Nous allons tous très bien, merci - Daryl Gregory

Livres ayant un cadre réaliste où le surnaturel fait irruption, des faits inexpliqués apparaissent mais sont explicables dans un contexte connu du lecteur. À la fin du récit, une question demeure : était-ce réel ou n'était-ce qu'une hallucination, un rêve ?
Répondre
Avatar du membre
Valar Morghulis
Rat de bibliothèque
Messages : 4249
Inscrit le : 20 déc. 2012
Genre :

Message par Valar Morghulis » 07 déc. 2015, 12:48

Nous allons tous très bien, merci de Daryl Gregory

Image

Résumé :
  • Il y a d’abord Harrison, qui, adolescent, a échappé à une telle horreur qu’on en a fait un héros de romans. Et puis Stan, sauvé des griffes d’une abomination familiale l’ayant pour partie dévoré vif. Barbara, bien sûr, qui a croisé le chemin du plus infâme des tueurs en série et semble convaincue que ce dernier a gravé sur ses os les motifs d’un secret indicible. La jeune et belle Greta, aussi, qui a fui les mystères d’une révélation eschatologique et pense conserver sur son corps scarifié la clé desdits mystères. Et puis il y a Martin, Martin qui jamais n’enlève ses énormes lunettes noires… Tous participent à un groupe de parole animé par le Dr Jan Sayer. Tous feront face à l’abomination, affronteront le monstre qui sommeille en eux… et découvriront que le monstre en question n’est pas toujours celui qu’on croit…

    Nous allons tous très bien, merci, roman finaliste des plus grands prix littéraires du domaine — Nebula, Locus, Theodore Sturgeon et World Fantasy —, lauréat du prestigieux Shirley Jackson Award, est actuellement en cours d’adaptation par Wes Craven en série télévisée. Il s’agit du second livre de Daryl Gregory publié en France après L’éducation de Stony Mayhall.

Éditeur : Le Bélial'
Date de sortie : août 2015


Image 
Avatar du membre
Valar Morghulis
Rat de bibliothèque
Messages : 4249
Inscrit le : 20 déc. 2012
Genre :

Message par Valar Morghulis » 07 déc. 2015, 12:49

Je ne suis pas une très grande fan de fantastique, encore moins d'horreur. Mais là, le succès et tous les avis que j'ai pu lire sur ce roman (et puis le fait qu'il fasse 200 pages) ont bien titillés ma curiosité. Du coup je le commence et je dois avouer qu'il est très, très prenant dès les premières pages !
Image 
Avatar du membre
Valar Morghulis
Rat de bibliothèque
Messages : 4249
Inscrit le : 20 déc. 2012
Genre :

Message par Valar Morghulis » 07 déc. 2015, 22:47

Hop voilà la chronique de mon blog pour ceux que ça intéresse :D

Spoiler: Afficher
Nous allons tous très bien, merci, est un livre sur lequel il y a énormément de choses à dire. En plein dans le fantastique horreur, il est pourtant très froid et distant. Je n'ai pas été plongée dans l'histoire, peut-être à cause d'un environnement qui m'empêchait sur le moment de m'immerger complètement dans ma lecture. J'ai survolé certains passages, lu en diagonale en quelques heures les quelques 200 pages du roman, et pourtant il me marquera plus que certaines de mes lectures où j'aurais lu chaque mot. Sans parler du contenu, car le résumé en dit déjà trop par rapport à la taille du texte, ce qui ressort en particulier est la forme un peu originale du livre, ce sur quoi je ne m'expliquerai pas tellement, car l'interview de l'auteur en fin de livre permet une analyse de l'histoire, et lui donne toute son importance.
On remarque ce à côté de quoi on est passés, on comprend les choix de l'auteur quand à ce qui est révélé et ce qui est gardé sous silence. La narration est loin d'être omnisciente : on ne sait que ce que les personnages veulent bien dire. C'est à dire une petite part de la réalité, elle-même finalement améliorée ou tronquée. Tout est laissé pour l'imaginaire du lecteur. On a l'impression d'être une personne lisant un article de journal sur un fait divers bien glauque, et qui par curiosité et voyeurisme brûle de questionner les principaux intéressés, pour savoir. Sauf qu'on ne sait pas. Là où il aurait pu simplement relater des événements tragiques, Daryl Gregory entretient ce voyeurisme car il ne nous donne pas de réponses. Il titille notre curiosité malsaine, celle qui nous a poussé à ouvrir le livre, à découvrir les chocs post-traumatiques des protagonistes. D'ailleurs un passage de son interview finale m'a marquée, par rapport au fait de lire de l'horreur :

"[...] je voulais aussi adresser un petit signe au lecteur, lui faire reconnaître qu'il lit volontairement une histoire d'horreur. C'est étrange... Pourquoi dépenser de l'argent pour se rendre dans une salle obscure en quête d'effroi ?"

Personnellement, je ne sais pas pourquoi je l'ai lu. Je n'aime pas l'horreur et je n'accroche pas tellement au fantastique. Mais j'avais envie de quelque chose de différent et le thème de l'histoire était pour moi du jamais vu (à savoir aussi que je ne lis jamais de polars, donc je suis bon public dans tous les cas). Le résultat et que je suis à la fois perturbée par ce qui se dégage de l'histoire, et soulagée par la vie que je mène, les quelques faibles peurs que j'ai pu avoir, et le bonheur de n'avoir jamais été traumatisée de quelque manière que ce soit. Je ne peux qu'imaginer ce sentiment d'être des individus uniques, des survivants qu'ont les personnages, et que partagent beaucoup de gens sur Terre. Sur ce point, je pense que cette lecture m'aura ouverte sur des sentiments nouveaux et un regard différent sur ce qui m'entoure.
Image 
Répondre

Retourner vers « Fantastique »