La première loi, tome 1 : Premier sang - Joe Abercrombie

Fantasy sombre et pessimiste, dans laquelle le bien triomphe rarement.
Répondre
Avatar du membre
Anaterya
Rat de bibliothèque
Messages : 2558
Inscrit le : 21 mars 2013

Message par Anaterya » 03 déc. 2015, 01:19

La première loi, tome 1 : Premier sang de Joe Abercrombie

Image

Résumé :
  • Jadis synonyme de liberté et de progrès, l'Union n'est plus que l'ombre d'elle-même, minée par la corruption, les complots de toute sorte et de l'incompétence notoire de ses dirigeants. Ces derniers n'ont aucune conscience des dangers qui les guettent : au nord, les clans barbares se rassemblent sous une bannière unique ; du sud, où les forces du Gorkhul étaient jusque-là tenues en respect par l'armée régulière, proviennent de bien curieuses rumeurs. Bayaz, le Premier des Mages, sort de sa retraite millénaire pour sauver ce qui peut encore l'être. Son plan inclus un barbare philosophe, un jeune officier écervelé, un navigateur volubile, une intrépide chasseresse, un apprenti dépressif et surtout une grosse, grosse colère...


Avatar du membre
Anaterya
Rat de bibliothèque
Messages : 2558
Inscrit le : 21 mars 2013

Message par Anaterya » 03 déc. 2015, 01:19

Ce livre m'avait été conseillé par un ami (qui m'avait au passage spoilé une partie de la suite de l'histoire, ce qui ne me dérange pas vraiment), et il m'avait de suite fait envie. Aussi n'ai-je pas à tarder à m'y plonger une fois qu'il a eu rejoint ma PàL.

Le récit est très dense, car il suit de nombreux personnages (5 personnages principaux, et plus d'une dizaine de personnages secondaires), avec des trajectoires diverses qui ne se rencontrent pas systématiquement, et car il traite de sujets avant tout politiques, dans des cadres très variés, ce qui renforce le foisonnement de l'histoire. Nous suivons donc Logen, mercenaire, séparé de ses compagnons d'armes qui cherche à survivre, Glotka, inquisiteur de l'Union qui se demande à quoi rime sa vie, Jezal, un jeune officier noble qui n'est qu'esbroufe et s'entraîne pour le tournois d'escrime annuel, West, un officier roturier qui tente de gérer sa sœur indépendante, et Ferro, une ancienne esclave du Gurkhul avide de vengeance. Leurs diverses motivations, ainsi que l'influence du Premier des Mages, le grand Bayaz, finissent par les réunir. Mais, entre temps, les dangers se sont accumulés aux abords de l'Union, même si ses dirigeants n'en sont pas conscients.

Ce roman a donc tout pour me plaire : de nombreux personnages, des trames distinctes qui finissent par se relier (et même si pour le moment elles ne se rejoignent pas toutes, ce n'est que le premier tome de la trilogie, on a encore le temps), de la politique et des intrigues multiples dont ni les personnages ni le lecteur ne connaissent tous les tenants et les aboutissants. Tout cela est très bien mené, les faits sont clairs pour le lecteur, je n'ai jamais été perdue, aussi bien en ce qui concerne les diverses intrigues que les nombreux personnages.

Concernant ces derniers, ils sont très variés, uniques, avec une personnalité toujours bien individualisée. L'auteur n'a clairement pas cherché à les rendre absolument sympathiques, ce qui me plait tout particulièrement, car je préfère des personnages réalistes, salauds mais humains, hautains mais sensibles, méprisants mais emplis de doutes, complexes, tout simplement, aux caricatures habituelles de l'heroic fantasy. En plus de ça, j'ai beaucoup aimé le traitement des personnages féminins. Ceux-ci sont peu nombreux dans le roman, il n'y en a que deux, mais pas des moindres : la sœur de West, Ardee, et Ferro. Les deux sont des femmes fortes, décidées, qui se prennent en main et n'entendent pas se laisser mener par les hommes quels qu'ils soient. Elles agissent toutefois chacune à leur façon, avec leurs armes, selon leur personnalité propre et leur histoire.La troisième femme dont la silhouette se profile à la fin de ce tome a elle aussi l'air très intéressant, et je pense que son développement sera tout aussi réussi dans la suite de l'histoire.

Le récit joue beaucoup sur la représentation du pouvoir, l'image qu'il renvoie et la façon dont il peut se construire. Cela se traduit principalement à travers Glotka, qui doit savoir s'imposer face aux suspects en raison de son rôle d'inquisiteur, mais aussi à travers Bayaz, qui ne correspond pas forcément à l'idée que l'on se fait d'un puissant mage et doit composer avec ce fait pour obtenir ce qu'il désire de l'Union ; cependant, d'autres personnages y concourent, comme le supérieur de Glotka ou l'empereur et ses fils. Et toutes ces représentations du pouvoir servent principalement à montrer sa mesquinerie ou sa vacuité, sans vraiment de concession (le coup des costumes de théâtre et assez génial sur ce point, bien qu'assez déprimant).

J'ai lu rapidement ce petit pavé (700 pages), et j'ai hâte d'attaquer la suite, pour savoir où l'auteur va mener ses personnages, et surtout comment.
Avatar du membre
Jasper
Intégré
Messages : 33
Inscrit le : 26 oct. 2016

Message par Jasper » 26 oct. 2016, 16:43

Quand je tombe sur du Joe Abercrombie, je ne peux pas m'empêcher d'ouvrir le livre et de commencer à lire aussitôt. Tout est toujours parfait. Les personnages sont véritablement excellents. J'aime beaucoup les livres avec plusieurs histoires qui se rejoignent à la fin et tout s'imbrique parfaitement pour donner un final haut en couleur. Joe Abercrombie est un maître dans son domaine, son écriture est fluide, son histoire bien ficelée et ses personnages sont compètement dingues. J'adore!
Nath
Timide
Messages : 17
Inscrit le : 27 janv. 2018

Message par Nath » 12 févr. 2018, 11:25

J'aime bien le côté un peu sale de cette trilogie, mais une partie du roman, le voyage, est du foutage de gueule. Cela dit, on continue quand même, parce qu'on est accroché.
Répondre

Retourner vers « Dark fantasy »