Roma Aeterna - Robert Silverberg

Récit prenant comme point de départ une situation historique existante et en modifie l'issue pour ensuite imaginer les différentes conséquences possibles.
Répondre
Avatar du membre
Agenor
Administrateur
Messages : 6687
Inscrit le : 12 déc. 2012
Localisation : Grand Est !
Genre :
Âge : 28

Message par Agenor » 22 sept. 2015, 21:20

Roma Aeterna de Robert Silverberg

Image

Résumé :
  • Et si l’Empire romain n’avait jamais disparu ?
    Voici l’histoire parallèle d’un Empire romain qui a connu bien des vicissitudes, des guerres et des crises politiques mais qui n’a jamais cessé d’exister et de faire régner, avec quelques interludes sanglants, la Pax Romana.
    Le christianisme y est inconnu, ne serait-ce que parce que les Juifs n’ont jamais réussi à quitter l’Egypte des pharaons. Quelques siècles plus tard, un envoyé spécial de l’Empereur élimine un prophète d’Arabie avant qu’il ait eu le temps de fonder l’islam.
    La technologie évolue plus lentement que dans notre continuum. Vers l’an 2650 A.U.C. (Ab Urbe Condita : depuis la fondation de la Ville), qui correspond à la fin de notre xixe siècle, le téléphone existe et l’automobile fait son apparition.

Éditeur : Le Livre de Poche
Date de sortie : 2009
Disponible en format Poche : Oui


Avatar du membre
Valar Morghulis
Rat de bibliothèque
Messages : 4250
Inscrit le : 20 déc. 2012
Genre :

Message par Valar Morghulis » 23 sept. 2015, 08:16

Tu l'as commencé Agenor ? ^^ j'ai hâte de lire ton avis :) *un jour je lirais tous les Silverberg*
Image 
Avatar du membre
Agenor
Administrateur
Messages : 6687
Inscrit le : 12 déc. 2012
Localisation : Grand Est !
Genre :
Âge : 28

Message par Agenor » 23 sept. 2015, 09:42

Oui je l'ai bientôt fini :D Je te donnerai mon avis quand il sera terminé (sûrement ce soir :P ), mais pour l'instant c'est un peu mitigé =/
Avatar du membre
Agenor
Administrateur
Messages : 6687
Inscrit le : 12 déc. 2012
Localisation : Grand Est !
Genre :
Âge : 28

Message par Agenor » 24 sept. 2015, 17:50

Le résumé est très tentant, et les débuts sont plutôt prometteurs ! Malheureusement à partir de la moitié du livre j'ai fini par décrocher ... Je m'explique.

On commence en 1203 AUC. L'auteur, et c'est un choix pertinent de sa part, a choisi d'utiliser les dates qui étaient d'usage lors de l'Empire Romain : l'an 1 AUC est la fondation de la ville de Rome, soit pour le calendrier chrétien en -753 avant JC. Un petit peu de mathématiques seront nécessaires durant toute l'histoire pour convertir les dates et voir où l'on en est par rapport à l'Histoire où la chrétienté a vu le jour :)

Comme l'indique le résumé, dans ce monde décrit par Silverberg les hébreux ne sont jamais sortis d'Egypte : l'exode a été maté par le Pharaon, la chrétienté n'a jamais vu le jour, et l'Empire Romain, frôlant de peu la chute, perdure depuis 1200 ans (450 ans après JC). On a une succession de nouvelles dans lesquelles on suit un personnage clé de l'Empire, dans une période clé également. On assiste ainsi au meilleur et au pire de l'Empire, et pour l'époque antique/moyen-âge l'auteur a parfaitement décrit les choses. On s'y croirait presque, écrasés par la dominance de Rome. Rome l'Eternelle, Rome l'Invincible, Rome la Magnifique, Rome Rome ! Gloire à Rome !
J'avais le tournis en m'imaginant un Empire aussi vaste, aussi vieux, et une ville aussi vieille : imaginez-vous, des monuments vieux de plusieurs millénaires ? Une succession de styles architecturaux, chaque empereur ayant voulu apposer son empreinte sur Rome.

Chose plutôt drôle, les premières pages du livre m'ont renvoyé à mes cours d'histoire du collège : hé oui, à l'époque romaine, il y avait deux empires : l'Empire d'Orient, et l'Empire d'Occident ! J'avais complètement oublié pour ma part.

Malheureusement, plus les choses vont, et mon intérêt s'émousse. Les discours deviennent redondant (l'empire, l'empire, le bien de l'empire, encore et encore ...), les histoires sans grand intérêt et surtout, SURTOUT, Silverberg a complètement loupé le coche pour faire sentir au lecteur le passage des âges.

C'est d'autant plus flagrant dans les derniers chapitres du livre, où l'on est vers 1900 après JC. Autant les tenues et l'architecture étaient bien décrites dans les premiers chapitres, mais autant à partir du milieu, plus rien. Ce qui fait que je continuais à m'imaginer les romains dans leurs toques comme à l'époque, alors que dans une nouvelle on nous parle d'automobile : j'ai été surpris d'entendre parler d'automobile. Ca arrive comme un oeuf sur le plat, et ça repart aussitôt. Aucun impact des nouvelles technologie sur la civilisation, on ne va quand même pas dire que les romains ont stagné jusqu'à notre époque sans avancée technologique ?! On nous parle du téléphone dans le résumé, mais on n'en entends pas du tout parler. Bref, tout se passe comme si ils vivaient comme à l'époque Antique, car rien n'est décrit, les maisons, le mode de vie, rien du tout =/

Et pourtant, on a quand même un élément moderne dans la dernière nouvelle
Spoiler: Afficher
UNE FUSEE
! Alors c'est qu'ils ont quand même un peu de technologie, non ?

Je ressors de cette lecture très mitigé après une première moitié réussie.
Avatar du membre
Valar Morghulis
Rat de bibliothèque
Messages : 4250
Inscrit le : 20 déc. 2012
Genre :

Message par Valar Morghulis » 24 sept. 2015, 19:03

Je suis contente de lire ton avis, au moins je saurais à quoi m'attendre si je le lis.
Silverberg est tellement productif que malheureusement toutes ses oeuvres ne peuvent pas être bien :/
Image 
Répondre