes proches de lui tombent comme des mouches.

Ce roman c'est un peu le mélange de l'histoire d'une vie, et d'un policier. Mais je dois dire que je me suis souvent demandé "À quoi ça sert qu'il nous raconte ça ?". Le rythme est lent, ce qui ne colle pas avec un policier, et l'histoire de sa vie pas très prenante non plus. De temps en temps on nous rappelle qu'on est bien dans un policier, et que ça a (sûrement) un sens qu'il nous raconte tout ça, mais j'avoue qu'on a souvent le temps de l'oublier !

Par contre, passé les premières pages (et en particulier le préambule qui m'a paru très lourd), la plume est agréable à lire, c'est ce qui m'a permis de continuer d'ailleurs.

Le personnage principal m'était désagréable, et j'ai eu particulièrement du mal avec la place prépondérante du sexe… J'ai déjà de base du mal avec ça dans les livres, mais ici c'était particulièrement récurrent.

Au final, je me dis que j'ai peut-être pas vraiment compris le livre auquel cas mon avis ne serait pas représentatif, mais cette lecture a pour moi été une (grande) déception. Il est loin le rythme effréné des Chattam habituels… Je me suis assez ennuyée, j'ai été gênée, et déçue. La seule chose qui m'ait retenue c'est cette plume qui est agréable à lire.
Avatar du membre
Arikado
Fidèle
Messages : 635
Inscrit le : 15 févr. 2016

Message par Arikado » 21 juil. 2016, 11:07

Les avis sont hyper partagés concernant ce livre (sur plusieurs groupes fb, les gens sont vraiment partagés.). A voir si je le trouve en occaz'
Avatar du membre
Nova
Passionné
Messages : 1487
Inscrit le : 30 oct. 2013

Message par Nova » 21 juil. 2016, 19:10

Idem, autant j'étais fan de Chattam, autant depuis "La Patience du diable" qui ma horriblement déçue, je ne sais plus trop que penser.

Du coup, j'attends que ses livres sortent en version poche ou de les trouver en occasion...
Avatar du membre
Arikado
Fidèle
Messages : 635
Inscrit le : 15 févr. 2016

Message par Arikado » 22 juil. 2016, 09:34

La Patience du Diable est assez spécial, mais c'est Que ta volonté soit faite qu'il m'a le plus déçu de lui :/
Avatar du membre
Nova
Passionné
Messages : 1487
Inscrit le : 30 oct. 2013

Message par Nova » 23 juil. 2016, 19:27

Le souci avec la Patience du Diable, c'est que l'on dirait une pâle copie de La Conjuration Primitive, qui est un des meilleurs livres que j'ai lu.
Avatar du membre
Kahlan
Passionné
Messages : 1103
Inscrit le : 06 sept. 2013

Message par Kahlan » 09 août 2016, 08:57

On se retrouve aujourd’hui avec la chronique du dernier roman en date de Maxime Chattam, Le coma des mortels. J’ai quasiment tout lu de lui, et les habitués d’eTemporel savent qu’il s’agit de l’un de mes auteurs favoris. Ce qui ne signifie pas que j’ai adoré tous ses romans mais une grande majorité, disons. Pourtant là, autant l’avouer tout de suite, je suis complètement passée à côté. Quand, du thriller plutôt gore, il est passé au fantastique jeunesse, j’ai suivi sans sourciller ; quand, du fantastique jeunesse, il est passé au roman noir, je lui ai emboîté le pas bien volontiers. Mais là, je crois que c’était tout simplement la fois de trop.

Comment vous décrire ce roman ? Bien que sa maison d’édition annonce un nouveau thriller dans son argumentaire de presse, l’auteur quant à lui se défend d’en avoir écrit un. Et en effet, Le coma des mortels n’est pas un thriller, il n’en a ni le suspens, ni la tension, il ne procure aucune sensation forte. C’est un ovni au sein l’univers chattamesque, un ovni tout court en fait. C’est l’histoire d’un trentenaire mal dans sa peau qui, après s’être fait largué par sa petite amie qu’il a trompée, décide de faire table rase de son passé, et de tout recommencer.

Dans sa nouvelle vie, il rencontrera tour à tour une passionnée de théâtre, une collectionneuse de suicides, une soigneuse de zoo, un chef de la sécurité qui rêve de se débarrasser de ceux qu’il n’aime pas à coups de pelle, un super-héros qui retrouve les objets perdus, une blogueuse du néant, un psy(chopathe)... tout un tas de personnages plus singuliers les uns que les autres, qui vont avoir une fâcheuse tendance à décéder sur son passage. Une histoire qui se veut sombre, mais qui s’est surtout avérée pour moi très ennuyeuse. Pierre, le personnage principal, le dit lui-même : il est égoïste, et ce n’est rien de le dire. Il est égocentrique au possible, et semble convaincu d’être le centre du monde. Il passe son temps à geindre sur sa situation, sans rien faire pour l’améliorer. En un mot, il est insupportable.

Il est question de sexe, de religion, de dépression, du sens de la vie, du bien et du mal... Il ne manque que la politique à ce tableau idyllique ! Si je me cantonne essentiellement aux littératures de l’imaginaire et aux thrillers, c’est justement pour ne pas avoir à me prendre la tête avec ce genre de sujets. Le style est presque pompeux, et comme l’a dit Cajou dans sa chronique : « j'ai eu l'impression de lire un délire intello-philosophico-mégalo-chiant » ! Je ne saurais mieux dire. Une œuvre à part dans la biographie de Maxime Chattam, et en ce qui me concerne, j’espère juste qu’elle le restera.
Répondre