L'Histoire Sans Fin

Les anciens sujets et les souvenirs s'accumulent dans cette salle d'archives poussiéreuse et mal éclairée emmagasinant toute sorte de choses depuis des temps immémoriaux...
Avatar du membre
Valar Morghulis
Rat de bibliothèque
Messages : 4248
Inscrit le : 20 déc. 2012
Genre :

L'Histoire Sans Fin

Message par Valar Morghulis » 18 janv. 2013, 13:06

Le principe du jeu est simple, le premier joueur écrit un bout de phrase assez court, et chaque joueur à la file doit copier/coller le texte déjà écrit et ajouter un bout d'histoire. Chacun peut écrire ce qu'il veut, il n'y a pas besoin d'une suite logique dans le sens, mais il est nécessaire d'avoir une construction et une syntaxe correcte !


Et comme il faut commencer... Je commence !

Il était une fois, en haut d'une grande montagne...


Image 
Avatar du membre
Ewells
Fidèle
Messages : 655
Inscrit le : 16 janv. 2013

Message par Ewells » 18 janv. 2013, 13:18

... recouverte de fleurs scintillantes par la grâce de la rosée du matin, une jeune fille qui se dressait au bord d'un à-pic dangereux, caressant d'une main un chien-loup d'un blanc neigeux, ses longs cheveux noir comme le jais entouraient un visage aux traits fins, ses yeux ne trahissaient aucune crainte, ils ne reflétaient que la détermination à accomplir la tâche qui lui était dévolue,
Avatar du membre
Valar Morghulis
Rat de bibliothèque
Messages : 4248
Inscrit le : 20 déc. 2012
Genre :

Message par Valar Morghulis » 18 janv. 2013, 13:23

Il était une fois, en haut d'une grande montagne recouverte de fleurs scintillantes par la grâce de la rosée du matin, une jeune fille qui se dressait au bord d'un à-pic dangereux, caressant d'une main un chien-loup d'un blanc neigeux, ses longs cheveux noir comme le jais entouraient un visage aux traits fins, ses yeux ne trahissaient aucune crainte, ils ne reflétaient que la détermination à accomplir la tâche qui lui était dévolue : manger des bananes.
Image 
Avatar du membre
Ewells
Fidèle
Messages : 655
Inscrit le : 16 janv. 2013

Message par Ewells » 18 janv. 2013, 13:26

Il était une fois, en haut d'une grande montagne recouverte de fleurs scintillantes par la grâce de la rosée du matin, une jeune fille qui se dressait au bord d'un à-pic dangereux, caressant d'une main un chien-loup d'un blanc neigeux, ses longs cheveux noir comme le jais entouraient un visage aux traits fins, ses yeux ne trahissaient aucune crainte, ils ne reflétaient que la détermination à accomplir la tâche qui lui était dévolue : manger des bananes.

La tâche qui attendait la jeune fille n'était pas si simple, les mystérieuses bananes étant gardées par son frère le légendaire roi de Morghul
Avatar du membre
Valar Morghulis
Rat de bibliothèque
Messages : 4248
Inscrit le : 20 déc. 2012
Genre :

Message par Valar Morghulis » 18 janv. 2013, 13:29

Il était une fois, en haut d'une grande montagne recouverte de fleurs scintillantes par la grâce de la rosée du matin, une jeune fille qui se dressait au bord d'un à-pic dangereux, caressant d'une main un chien-loup d'un blanc neigeux, ses longs cheveux noir comme le jais entouraient un visage aux traits fins, ses yeux ne trahissaient aucune crainte, ils ne reflétaient que la détermination à accomplir la tâche qui lui était dévolue : manger des bananes.

La tâche qui attendait la jeune fille n'était pas si simple, les mystérieuses bananes étant gardées par son frère le légendaire roi de Morghul, elle devait s'équiper en conséquence: un arc en plastique avec des magnifiques flèches ventouses empoisonnées, un bonnet qui changeait de couleur au contact de la pluie, et un nain de poche.
Image 
Avatar du membre
Thanaquil
Passionné
Messages : 1157
Inscrit le : 08 janv. 2013

Message par Thanaquil » 18 janv. 2013, 13:40

Il était une fois, en haut d'une grande montagne recouverte de fleurs scintillantes par la grâce de la rosée du matin, une jeune fille qui se dressait au bord d'un à-pic dangereux, caressant d'une main un chien-loup d'un blanc neigeux, ses longs cheveux noir comme le jais entouraient un visage aux traits fins, ses yeux ne trahissaient aucune crainte, ils ne reflétaient que la détermination à accomplir la tâche qui lui était dévolue : manger des bananes.

La tâche qui attendait la jeune fille n'était pas si simple, les mystérieuses bananes étant gardées par son frère le légendaire roi de Morghul, elle devait s'équiper en conséquence: un arc en plastique avec des magnifiques flèches ventouses empoisonnées, un bonnet qui changeait de couleur au contact de la pluie, et un nain de poche.
Son chien-loup à ses côtés, elle se mit en quête d'une forêt, un nain de poche, il fallait le débusquer.
Avatar du membre
Ewells
Fidèle
Messages : 655
Inscrit le : 16 janv. 2013

Message par Ewells » 18 janv. 2013, 13:44

Il était une fois, en haut d'une grande montagne recouverte de fleurs scintillantes par la grâce de la rosée du matin, une jeune fille qui se dressait au bord d'un à-pic dangereux, caressant d'une main un chien-loup d'un blanc neigeux, ses longs cheveux noir comme le jais entouraient un visage aux traits fins, ses yeux ne trahissaient aucune crainte, ils ne reflétaient que la détermination à accomplir la tâche qui lui était dévolue : manger des bananes.

La tâche qui attendait la jeune fille n'était pas si simple, les mystérieuses bananes étant gardées par son frère le légendaire roi de Morghul, elle devait s'équiper en conséquence: un arc en plastique avec des magnifiques flèches ventouses empoisonnées, un bonnet qui changeait de couleur au contact de la pluie, et un nain de poche.
Son chien-loup à ses côtés, elle se mit en quête d'une forêt, un nain de poche, il fallait le débusquer. Plusieurs centaines de mètres en contrebat s'étendait la forêt de Cortecéliandre, réputée maléfique et dirigée par un troupeau de minuscules fées sanguinaires. Je devrais m'en contenter...
Avatar du membre
Valar Morghulis
Rat de bibliothèque
Messages : 4248
Inscrit le : 20 déc. 2012
Genre :

Message par Valar Morghulis » 18 janv. 2013, 13:48

Il était une fois, en haut d'une grande montagne recouverte de fleurs scintillantes par la grâce de la rosée du matin, une jeune fille qui se dressait au bord d'un à-pic dangereux, caressant d'une main un chien-loup d'un blanc neigeux, ses longs cheveux noir comme le jais entouraient un visage aux traits fins, ses yeux ne trahissaient aucune crainte, ils ne reflétaient que la détermination à accomplir la tâche qui lui était dévolue : manger des bananes.

La tâche qui attendait la jeune fille n'était pas si simple, les mystérieuses bananes étant gardées par son frère le légendaire roi de Morghul, elle devait s'équiper en conséquence: un arc en plastique avec des magnifiques flèches ventouses empoisonnées, un bonnet qui changeait de couleur au contact de la pluie, et un nain de poche.
Son chien-loup à ses côtés, elle se mit en quête d'une forêt, un nain de poche, il fallait le débusquer. Plusieurs centaines de mètres en contrebat s'étendait la forêt de Cortecéliandre, réputée maléfique et dirigée par un troupeau de minuscules fées sanguinaires. Je devrais m'en contenter...

Cunégonde, car tel était son nom, entreprit sa descente vers la terrifiante forêt, son chien-loup trottinant derrière elle.
Image 
Avatar du membre
Agenor
Administrateur
Messages : 6582
Inscrit le : 12 déc. 2012
Localisation : Grand Est !
Genre :
Âge : 27

Message par Agenor » 18 janv. 2013, 13:56

Il était une fois, en haut d'une grande montagne recouverte de fleurs scintillantes par la grâce de la rosée du matin, une jeune fille qui se dressait au bord d'un à-pic dangereux, caressant d'une main un chien-loup d'un blanc neigeux, ses longs cheveux noir comme le jais entouraient un visage aux traits fins, ses yeux ne trahissaient aucune crainte, ils ne reflétaient que la détermination à accomplir la tâche qui lui était dévolue : manger des bananes.

La tâche qui attendait la jeune fille n'était pas si simple, les mystérieuses bananes étant gardées par son frère le légendaire roi de Morghul, elle devait s'équiper en conséquence: un arc en plastique avec des magnifiques flèches ventouses empoisonnées, un bonnet qui changeait de couleur au contact de la pluie, et un nain de poche.
Son chien-loup à ses côtés, elle se mit en quête d'une forêt, un nain de poche, il fallait le débusquer. Plusieurs centaines de mètres en contrebat s'étendait la forêt de Cortecéliandre, réputée maléfique et dirigée par un troupeau de minuscules fées sanguinaires. Je devrais m'en contenter...

Cunégonde, car tel était son nom, entreprit sa descente vers la terrifiante forêt, son chien-loup trottinant derrière elle. Bien que sur ses gardes, elle ne vit pas l'ombre qui la suivait à distance raisonnable, attendant elle aussi son heure.
“ La véritable violence, la violence la plus impardonnable - je m'en suis rendu compte-, c'est surtout celle que l'on s'inflige à soi-même quand on a trop peur d'être qui nous sommes vraiment." - Sense8
Avatar du membre
Ewells
Fidèle
Messages : 655
Inscrit le : 16 janv. 2013

Message par Ewells » 18 janv. 2013, 13:59

Il était une fois, en haut d'une grande montagne recouverte de fleurs scintillantes par la grâce de la rosée du matin, une jeune fille qui se dressait au bord d'un à-pic dangereux, caressant d'une main un chien-loup d'un blanc neigeux, ses longs cheveux noir comme le jais entouraient un visage aux traits fins, ses yeux ne trahissaient aucune crainte, ils ne reflétaient que la détermination à accomplir la tâche qui lui était dévolue : manger des bananes.

La tâche qui attendait la jeune fille n'était pas si simple, les mystérieuses bananes étant gardées par son frère le légendaire roi de Morghul, elle devait s'équiper en conséquence: un arc en plastique avec des magnifiques flèches ventouses empoisonnées, un bonnet qui changeait de couleur au contact de la pluie, et un nain de poche.
Son chien-loup à ses côtés, elle se mit en quête d'une forêt, un nain de poche, il fallait le débusquer. Plusieurs centaines de mètres en contrebat s'étendait la forêt de Cortecéliandre, réputée maléfique et dirigée par un troupeau de minuscules fées sanguinaires. Je devrais m'en contenter...

Cunégonde, car tel était son nom, entreprit sa descente vers la terrifiante forêt, son chien-loup trottinant derrière elle. Bien que sur ses gardes, elle ne vit pas l'ombre qui la suivait à distance raisonnable, attendant elle aussi son heure.

Quand ils parvinrent à l'orée de la forêt le chien-loup émit un grondement sourd, mais la jeune fille ne pouvait pas se permettre de reculer, le temps lui manquait cruellement.
Avatar du membre
Valar Morghulis
Rat de bibliothèque
Messages : 4248
Inscrit le : 20 déc. 2012
Genre :

Message par Valar Morghulis » 18 janv. 2013, 14:03

Il était une fois, en haut d'une grande montagne recouverte de fleurs scintillantes par la grâce de la rosée du matin, une jeune fille qui se dressait au bord d'un à-pic dangereux, caressant d'une main un chien-loup d'un blanc neigeux, ses longs cheveux noir comme le jais entouraient un visage aux traits fins, ses yeux ne trahissaient aucune crainte, ils ne reflétaient que la détermination à accomplir la tâche qui lui était dévolue : manger des bananes.

La tâche qui attendait la jeune fille n'était pas si simple, les mystérieuses bananes étant gardées par son frère le légendaire roi de Morghul, elle devait s'équiper en conséquence: un arc en plastique avec des magnifiques flèches ventouses empoisonnées, un bonnet qui changeait de couleur au contact de la pluie, et un nain de poche.
Son chien-loup à ses côtés, elle se mit en quête d'une forêt, un nain de poche, il fallait le débusquer. Plusieurs centaines de mètres en contrebat s'étendait la forêt de Cortecéliandre, réputée maléfique et dirigée par un troupeau de minuscules fées sanguinaires. Je devrais m'en contenter...

Cunégonde, car tel était son nom, entreprit sa descente vers la terrifiante forêt, son chien-loup trottinant derrière elle. Bien que sur ses gardes, elle ne vit pas l'ombre qui la suivait à distance raisonnable, attendant elle aussi son heure.

Quand ils parvinrent à l'orée de la forêt le chien-loup émit un grondement sourd, mais la jeune fille ne pouvait pas se permettre de reculer, le temps lui manquait cruellement.
Son animal de compagnie se mit carrément à grogner et à montrer les dents lorsque, de derrière un arbre, une biche sortit et la regarda droit dans les yeux avant de dire :
Image 
Avatar du membre
Agenor
Administrateur
Messages : 6582
Inscrit le : 12 déc. 2012
Localisation : Grand Est !
Genre :
Âge : 27

Message par Agenor » 18 janv. 2013, 14:13

Il était une fois, en haut d'une grande montagne recouverte de fleurs scintillantes par la grâce de la rosée du matin, une jeune fille qui se dressait au bord d'un à-pic dangereux, caressant d'une main un chien-loup d'un blanc neigeux, ses longs cheveux noir comme le jais entouraient un visage aux traits fins, ses yeux ne trahissaient aucune crainte, ils ne reflétaient que la détermination à accomplir la tâche qui lui était dévolue : manger des bananes.

La tâche qui attendait la jeune fille n'était pas si simple, les mystérieuses bananes étant gardées par son frère le légendaire roi de Morghul, elle devait s'équiper en conséquence: un arc en plastique avec des magnifiques flèches ventouses empoisonnées, un bonnet qui changeait de couleur au contact de la pluie, et un nain de poche.
Son chien-loup à ses côtés, elle se mit en quête d'une forêt, un nain de poche, il fallait le débusquer. Plusieurs centaines de mètres en contrebat s'étendait la forêt de Cortecéliandre, réputée maléfique et dirigée par un troupeau de minuscules fées sanguinaires. Je devrais m'en contenter...

Cunégonde, car tel était son nom, entreprit sa descente vers la terrifiante forêt, son chien-loup trottinant derrière elle. Bien que sur ses gardes, elle ne vit pas l'ombre qui la suivait à distance raisonnable, attendant elle aussi son heure.

Quand ils parvinrent à l'orée de la forêt le chien-loup émit un grondement sourd, mais la jeune fille ne pouvait pas se permettre de reculer, le temps lui manquait cruellement.
Son animal de compagnie se mit carrément à grogner et à montrer les dents lorsque, de derrière un arbre, une biche sortit et la regarda droit dans les yeux avant de dire : "Coucou ! Tu viens jouer avec moi ?"
“ La véritable violence, la violence la plus impardonnable - je m'en suis rendu compte-, c'est surtout celle que l'on s'inflige à soi-même quand on a trop peur d'être qui nous sommes vraiment." - Sense8
Avatar du membre
Ewells
Fidèle
Messages : 655
Inscrit le : 16 janv. 2013

Message par Ewells » 18 janv. 2013, 14:21

Il était une fois, en haut d'une grande montagne recouverte de fleurs scintillantes par la grâce de la rosée du matin, une jeune fille qui se dressait au bord d'un à-pic dangereux, caressant d'une main un chien-loup d'un blanc neigeux, ses longs cheveux noir comme le jais entouraient un visage aux traits fins, ses yeux ne trahissaient aucune crainte, ils ne reflétaient que la détermination à accomplir la tâche qui lui était dévolue : manger des bananes.

La tâche qui attendait la jeune fille n'était pas si simple, les mystérieuses bananes étant gardées par son frère le légendaire roi de Morghul, elle devait s'équiper en conséquence: un arc en plastique avec des magnifiques flèches ventouses empoisonnées, un bonnet qui changeait de couleur au contact de la pluie, et un nain de poche.
Son chien-loup à ses côtés, elle se mit en quête d'une forêt, un nain de poche, il fallait le débusquer. Plusieurs centaines de mètres en contrebat s'étendait la forêt de Cortecéliandre, réputée maléfique et dirigée par un troupeau de minuscules fées sanguinaires. Je devrais m'en contenter...

Cunégonde, car tel était son nom, entreprit sa descente vers la terrifiante forêt, son chien-loup trottinant derrière elle. Bien que sur ses gardes, elle ne vit pas l'ombre qui la suivait à distance raisonnable, attendant elle aussi son heure.

Quand ils parvinrent à l'orée de la forêt le chien-loup émit un grondement sourd, mais la jeune fille ne pouvait pas se permettre de reculer, le temps lui manquait cruellement.
Son animal de compagnie se mit carrément à grogner et à montrer les dents lorsque, de derrière un arbre, une biche sortit et la regarda droit dans les yeux avant de dire : "Coucou ! Tu viens jouer avec moi ?"
Malheureusement la biche n'avait jamais croisée de jeune fille venant du Texas aussi ne s'inquiéta -t-elle pas quand Cunégonde fit apparaitre un fusil à pompe de gros calibre de sous sa longue veste en cuir noir, les yeux de la jeune fille émirent une lumière rouge au moment ou son doigt pressa la détente. C'est une forêt terrifiante oui ou non ?
Avatar du membre
Valar Morghulis
Rat de bibliothèque
Messages : 4248
Inscrit le : 20 déc. 2012
Genre :

Message par Valar Morghulis » 18 janv. 2013, 14:23

Il était une fois, en haut d'une grande montagne recouverte de fleurs scintillantes par la grâce de la rosée du matin, une jeune fille qui se dressait au bord d'un à-pic dangereux, caressant d'une main un chien-loup d'un blanc neigeux, ses longs cheveux noir comme le jais entouraient un visage aux traits fins, ses yeux ne trahissaient aucune crainte, ils ne reflétaient que la détermination à accomplir la tâche qui lui était dévolue : manger des bananes.

La tâche qui attendait la jeune fille n'était pas si simple, les mystérieuses bananes étant gardées par son frère le légendaire roi de Morghul, elle devait s'équiper en conséquence: un arc en plastique avec des magnifiques flèches ventouses empoisonnées, un bonnet qui changeait de couleur au contact de la pluie, et un nain de poche.
Son chien-loup à ses côtés, elle se mit en quête d'une forêt, un nain de poche, il fallait le débusquer. Plusieurs centaines de mètres en contrebat s'étendait la forêt de Cortecéliandre, réputée maléfique et dirigée par un troupeau de minuscules fées sanguinaires. Je devrais m'en contenter...

Cunégonde, car tel était son nom, entreprit sa descente vers la terrifiante forêt, son chien-loup trottinant derrière elle. Bien que sur ses gardes, elle ne vit pas l'ombre qui la suivait à distance raisonnable, attendant elle aussi son heure.

Quand ils parvinrent à l'orée de la forêt le chien-loup émit un grondement sourd, mais la jeune fille ne pouvait pas se permettre de reculer, le temps lui manquait cruellement.
Son animal de compagnie se mit carrément à grogner et à montrer les dents lorsque, de derrière un arbre, une biche sortit et la regarda droit dans les yeux avant de dire : "Coucou ! Tu viens jouer avec moi ?"
Malheureusement la biche n'avait jamais croisée de jeune fille venant du Texas aussi ne s'inquiéta -t-elle pas quand Cunégonde fit apparaitre un fusil à pompe de gros calibre de sous sa longue veste en cuir noir, les yeux de la jeune fille émirent une lumière rouge au moment ou son doigt pressa la détente. C'est une forêt terrifiante oui ou non ?

Le loup ne broncha même pas suite à la détonation, et pourtant celle-ci fit un tel baroufle qu'elle a du reveiller tous les arbres de la forêt, à tel point qu'un bruit étrange se fit entendre derrière elle... Comme un bruit de cailloux...
Image 
Avatar du membre
Ewells
Fidèle
Messages : 655
Inscrit le : 16 janv. 2013

Message par Ewells » 18 janv. 2013, 14:31

Il était une fois, en haut d'une grande montagne recouverte de fleurs scintillantes par la grâce de la rosée du matin, une jeune fille qui se dressait au bord d'un à-pic dangereux, caressant d'une main un chien-loup d'un blanc neigeux, ses longs cheveux noir comme le jais entouraient un visage aux traits fins, ses yeux ne trahissaient aucune crainte, ils ne reflétaient que la détermination à accomplir la tâche qui lui était dévolue : manger des bananes.

La tâche qui attendait la jeune fille n'était pas si simple, les mystérieuses bananes étant gardées par son frère le légendaire roi de Morghul, elle devait s'équiper en conséquence: un arc en plastique avec des magnifiques flèches ventouses empoisonnées, un bonnet qui changeait de couleur au contact de la pluie, et un nain de poche.
Son chien-loup à ses côtés, elle se mit en quête d'une forêt, un nain de poche, il fallait le débusquer. Plusieurs centaines de mètres en contrebat s'étendait la forêt de Cortecéliandre, réputée maléfique et dirigée par un troupeau de minuscules fées sanguinaires. Je devrais m'en contenter...

Cunégonde, car tel était son nom, entreprit sa descente vers la terrifiante forêt, son chien-loup trottinant derrière elle. Bien que sur ses gardes, elle ne vit pas l'ombre qui la suivait à distance raisonnable, attendant elle aussi son heure.

Quand ils parvinrent à l'orée de la forêt le chien-loup émit un grondement sourd, mais la jeune fille ne pouvait pas se permettre de reculer, le temps lui manquait cruellement.
Son animal de compagnie se mit carrément à grogner et à montrer les dents lorsque, de derrière un arbre, une biche sortit et la regarda droit dans les yeux avant de dire : "Coucou ! Tu viens jouer avec moi ?"
Malheureusement la biche n'avait jamais croisée de jeune fille venant du Texas aussi ne s'inquiéta -t-elle pas quand Cunégonde fit apparaitre un fusil à pompe de gros calibre de sous sa longue veste en cuir noir, les yeux de la jeune fille émirent une lumière rouge au moment ou son doigt pressa la détente. C'est une forêt terrifiante oui ou non ?

Le loup ne broncha même pas suite à la détonation, et pourtant celle-ci fit un tel baroufle qu'elle a du reveiller tous les arbres de la forêt, à tel point qu'un bruit étrange se fit entendre derrière elle... Comme un bruit de cailloux...
La jeune fille dut toutefois confondre se bruit avec celui de la cartouche qui chuta à ses pieds car elle ne se retourna pas et commença sa progression dans la forêt, envoyant un énorme os à moelle dans les les épineux pour que le loup lui ouvre la route En voilà un qui sert enfin à quelque chose...
Avatar du membre
Valar Morghulis
Rat de bibliothèque
Messages : 4248
Inscrit le : 20 déc. 2012
Genre :

Message par Valar Morghulis » 18 janv. 2013, 14:34

Il était une fois, en haut d'une grande montagne recouverte de fleurs scintillantes par la grâce de la rosée du matin, une jeune fille qui se dressait au bord d'un à-pic dangereux, caressant d'une main un chien-loup d'un blanc neigeux, ses longs cheveux noir comme le jais entouraient un visage aux traits fins, ses yeux ne trahissaient aucune crainte, ils ne reflétaient que la détermination à accomplir la tâche qui lui était dévolue : manger des bananes.

La tâche qui attendait la jeune fille n'était pas si simple, les mystérieuses bananes étant gardées par son frère le légendaire roi de Morghul, elle devait s'équiper en conséquence: un arc en plastique avec des magnifiques flèches ventouses empoisonnées, un bonnet qui changeait de couleur au contact de la pluie, et un nain de poche.
Son chien-loup à ses côtés, elle se mit en quête d'une forêt, un nain de poche, il fallait le débusquer. Plusieurs centaines de mètres en contrebat s'étendait la forêt de Cortecéliandre, réputée maléfique et dirigée par un troupeau de minuscules fées sanguinaires. Je devrais m'en contenter...

Cunégonde, car tel était son nom, entreprit sa descente vers la terrifiante forêt, son chien-loup trottinant derrière elle. Bien que sur ses gardes, elle ne vit pas l'ombre qui la suivait à distance raisonnable, attendant elle aussi son heure.

Quand ils parvinrent à l'orée de la forêt le chien-loup émit un grondement sourd, mais la jeune fille ne pouvait pas se permettre de reculer, le temps lui manquait cruellement.
Son animal de compagnie se mit carrément à grogner et à montrer les dents lorsque, de derrière un arbre, une biche sortit et la regarda droit dans les yeux avant de dire : "Coucou ! Tu viens jouer avec moi ?"
Malheureusement la biche n'avait jamais croisée de jeune fille venant du Texas aussi ne s'inquiéta -t-elle pas quand Cunégonde fit apparaitre un fusil à pompe de gros calibre de sous sa longue veste en cuir noir, les yeux de la jeune fille émirent une lumière rouge au moment ou son doigt pressa la détente. C'est une forêt terrifiante oui ou non ?

Le loup ne broncha même pas suite à la détonation, et pourtant celle-ci fit un tel baroufle qu'elle a du reveiller tous les arbres de la forêt, à tel point qu'un bruit étrange se fit entendre derrière elle... Comme un bruit de cailloux...
La jeune fille dut toutefois confondre se bruit avec celui de la cartouche qui chuta à ses pieds car elle ne se retourna pas et commença sa progression dans la forêt, envoyant un énorme os à moelle dans les les épineux pour que le loup lui ouvre la route En voilà un qui sert enfin à quelque chose...
Le loup se tourna comme si elle avait formulé cette pensée à voix haute et lui jeta froidement : "si t'es pas contente, va les chercher toute seule tes bananes !"
Image 
Avatar du membre
Ewells
Fidèle
Messages : 655
Inscrit le : 16 janv. 2013

Message par Ewells » 18 janv. 2013, 16:20

Il était une fois, en haut d'une grande montagne recouverte de fleurs scintillantes par la grâce de la rosée du matin, une jeune fille qui se dressait au bord d'un à-pic dangereux, caressant d'une main un chien-loup d'un blanc neigeux, ses longs cheveux noir comme le jais entouraient un visage aux traits fins, ses yeux ne trahissaient aucune crainte, ils ne reflétaient que la détermination à accomplir la tâche qui lui était dévolue : manger des bananes.

La tâche qui attendait la jeune fille n'était pas si simple, les mystérieuses bananes étant gardées par son frère le légendaire roi de Morghul, elle devait s'équiper en conséquence: un arc en plastique avec des magnifiques flèches ventouses empoisonnées, un bonnet qui changeait de couleur au contact de la pluie, et un nain de poche.
Son chien-loup à ses côtés, elle se mit en quête d'une forêt, un nain de poche, il fallait le débusquer. Plusieurs centaines de mètres en contrebat s'étendait la forêt de Cortecéliandre, réputée maléfique et dirigée par un troupeau de minuscules fées sanguinaires. Je devrais m'en contenter...

Cunégonde, car tel était son nom, entreprit sa descente vers la terrifiante forêt, son chien-loup trottinant derrière elle. Bien que sur ses gardes, elle ne vit pas l'ombre qui la suivait à distance raisonnable, attendant elle aussi son heure.

Quand ils parvinrent à l'orée de la forêt le chien-loup émit un grondement sourd, mais la jeune fille ne pouvait pas se permettre de reculer, le temps lui manquait cruellement.
Son animal de compagnie se mit carrément à grogner et à montrer les dents lorsque, de derrière un arbre, une biche sortit et la regarda droit dans les yeux avant de dire : "Coucou ! Tu viens jouer avec moi ?"
Malheureusement la biche n'avait jamais croisée de jeune fille venant du Texas aussi ne s'inquiéta -t-elle pas quand Cunégonde fit apparaitre un fusil à pompe de gros calibre de sous sa longue veste en cuir noir, les yeux de la jeune fille émirent une lumière rouge au moment ou son doigt pressa la détente. C'est une forêt terrifiante oui ou non ?

Le loup ne broncha même pas suite à la détonation, et pourtant celle-ci fit un tel baroufle qu'elle a du reveiller tous les arbres de la forêt, à tel point qu'un bruit étrange se fit entendre derrière elle... Comme un bruit de cailloux...
La jeune fille dut toutefois confondre se bruit avec celui de la cartouche qui chuta à ses pieds car elle ne se retourna pas et commença sa progression dans la forêt, envoyant un énorme os à moelle dans les les épineux pour que le loup lui ouvre la route En voilà un qui sert enfin à quelque chose...
Le loup se tourna comme si elle avait formulé cette pensée à voix haute et lui jeta froidement : "si t'es pas contente, va les chercher toute seule tes bananes !"
D'un mouvement fluide elle ouvrit le fusil à pompe saisit une cartouche et la glissa dans le canon vide, elle fit glisser la culasse et pointa la gueule du fusil encore incandescente en direction du chien-loup, il baissa les yeux et repris sa progression. Ce chien ne parlait pas hier alors il ne va pas s'y mettre aujourd'hui
Avatar du membre
Valar Morghulis
Rat de bibliothèque
Messages : 4248
Inscrit le : 20 déc. 2012
Genre :

Message par Valar Morghulis » 18 janv. 2013, 16:26

Il était une fois, en haut d'une grande montagne recouverte de fleurs scintillantes par la grâce de la rosée du matin, une jeune fille qui se dressait au bord d'un à-pic dangereux, caressant d'une main un chien-loup d'un blanc neigeux, ses longs cheveux noir comme le jais entouraient un visage aux traits fins, ses yeux ne trahissaient aucune crainte, ils ne reflétaient que la détermination à accomplir la tâche qui lui était dévolue : manger des bananes.

La tâche qui attendait la jeune fille n'était pas si simple, les mystérieuses bananes étant gardées par son frère le légendaire roi de Morghul, elle devait s'équiper en conséquence: un arc en plastique avec des magnifiques flèches ventouses empoisonnées, un bonnet qui changeait de couleur au contact de la pluie, et un nain de poche.
Son chien-loup à ses côtés, elle se mit en quête d'une forêt, un nain de poche, il fallait le débusquer. Plusieurs centaines de mètres en contrebat s'étendait la forêt de Cortecéliandre, réputée maléfique et dirigée par un troupeau de minuscules fées sanguinaires. Je devrais m'en contenter...

Cunégonde, car tel était son nom, entreprit sa descente vers la terrifiante forêt, son chien-loup trottinant derrière elle. Bien que sur ses gardes, elle ne vit pas l'ombre qui la suivait à distance raisonnable, attendant elle aussi son heure.

Quand ils parvinrent à l'orée de la forêt le chien-loup émit un grondement sourd, mais la jeune fille ne pouvait pas se permettre de reculer, le temps lui manquait cruellement.
Son animal de compagnie se mit carrément à grogner et à montrer les dents lorsque, de derrière un arbre, une biche sortit et la regarda droit dans les yeux avant de dire : "Coucou ! Tu viens jouer avec moi ?"
Malheureusement la biche n'avait jamais croisée de jeune fille venant du Texas aussi ne s'inquiéta -t-elle pas quand Cunégonde fit apparaitre un fusil à pompe de gros calibre de sous sa longue veste en cuir noir, les yeux de la jeune fille émirent une lumière rouge au moment ou son doigt pressa la détente. C'est une forêt terrifiante oui ou non ?

Le loup ne broncha même pas suite à la détonation, et pourtant celle-ci fit un tel baroufle qu'elle a du reveiller tous les arbres de la forêt, à tel point qu'un bruit étrange se fit entendre derrière elle... Comme un bruit de cailloux...
La jeune fille dut toutefois confondre se bruit avec celui de la cartouche qui chuta à ses pieds car elle ne se retourna pas et commença sa progression dans la forêt, envoyant un énorme os à moelle dans les les épineux pour que le loup lui ouvre la route En voilà un qui sert enfin à quelque chose...
Le loup se tourna comme si elle avait formulé cette pensée à voix haute et lui jeta froidement : "si t'es pas contente, va les chercher toute seule tes bananes !"
D'un mouvement fluide elle ouvrit le fusil à pompe saisit une cartouche et la glissa dans le canon vide, elle fit glisser la culasse et pointa la gueule du fusil encore incandescente en direction du chien-loup, il baissa les yeux et repris sa progression. Ce chien ne parlait pas hier alors il ne va pas s'y mettre aujourd'hui.
Sans un mot, le chien-loup disparu dans la forêt, et bientot Cunégonde du courir pour le rattraper. Il lui avait peut être caché sa parole, mais il restait aussi son plus fidèle amis. Enfin, son seul amis !
Image 
Avatar du membre
Ewells
Fidèle
Messages : 655
Inscrit le : 16 janv. 2013

Message par Ewells » 18 janv. 2013, 16:33

Il était une fois, en haut d'une grande montagne recouverte de fleurs scintillantes par la grâce de la rosée du matin, une jeune fille qui se dressait au bord d'un à-pic dangereux, caressant d'une main un chien-loup d'un blanc neigeux, ses longs cheveux noir comme le jais entouraient un visage aux traits fins, ses yeux ne trahissaient aucune crainte, ils ne reflétaient que la détermination à accomplir la tâche qui lui était dévolue : manger des bananes.

La tâche qui attendait la jeune fille n'était pas si simple, les mystérieuses bananes étant gardées par son frère le légendaire roi de Morghul, elle devait s'équiper en conséquence: un arc en plastique avec des magnifiques flèches ventouses empoisonnées, un bonnet qui changeait de couleur au contact de la pluie, et un nain de poche.
Son chien-loup à ses côtés, elle se mit en quête d'une forêt, un nain de poche, il fallait le débusquer. Plusieurs centaines de mètres en contrebat s'étendait la forêt de Cortecéliandre, réputée maléfique et dirigée par un troupeau de minuscules fées sanguinaires. Je devrais m'en contenter...

Cunégonde, car tel était son nom, entreprit sa descente vers la terrifiante forêt, son chien-loup trottinant derrière elle. Bien que sur ses gardes, elle ne vit pas l'ombre qui la suivait à distance raisonnable, attendant elle aussi son heure.

Quand ils parvinrent à l'orée de la forêt le chien-loup émit un grondement sourd, mais la jeune fille ne pouvait pas se permettre de reculer, le temps lui manquait cruellement.
Son animal de compagnie se mit carrément à grogner et à montrer les dents lorsque, de derrière un arbre, une biche sortit et la regarda droit dans les yeux avant de dire : "Coucou ! Tu viens jouer avec moi ?"
Malheureusement la biche n'avait jamais croisée de jeune fille venant du Texas aussi ne s'inquiéta -t-elle pas quand Cunégonde fit apparaitre un fusil à pompe de gros calibre de sous sa longue veste en cuir noir, les yeux de la jeune fille émirent une lumière rouge au moment ou son doigt pressa la détente. C'est une forêt terrifiante oui ou non ?

Le loup ne broncha même pas suite à la détonation, et pourtant celle-ci fit un tel baroufle qu'elle a du reveiller tous les arbres de la forêt, à tel point qu'un bruit étrange se fit entendre derrière elle... Comme un bruit de cailloux...
La jeune fille dut toutefois confondre se bruit avec celui de la cartouche qui chuta à ses pieds car elle ne se retourna pas et commença sa progression dans la forêt, envoyant un énorme os à moelle dans les les épineux pour que le loup lui ouvre la route En voilà un qui sert enfin à quelque chose...
Le loup se tourna comme si elle avait formulé cette pensée à voix haute et lui jeta froidement : "si t'es pas contente, va les chercher toute seule tes bananes !"
D'un mouvement fluide elle ouvrit le fusil à pompe saisit une cartouche et la glissa dans le canon vide, elle fit glisser la culasse et pointa la gueule du fusil encore incandescente en direction du chien-loup, il baissa les yeux et repris sa progression. Ce chien ne parlait pas hier alors il ne va pas s'y mettre aujourd'hui.
Sans un mot, le chien-loup disparu dans la forêt, et bientot Cunégonde du courir pour le rattraper. Il lui avait peut être caché sa parole, mais il restait aussi son plus fidèle amis. Enfin, son seul amis !
Alors qu'elle courrait a perdre haleine entre les jeunes arbres des abords de la forêt elle se rendit compte que la lumière allait faiblissante, une étrange et oppressante brume verte se dégageait des sous-bois et sa course se ralenti quand l’air poisseux devint presque palpable. -Reviens Ti-Rex, Cria-t-elle...
Avatar du membre
Agenor
Administrateur
Messages : 6582
Inscrit le : 12 déc. 2012
Localisation : Grand Est !
Genre :
Âge : 27

Message par Agenor » 18 janv. 2013, 21:28

Il était une fois, en haut d'une grande montagne recouverte de fleurs scintillantes par la grâce de la rosée du matin, une jeune fille qui se dressait au bord d'un à-pic dangereux, caressant d'une main un chien-loup d'un blanc neigeux, ses longs cheveux noir comme le jais entouraient un visage aux traits fins, ses yeux ne trahissaient aucune crainte, ils ne reflétaient que la détermination à accomplir la tâche qui lui était dévolue : manger des bananes.

La tâche qui attendait la jeune fille n'était pas si simple, les mystérieuses bananes étant gardées par son frère le légendaire roi de Morghul, elle devait s'équiper en conséquence: un arc en plastique avec des magnifiques flèches ventouses empoisonnées, un bonnet qui changeait de couleur au contact de la pluie, et un nain de poche.
Son chien-loup à ses côtés, elle se mit en quête d'une forêt, un nain de poche, il fallait le débusquer. Plusieurs centaines de mètres en contrebat s'étendait la forêt de Cortecéliandre, réputée maléfique et dirigée par un troupeau de minuscules fées sanguinaires. Je devrais m'en contenter...

Cunégonde, car tel était son nom, entreprit sa descente vers la terrifiante forêt, son chien-loup trottinant derrière elle. Bien que sur ses gardes, elle ne vit pas l'ombre qui la suivait à distance raisonnable, attendant elle aussi son heure.

Quand ils parvinrent à l'orée de la forêt le chien-loup émit un grondement sourd, mais la jeune fille ne pouvait pas se permettre de reculer, le temps lui manquait cruellement.
Son animal de compagnie se mit carrément à grogner et à montrer les dents lorsque, de derrière un arbre, une biche sortit et la regarda droit dans les yeux avant de dire : "Coucou ! Tu viens jouer avec moi ?"
Malheureusement la biche n'avait jamais croisée de jeune fille venant du Texas aussi ne s'inquiéta -t-elle pas quand Cunégonde fit apparaitre un fusil à pompe de gros calibre de sous sa longue veste en cuir noir, les yeux de la jeune fille émirent une lumière rouge au moment ou son doigt pressa la détente. C'est une forêt terrifiante oui ou non ?

Le loup ne broncha même pas suite à la détonation, et pourtant celle-ci fit un tel baroufle qu'elle a du reveiller tous les arbres de la forêt, à tel point qu'un bruit étrange se fit entendre derrière elle... Comme un bruit de cailloux...
La jeune fille dut toutefois confondre se bruit avec celui de la cartouche qui chuta à ses pieds car elle ne se retourna pas et commença sa progression dans la forêt, envoyant un énorme os à moelle dans les les épineux pour que le loup lui ouvre la route En voilà un qui sert enfin à quelque chose...
Le loup se tourna comme si elle avait formulé cette pensée à voix haute et lui jeta froidement : "si t'es pas contente, va les chercher toute seule tes bananes !"
D'un mouvement fluide elle ouvrit le fusil à pompe saisit une cartouche et la glissa dans le canon vide, elle fit glisser la culasse et pointa la gueule du fusil encore incandescente en direction du chien-loup, il baissa les yeux et repris sa progression. Ce chien ne parlait pas hier alors il ne va pas s'y mettre aujourd'hui.
Sans un mot, le chien-loup disparu dans la forêt, et bientot Cunégonde du courir pour le rattraper. Il lui avait peut être caché sa parole, mais il restait aussi son plus fidèle amis. Enfin, son seul amis !
Alors qu'elle courrait a perdre haleine entre les jeunes arbres des abords de la forêt elle se rendit compte que la lumière allait faiblissante, une étrange et oppressante brume verte se dégageait des sous-bois et sa course se ralenti quand l’air poisseux devint presque palpable. -Reviens Ti-Rex, cria-t-elle...
Cunégonde se mit alors à tousser, la vue brouillée par un flot de larmes ininterrompu à cause de la brume verte, corrosive.
“ La véritable violence, la violence la plus impardonnable - je m'en suis rendu compte-, c'est surtout celle que l'on s'inflige à soi-même quand on a trop peur d'être qui nous sommes vraiment." - Sense8
Avatar du membre
Valar Morghulis
Rat de bibliothèque
Messages : 4248
Inscrit le : 20 déc. 2012
Genre :

Message par Valar Morghulis » 19 janv. 2013, 09:57

Il était une fois, en haut d'une grande montagne recouverte de fleurs scintillantes par la grâce de la rosée du matin, une jeune fille qui se dressait au bord d'un à-pic dangereux, caressant d'une main un chien-loup d'un blanc neigeux, ses longs cheveux noir comme le jais entouraient un visage aux traits fins, ses yeux ne trahissaient aucune crainte, ils ne reflétaient que la détermination à accomplir la tâche qui lui était dévolue : manger des bananes.

La tâche qui attendait la jeune fille n'était pas si simple, les mystérieuses bananes étant gardées par son frère le légendaire roi de Morghul, elle devait s'équiper en conséquence: un arc en plastique avec des magnifiques flèches ventouses empoisonnées, un bonnet qui changeait de couleur au contact de la pluie, et un nain de poche.
Son chien-loup à ses côtés, elle se mit en quête d'une forêt, un nain de poche, il fallait le débusquer. Plusieurs centaines de mètres en contrebat s'étendait la forêt de Cortecéliandre, réputée maléfique et dirigée par un troupeau de minuscules fées sanguinaires. Je devrais m'en contenter...

Cunégonde, car tel était son nom, entreprit sa descente vers la terrifiante forêt, son chien-loup trottinant derrière elle. Bien que sur ses gardes, elle ne vit pas l'ombre qui la suivait à distance raisonnable, attendant elle aussi son heure.

Quand ils parvinrent à l'orée de la forêt le chien-loup émit un grondement sourd, mais la jeune fille ne pouvait pas se permettre de reculer, le temps lui manquait cruellement.
Son animal de compagnie se mit carrément à grogner et à montrer les dents lorsque, de derrière un arbre, une biche sortit et la regarda droit dans les yeux avant de dire : "Coucou ! Tu viens jouer avec moi ?"
Malheureusement la biche n'avait jamais croisée de jeune fille venant du Texas aussi ne s'inquiéta -t-elle pas quand Cunégonde fit apparaitre un fusil à pompe de gros calibre de sous sa longue veste en cuir noir, les yeux de la jeune fille émirent une lumière rouge au moment ou son doigt pressa la détente. C'est une forêt terrifiante oui ou non ?

Le loup ne broncha même pas suite à la détonation, et pourtant celle-ci fit un tel baroufle qu'elle a du reveiller tous les arbres de la forêt, à tel point qu'un bruit étrange se fit entendre derrière elle... Comme un bruit de cailloux...
La jeune fille dut toutefois confondre se bruit avec celui de la cartouche qui chuta à ses pieds car elle ne se retourna pas et commença sa progression dans la forêt, envoyant un énorme os à moelle dans les les épineux pour que le loup lui ouvre la route En voilà un qui sert enfin à quelque chose...
Le loup se tourna comme si elle avait formulé cette pensée à voix haute et lui jeta froidement : "si t'es pas contente, va les chercher toute seule tes bananes !"
D'un mouvement fluide elle ouvrit le fusil à pompe saisit une cartouche et la glissa dans le canon vide, elle fit glisser la culasse et pointa la gueule du fusil encore incandescente en direction du chien-loup, il baissa les yeux et repris sa progression. Ce chien ne parlait pas hier alors il ne va pas s'y mettre aujourd'hui.
Sans un mot, le chien-loup disparu dans la forêt, et bientôt Cunégonde du courir pour le rattraper. Il lui avait peut être caché sa parole, mais il restait aussi son plus fidèle amis. Enfin, son seul amis !
Alors qu'elle courrait a perdre haleine entre les jeunes arbres des abords de la forêt elle se rendit compte que la lumière allait faiblissante, une étrange et oppressante brume verte se dégageait des sous-bois et sa course se ralenti quand l’air poisseux devint presque palpable. -Reviens Ti-Rex, cria-t-elle...
Cunégonde se mit alors à tousser, la vue brouillée par un flot de larmes ininterrompu à cause de la brume verte, corrosive. Son esprit vascillait, elle voyait les arbres tourner autour d'elle et se sentit tomber au sol... Pour se réveiller quelques heures plus tard dans
Image 
Avatar du membre
Ewells
Fidèle
Messages : 655
Inscrit le : 16 janv. 2013

Message par Ewells » 19 janv. 2013, 18:19

Il était une fois, en haut d'une grande montagne recouverte de fleurs scintillantes par la grâce de la rosée du matin, une jeune fille qui se dressait au bord d'un à-pic dangereux, caressant d'une main un chien-loup d'un blanc neigeux, ses longs cheveux noir comme le jais entouraient un visage aux traits fins, ses yeux ne trahissaient aucune crainte, ils ne reflétaient que la détermination à accomplir la tâche qui lui était dévolue : manger des bananes.

La tâche qui attendait la jeune fille n'était pas si simple, les mystérieuses bananes étant gardées par son frère le légendaire roi de Morghul, elle devait s'équiper en conséquence: un arc en plastique avec des magnifiques flèches ventouses empoisonnées, un bonnet qui changeait de couleur au contact de la pluie, et un nain de poche.
Son chien-loup à ses côtés, elle se mit en quête d'une forêt, un nain de poche, il fallait le débusquer. Plusieurs centaines de mètres en contrebat s'étendait la forêt de Cortecéliandre, réputée maléfique et dirigée par un troupeau de minuscules fées sanguinaires. Je devrais m'en contenter...

Cunégonde, car tel était son nom, entreprit sa descente vers la terrifiante forêt, son chien-loup trottinant derrière elle. Bien que sur ses gardes, elle ne vit pas l'ombre qui la suivait à distance raisonnable, attendant elle aussi son heure.

Quand ils parvinrent à l'orée de la forêt le chien-loup émit un grondement sourd, mais la jeune fille ne pouvait pas se permettre de reculer, le temps lui manquait cruellement.
Son animal de compagnie se mit carrément à grogner et à montrer les dents lorsque, de derrière un arbre, une biche sortit et la regarda droit dans les yeux avant de dire : "Coucou ! Tu viens jouer avec moi ?"
Malheureusement la biche n'avait jamais croisée de jeune fille venant du Texas aussi ne s'inquiéta -t-elle pas quand Cunégonde fit apparaitre un fusil à pompe de gros calibre de sous sa longue veste en cuir noir, les yeux de la jeune fille émirent une lumière rouge au moment ou son doigt pressa la détente. C'est une forêt terrifiante oui ou non ?

Le loup ne broncha même pas suite à la détonation, et pourtant celle-ci fit un tel baroufle qu'elle a du reveiller tous les arbres de la forêt, à tel point qu'un bruit étrange se fit entendre derrière elle... Comme un bruit de cailloux...
La jeune fille dut toutefois confondre se bruit avec celui de la cartouche qui chuta à ses pieds car elle ne se retourna pas et commença sa progression dans la forêt, envoyant un énorme os à moelle dans les les épineux pour que le loup lui ouvre la route En voilà un qui sert enfin à quelque chose...
Le loup se tourna comme si elle avait formulé cette pensée à voix haute et lui jeta froidement : "si t'es pas contente, va les chercher toute seule tes bananes !"
D'un mouvement fluide elle ouvrit le fusil à pompe saisit une cartouche et la glissa dans le canon vide, elle fit glisser la culasse et pointa la gueule du fusil encore incandescente en direction du chien-loup, il baissa les yeux et repris sa progression. Ce chien ne parlait pas hier alors il ne va pas s'y mettre aujourd'hui.
Sans un mot, le chien-loup disparu dans la forêt, et bientôt Cunégonde du courir pour le rattraper. Il lui avait peut être caché sa parole, mais il restait aussi son plus fidèle amis. Enfin, son seul amis !
Alors qu'elle courrait a perdre haleine entre les jeunes arbres des abords de la forêt elle se rendit compte que la lumière allait faiblissante, une étrange et oppressante brume verte se dégageait des sous-bois et sa course se ralenti quand l’air poisseux devint presque palpable. -Reviens Ti-Rex, cria-t-elle...
Cunégonde se mit alors à tousser, la vue brouillée par un flot de larmes ininterrompu à cause de la brume verte, corrosive. Son esprit vascillait, elle voyait les arbres tourner autour d'elle et se sentit tomber au sol... Pour se réveiller quelques heures plus tard dans la position inconfortable qu'avait créer sa chute.
Elle n'arrivait pas à rassembler de pensée cohérente, elle senti quelque chose s'approcher, puis eu à peine conscience que ses vêtements se tendaient sous elle et que la cime des arbres commençait à bouger, elle senti une larme rouler sur sa joue alors que les ténèbres emplissaient à nouveau sa vue, ses lèvres formèrent un dernier mot, telle une prière aux dieux ''excuse-m...'' la vague de tristesse qui emplit la jeune fille dura un instant puis s'évapora dans le néant.
Avatar du membre
Valar Morghulis
Rat de bibliothèque
Messages : 4248
Inscrit le : 20 déc. 2012
Genre :

Message par Valar Morghulis » 19 janv. 2013, 22:53

Il était une fois, en haut d'une grande montagne recouverte de fleurs scintillantes par la grâce de la rosée du matin, une jeune fille qui se dressait au bord d'un à-pic dangereux, caressant d'une main un chien-loup d'un blanc neigeux, ses longs cheveux noir comme le jais entouraient un visage aux traits fins, ses yeux ne trahissaient aucune crainte, ils ne reflétaient que la détermination à accomplir la tâche qui lui était dévolue : manger des bananes.

La tâche qui attendait la jeune fille n'était pas si simple, les mystérieuses bananes étant gardées par son frère le légendaire roi de Morghul, elle devait s'équiper en conséquence: un arc en plastique avec des magnifiques flèches ventouses empoisonnées, un bonnet qui changeait de couleur au contact de la pluie, et un nain de poche.
Son chien-loup à ses côtés, elle se mit en quête d'une forêt, un nain de poche, il fallait le débusquer. Plusieurs centaines de mètres en contrebat s'étendait la forêt de Cortecéliandre, réputée maléfique et dirigée par un troupeau de minuscules fées sanguinaires. Je devrais m'en contenter...

Cunégonde, car tel était son nom, entreprit sa descente vers la terrifiante forêt, son chien-loup trottinant derrière elle. Bien que sur ses gardes, elle ne vit pas l'ombre qui la suivait à distance raisonnable, attendant elle aussi son heure.

Quand ils parvinrent à l'orée de la forêt le chien-loup émit un grondement sourd, mais la jeune fille ne pouvait pas se permettre de reculer, le temps lui manquait cruellement.
Son animal de compagnie se mit carrément à grogner et à montrer les dents lorsque, de derrière un arbre, une biche sortit et la regarda droit dans les yeux avant de dire : "Coucou ! Tu viens jouer avec moi ?"
Malheureusement la biche n'avait jamais croisée de jeune fille venant du Texas aussi ne s'inquiéta -t-elle pas quand Cunégonde fit apparaitre un fusil à pompe de gros calibre de sous sa longue veste en cuir noir, les yeux de la jeune fille émirent une lumière rouge au moment ou son doigt pressa la détente. C'est une forêt terrifiante oui ou non ?

Le loup ne broncha même pas suite à la détonation, et pourtant celle-ci fit un tel baroufle qu'elle a du reveiller tous les arbres de la forêt, à tel point qu'un bruit étrange se fit entendre derrière elle... Comme un bruit de cailloux...
La jeune fille dut toutefois confondre se bruit avec celui de la cartouche qui chuta à ses pieds car elle ne se retourna pas et commença sa progression dans la forêt, envoyant un énorme os à moelle dans les les épineux pour que le loup lui ouvre la route En voilà un qui sert enfin à quelque chose...
Le loup se tourna comme si elle avait formulé cette pensée à voix haute et lui jeta froidement : "si t'es pas contente, va les chercher toute seule tes bananes !"
D'un mouvement fluide elle ouvrit le fusil à pompe saisit une cartouche et la glissa dans le canon vide, elle fit glisser la culasse et pointa la gueule du fusil encore incandescente en direction du chien-loup, il baissa les yeux et repris sa progression. Ce chien ne parlait pas hier alors il ne va pas s'y mettre aujourd'hui.
Sans un mot, le chien-loup disparu dans la forêt, et bientôt Cunégonde du courir pour le rattraper. Il lui avait peut être caché sa parole, mais il restait aussi son plus fidèle amis. Enfin, son seul amis !
Alors qu'elle courrait a perdre haleine entre les jeunes arbres des abords de la forêt elle se rendit compte que la lumière allait faiblissante, une étrange et oppressante brume verte se dégageait des sous-bois et sa course se ralenti quand l’air poisseux devint presque palpable. -Reviens Ti-Rex, cria-t-elle...
Cunégonde se mit alors à tousser, la vue brouillée par un flot de larmes ininterrompu à cause de la brume verte, corrosive. Son esprit vascillait, elle voyait les arbres tourner autour d'elle et se sentit tomber au sol... Pour se réveiller quelques heures plus tard dans la position inconfortable qu'avait créer sa chute.
Elle n'arrivait pas à rassembler de pensée cohérente, elle senti quelque chose s'approcher, puis eu à peine conscience que ses vêtements se tendaient sous elle et que la cime des arbres commençait à bouger, elle senti une larme rouler sur sa joue alors que les ténèbres emplissaient à nouveau sa vue, ses lèvres formèrent un dernier mot, telle une prière aux dieux ''excuse-m...'' la vague de tristesse qui emplit la jeune fille dura un instant puis s'évapora dans le néant.
Elle retrouva son courage de guerrière et se leva d'un bond. La tête lui tourna quelques secondes, mais à peine cela avait cessé qu'elle était prête à repartir à la recherche de son nain de poche.
Image 
Avatar du membre
PoisonDub
Assidu
Messages : 359
Inscrit le : 17 janv. 2013

Message par PoisonDub » 21 janv. 2013, 16:49

Il était une fois, en haut d'une grande montagne recouverte de fleurs scintillantes par la grâce de la rosée du matin, une jeune fille qui se dressait au bord d'un à-pic dangereux, caressant d'une main un chien-loup d'un blanc neigeux, ses longs cheveux noir comme le jais entouraient un visage aux traits fins, ses yeux ne trahissaient aucune crainte, ils ne reflétaient que la détermination à accomplir la tâche qui lui était dévolue : manger des bananes.

La tâche qui attendait la jeune fille n'était pas si simple, les mystérieuses bananes étant gardées par son frère le légendaire roi de Morghul, elle devait s'équiper en conséquence: un arc en plastique avec des magnifiques flèches ventouses empoisonnées, un bonnet qui changeait de couleur au contact de la pluie, et un nain de poche.
Son chien-loup à ses côtés, elle se mit en quête d'une forêt, un nain de poche, il fallait le débusquer. Plusieurs centaines de mètres en contrebat s'étendait la forêt de Cortecéliandre, réputée maléfique et dirigée par un troupeau de minuscules fées sanguinaires. Je devrais m'en contenter...

Cunégonde, car tel était son nom, entreprit sa descente vers la terrifiante forêt, son chien-loup trottinant derrière elle. Bien que sur ses gardes, elle ne vit pas l'ombre qui la suivait à distance raisonnable, attendant elle aussi son heure.

Quand ils parvinrent à l'orée de la forêt le chien-loup émit un grondement sourd, mais la jeune fille ne pouvait pas se permettre de reculer, le temps lui manquait cruellement.
Son animal de compagnie se mit carrément à grogner et à montrer les dents lorsque, de derrière un arbre, une biche sortit et la regarda droit dans les yeux avant de dire : "Coucou ! Tu viens jouer avec moi ?"
Malheureusement la biche n'avait jamais croisée de jeune fille venant du Texas aussi ne s'inquiéta -t-elle pas quand Cunégonde fit apparaitre un fusil à pompe de gros calibre de sous sa longue veste en cuir noir, les yeux de la jeune fille émirent une lumière rouge au moment ou son doigt pressa la détente. C'est une forêt terrifiante oui ou non ?

Le loup ne broncha même pas suite à la détonation, et pourtant celle-ci fit un tel baroufle qu'elle a du reveiller tous les arbres de la forêt, à tel point qu'un bruit étrange se fit entendre derrière elle... Comme un bruit de cailloux...
La jeune fille dut toutefois confondre se bruit avec celui de la cartouche qui chuta à ses pieds car elle ne se retourna pas et commença sa progression dans la forêt, envoyant un énorme os à moelle dans les les épineux pour que le loup lui ouvre la route En voilà un qui sert enfin à quelque chose...
Le loup se tourna comme si elle avait formulé cette pensée à voix haute et lui jeta froidement : "si t'es pas contente, va les chercher toute seule tes bananes !"
D'un mouvement fluide elle ouvrit le fusil à pompe saisit une cartouche et la glissa dans le canon vide, elle fit glisser la culasse et pointa la gueule du fusil encore incandescente en direction du chien-loup, il baissa les yeux et repris sa progression. Ce chien ne parlait pas hier alors il ne va pas s'y mettre aujourd'hui.
Sans un mot, le chien-loup disparu dans la forêt, et bientôt Cunégonde du courir pour le rattraper. Il lui avait peut être caché sa parole, mais il restait aussi son plus fidèle amis. Enfin, son seul amis !
Alors qu'elle courrait a perdre haleine entre les jeunes arbres des abords de la forêt elle se rendit compte que la lumière allait faiblissante, une étrange et oppressante brume verte se dégageait des sous-bois et sa course se ralenti quand l’air poisseux devint presque palpable. -Reviens Ti-Rex, cria-t-elle...
Cunégonde se mit alors à tousser, la vue brouillée par un flot de larmes ininterrompu à cause de la brume verte, corrosive. Son esprit vascillait, elle voyait les arbres tourner autour d'elle et se sentit tomber au sol... Pour se réveiller quelques heures plus tard dans la position inconfortable qu'avait créer sa chute.
Elle n'arrivait pas à rassembler de pensée cohérente, elle senti quelque chose s'approcher, puis eu à peine conscience que ses vêtements se tendaient sous elle et que la cime des arbres commençait à bouger, elle senti une larme rouler sur sa joue alors que les ténèbres emplissaient à nouveau sa vue, ses lèvres formèrent un dernier mot, telle une prière aux dieux ''excuse-m...'' la vague de tristesse qui emplit la jeune fille dura un instant puis s'évapora dans le néant.
Elle retrouva son courage de guerrière et se leva d'un bond. La tête lui tourna quelques secondes, mais à peine cela avait cessé qu'elle était prête à repartir à la recherche de son nain de poche.
L’absence de son soi-disant seul ami ne lui avait pas sauté aux yeux car elle avait toujours été égoïste. Certain la disait même sans cœur mais elle n’avait que faire des racontars, tout ce qui l’intéressait c’était les bananes. Son obsession était telle qu’elle n’avait jamais compris l’allusion phallique sous-jacente de l’objet de sa quête. Toute à ses pensées elle fut surprise par un cri de douleur qui
Avatar du membre
Agenor
Administrateur
Messages : 6582
Inscrit le : 12 déc. 2012
Localisation : Grand Est !
Genre :
Âge : 27

Message par Agenor » 21 janv. 2013, 19:08

Il était une fois, en haut d'une grande montagne recouverte de fleurs scintillantes par la grâce de la rosée du matin, une jeune fille qui se dressait au bord d'un à-pic dangereux, caressant d'une main un chien-loup d'un blanc neigeux, ses longs cheveux noir comme le jais entouraient un visage aux traits fins, ses yeux ne trahissaient aucune crainte, ils ne reflétaient que la détermination à accomplir la tâche qui lui était dévolue : manger des bananes.

La tâche qui attendait la jeune fille n'était pas si simple, les mystérieuses bananes étant gardées par son frère le légendaire roi de Morghul, elle devait s'équiper en conséquence: un arc en plastique avec des magnifiques flèches ventouses empoisonnées, un bonnet qui changeait de couleur au contact de la pluie, et un nain de poche.
Son chien-loup à ses côtés, elle se mit en quête d'une forêt, un nain de poche, il fallait le débusquer. Plusieurs centaines de mètres en contrebat s'étendait la forêt de Cortecéliandre, réputée maléfique et dirigée par un troupeau de minuscules fées sanguinaires. Je devrais m'en contenter...

Cunégonde, car tel était son nom, entreprit sa descente vers la terrifiante forêt, son chien-loup trottinant derrière elle. Bien que sur ses gardes, elle ne vit pas l'ombre qui la suivait à distance raisonnable, attendant elle aussi son heure.

Quand ils parvinrent à l'orée de la forêt le chien-loup émit un grondement sourd, mais la jeune fille ne pouvait pas se permettre de reculer, le temps lui manquait cruellement.
Son animal de compagnie se mit carrément à grogner et à montrer les dents lorsque, de derrière un arbre, une biche sortit et la regarda droit dans les yeux avant de dire : "Coucou ! Tu viens jouer avec moi ?"
Malheureusement la biche n'avait jamais croisée de jeune fille venant du Texas aussi ne s'inquiéta -t-elle pas quand Cunégonde fit apparaitre un fusil à pompe de gros calibre de sous sa longue veste en cuir noir, les yeux de la jeune fille émirent une lumière rouge au moment ou son doigt pressa la détente. C'est une forêt terrifiante oui ou non ?

Le loup ne broncha même pas suite à la détonation, et pourtant celle-ci fit un tel baroufle qu'elle a du reveiller tous les arbres de la forêt, à tel point qu'un bruit étrange se fit entendre derrière elle... Comme un bruit de cailloux...
La jeune fille dut toutefois confondre se bruit avec celui de la cartouche qui chuta à ses pieds car elle ne se retourna pas et commença sa progression dans la forêt, envoyant un énorme os à moelle dans les les épineux pour que le loup lui ouvre la route En voilà un qui sert enfin à quelque chose...
Le loup se tourna comme si elle avait formulé cette pensée à voix haute et lui jeta froidement : "si t'es pas contente, va les chercher toute seule tes bananes !"
D'un mouvement fluide elle ouvrit le fusil à pompe saisit une cartouche et la glissa dans le canon vide, elle fit glisser la culasse et pointa la gueule du fusil encore incandescente en direction du chien-loup, il baissa les yeux et repris sa progression. Ce chien ne parlait pas hier alors il ne va pas s'y mettre aujourd'hui.
Sans un mot, le chien-loup disparu dans la forêt, et bientôt Cunégonde du courir pour le rattraper. Il lui avait peut être caché sa parole, mais il restait aussi son plus fidèle amis. Enfin, son seul amis !
Alors qu'elle courrait a perdre haleine entre les jeunes arbres des abords de la forêt elle se rendit compte que la lumière allait faiblissante, une étrange et oppressante brume verte se dégageait des sous-bois et sa course se ralenti quand l’air poisseux devint presque palpable. -Reviens Ti-Rex, cria-t-elle...
Cunégonde se mit alors à tousser, la vue brouillée par un flot de larmes ininterrompu à cause de la brume verte, corrosive. Son esprit vascillait, elle voyait les arbres tourner autour d'elle et se sentit tomber au sol... Pour se réveiller quelques heures plus tard dans la position inconfortable qu'avait créer sa chute.
Elle n'arrivait pas à rassembler de pensée cohérente, elle senti quelque chose s'approcher, puis eu à peine conscience que ses vêtements se tendaient sous elle et que la cime des arbres commençait à bouger, elle senti une larme rouler sur sa joue alors que les ténèbres emplissaient à nouveau sa vue, ses lèvres formèrent un dernier mot, telle une prière aux dieux ''excuse-m...'' la vague de tristesse qui emplit la jeune fille dura un instant puis s'évapora dans le néant.
Elle retrouva son courage de guerrière et se leva d'un bond. La tête lui tourna quelques secondes, mais à peine cela avait cessé qu'elle était prête à repartir à la recherche de son nain de poche.
L’absence de son soi-disant seul ami ne lui avait pas sauté aux yeux car elle avait toujours été égoïste. Certain la disait même sans cœur mais elle n’avait que faire des racontars, tout ce qui l’intéressait c’était les bananes. Son obsession était telle qu’elle n’avait jamais compris l’allusion phallique sous-jacente de l’objet de sa quête. Toute à ses pensées elle fut surprise par un cri de douleur qui lui vrillait ses tympans. Déboussolée, elle se rendit compte que ce cri sortait de ses propres lèvres, causé par une cuisante douleur à son mollet. "La brume verte est un enchantement des fées, tu tournes en rond depuis tout à l'heure en divaguant ! Tu devrais rester sur tes gardes, elles tentent de te faire douter de toi-même." dit le Loup, recrachant un bout sanguinolent du pantalon de Cunégonde.
“ La véritable violence, la violence la plus impardonnable - je m'en suis rendu compte-, c'est surtout celle que l'on s'inflige à soi-même quand on a trop peur d'être qui nous sommes vraiment." - Sense8
Répondre

Retourner vers « Archives »

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 0 invité