La Chute D'Ile-Rien - Tome I - Chasseurs De Sorciers de Martha Wells

Fantasy sombre et pessimiste, dans laquelle le bien triomphe rarement.
Répondre
aldenbre
Intégré
Messages : 46
Inscrit le : 19 août 2015

Message par aldenbre » 27 août 2015, 11:02

Chasseurs De Sorciers
Martha Wells


Image

Résumé :
  • Le royaume d'Île-Rien est au bord de la défaite après trois années de guerre contre un ennemi silencieux et jamais entrevu. Surgis de nulle part dans leurs dirigeables noirs, les mystérieux Gardiers sèment la destruction. Les armes conventionnelles ne leur résistent pas et la magie d'Île-Rien demeure inopérante.

    Que reste-t-il au royaume ? Peut-être une sphère occulte léguée par le puissant sorcier Arisilde à sa nièce adoptive, Trémaine, fille du Nicholas Valiarde de La mort du nécromant. Peut-être le moyen de découvrir d'où vient l'ennemi.

    Emportée dans un monde parallèle menacé lui aussi par les Gardiers, où une civilisation plus primitive affronte des sorciers malveillants et san­guinaires, Trémaine devra dé­chiffrer le secret de sa sphère pour offrir un dernier espoir à sa patrie.

Éditeur : L'Atalante (2006)
Date de sortie : 2003
Disponible en format Poche : Non


aldenbre
Intégré
Messages : 46
Inscrit le : 19 août 2015

Message par aldenbre » 27 août 2015, 11:09

C’est donc en compagnie de ce premier tome du cycle de La Chute D’Ile-Rien que j’ai fait ma première incursion dans l’univers de Martha Wells.

Et me voilà parti à la découverte d’un univers où sorcellerie et technologie se mêlent et se confrontent d’un monde à un autre, ce qui n’était pas pour me déplaire étant peu accoutumé à ce mélange des genres.

Malheureusement, j’en suis revenu avec un sentiment suffisamment mitigé pour ne pas souhaiter aller plus avant dans la lecture de cette trilogie.

Le récit a beau être cohérent, l’environnement dépeint avec soin et maitrise, l'intrigue prometteuse; le rythme et le style ne me correspondent décidément pas. Je deviens vite contemplatif vis-à-vis de l’histoire, des évènements, et aussi des personnages. En effet, je ne suis jamais parvenu à ressentir ces derniers de manière à ce qu’ils s’incarnent et m’impliquent à leur tour dans leur aventure. Je suis leurs péripéties avec détachement...

A mon grand regret, je dois bien avouer que si j’ai effectivement lu ce livre, je ne suis pas parvenu à le vivre.
Répondre