Hawk & Fisher - Simon R. Green

Fantasy dans laquelle un héros seul ou un groupe de héros combattent pour faire triompher le bien sur le mal à travers une quête.
Répondre
aldenbre
Intégré
Messages : 46
Inscrit le : 19 août 2015

Message par aldenbre » 28 août 2015, 10:51

Hawk & Fisher
Simon R. Green


Image

Résumé :
  • Haven est une ville sombre et dangereuse, qui grouille de lanceurs de sorts, voleurs et monstres en tout genre. Tout y est à vendre. Tout, sauf Hawk et Fisher, deux gardes. mari et femme, qui n'ont ni leur épée ni leur langue dans leur poche. Ce sont les deux seuls êtres intègres à cent lieues à la ronde, craints par tous les malfrats des bas-fonds, et ils ont décidé de faire le grand ménage. Assignés à la protection du conseiller Blackstone, ils l'escortent à la réception que donne Gaunt, l'un des plus puissants sorciers de la ville. Comme des accords politiques doivent être discutés, Gaunt a décidé d'isoler pour 48 heures son manoir du reste de la ville, en dressant tout autour une barrière magique. Rien ne peut entrer, rien ne peut sortir. Bref, une mission petits-fours et grands sourires pour Hawk et Fisher : l'horreur ! Heureusement, lorsque les invités se font assassiner les uns après les autres, le naturel revient au galop... Sauf que là, le meurtrier est peut-être surnaturel et qu'ils sont bloqués avec.

Éditeur : Bragelonne (2004)
Date de sortie : 1990
Disponible en format Poche : Non


aldenbre
Intégré
Messages : 46
Inscrit le : 19 août 2015

Message par aldenbre » 28 août 2015, 10:55

Avant même de parvenir à la fin de ce premier tome, je savais déjà que le courant était passé entre Hawk & Fisher et moi, tout en ne niant pas qu’il ne m’aurait pas déplu de connaître plus en profondeur ce duo intrépide dont l’intégrité est le crédo, mais où une certaine dose de pragmatisme et de fatalisme n’est pas de trop pour qu’il parvienne à s’accommoder de Haven la corruptrice.

Le rythme de l’auteur me va à ravir, sans temps mort ni précipitation. La cité de Haven, ses habitants, ses usages et ses règles à défaut de ses lois s’esquissent rapidement sous mes yeux, à l’instar des traits de chacun des protagonistes. L’écriture est fluide et sans fioritures, au service d’une classique intrigue policière menée tambour battant où se mêle sorcellerie, politique et pas que cela. On se prend vite au jeu qui consiste à tenter de reconstituer un puzzle toujours plus meurtrier bien que l’intrigue puisse laisser à désirer dans un deuxième temps, à moins que ce ne soit à dessein ?...

Un polar à la sauce Fantasy accessible et distrayant qui m’a tout bonnement donné l’envie d’emboiter le pas de nos deux capitaines de la Garde afin de suivre la suite de leurs aventures dans les méandres de Haven la ténébreuse.
aldenbre
Intégré
Messages : 46
Inscrit le : 19 août 2015

Message par aldenbre » 31 août 2015, 10:41

Les Jeux Sont Faits
Simon R. Green


Image

Résumé :
  • La guerre au crime est éternelle ! Haven est une ville sombre et dangereuse, qui grouille de lanceurs de sorts, voleurs et monstres en tout genre. Tout y est à vendre. Tout, sauf Hawk et Fisher, deux gardes, mari et femme, qui n'ont ni leur épée ni leur langue dans leur poche. Ce sont les deux seuls êtres intègres à cent lieues à la ronde, craints par tous les malfrats des bas-fonds, et ils ont décidé de faire le grand ménage. Tandis que des élections se profilent dans la cité de Haven, Hawk et Fisher doivent jouer les gardes du corps pour un candidat réformiste dans un quartier crucial : avec lui, le pouvoir au sein du conseil pourrait bien changer de mains. Or, bien que la sorcellerie soit interdite durant les élections, leurs adversaires ne vont pas se laisser arrêter par ce détail. Au programme, donc, pour Hawk et Fisher : maléfices, trahison, mercenaires, kidnapping, amour torride et pas mal d'autres trucs compliqués. Et pour ne rien arranger, quelque chose se prépare dans la rue des Dieux. Ensemble, nos héros ont déjà fait face à des vampires, des loups-garous et bien d'autres monstruosités, mais sont-ils prêts à affronter le milieu de la politique ?...

Éditeur : Bragelonne (2004)
Date de sortie : 1991
Disponible en format Poche : Non
aldenbre
Intégré
Messages : 46
Inscrit le : 19 août 2015

Message par aldenbre » 31 août 2015, 10:46

La suite des aventures de Hawk et Fisher, encore et toujours fidèles à eux-mêmes, sous la plume alerte et éloquente de leur auteur a… failli tenir toutes ses promesses.

Si la galerie des protagonistes du récit est de facture classique, ceux-ci prendront, vite fait bien fait, forme et vie pour que j’y adhère sans réticence.

On progresse avec ce deuxième tome puisque l’auteur va mettre sur le devant de la scène l’échiquier politique de la cité, ses rouages, ses factions et ses procédés. On ne sera pas surpris d’apprendre que le vainqueur de la plupart des élections est celui qui a usé de tous les subterfuges possibles et imaginables, et n’a reculé devant aucun pacte, scélératesse ou perfidie. Mais, n’est-on pas à Haven, la décadente, cité à la démocratie vacillante, dont le jeu électoral se mue rapidement en jeu de dupe ou de massacre, à moins que cette fois ne soit pas coutume ?...

Parallèlement, la dimension qu’occupe la sorcellerie et les forces occultes va y gagner en importance. Le signe que la noirceur imprégnant l’histoire de Haven n’est pas uniquement imputable à l’humanité qui se déchire derrière ses murs.

Les personnages ne sont pas non plus négligés, puisque Fisher va nous apparaître plus vulnérable que sa personnalité ne l’avait laissé supposer jusque ici.

Comme je l’ai laissé entendre en introduction, il y a un bémol...
Spoiler
Spoiler: Afficher
qui a pour nom Roxanne. En effet, l’auteur ne parviendra pas me convaincre que la redoutable machine à tuer qu’il décrit, entièrement vouée au mercenariat, impitoyable, manipulatrice et pyromane à ses moments perdus se retrouve sans crier gare prise au doux piège de Cupidon avec en guise d’élu de son cœur ni plus ni moins que son amant de commande. Par conséquent, tout ce qui faisait à mes yeux la force, la férocité, la noirceur, bref la crédibilité du personnage de Roxanne va se perdre au détour de cette pirouette sentimentale vis-à-vis de laquelle je ne suis décidément pas parvenu à adhérer au fil des pages.
Dommage...
Répondre