Une aventure de Maître Li et Bœuf Numéro Dix, tome 3 - Huit honorables magiciens - Barry Hughart

Livres ayant un cadre réaliste où le surnaturel fait irruption, des faits inexpliqués apparaissent mais sont explicables dans un contexte connu du lecteur. À la fin du récit, une question demeure : était-ce réel ou n'était-ce qu'une hallucination, un rêve ?
Répondre
Avatar du membre
Anaterya
Rat de bibliothèque
Messages : 2558
Inscrit le : 21 mars 2013

Message par Anaterya » 22 juil. 2015, 23:44

Une aventure de Maître Li et Bœuf Numéro Dix, tome 3 - Huit honorables magiciens de Barry Hughart

Image

Résumé :
  • Alors que Main du Diable, le bourreau, est sur le point de battre le record de décollations successives réussies – mille soixante-dix, excusez du peu ! –, et qu'il s'en vient sur le marché aux Primeurs de Pékin pour trancher le cou de Tou l'Hôtelier de Sixième Rang (condamné pour hérésie culinaire, mais ceci est une autre histoire), voilà que l'irruption d'un tch'i-mei – comprenez une goule vampire – le déconcentre. À la suite de cette catastrophe capitale, Maître Li et Bœuf Numéro Dix découvrent que le tch'i-mei venait de s'offrir un haut dignitaire chinois comme ultime repas. Les voilà, tous deux, lancés dans une enquête insensée et ô combien dangereuse, à la poursuite d'un tueur en série d’un genre très particulier.


Avatar du membre
Anaterya
Rat de bibliothèque
Messages : 2558
Inscrit le : 21 mars 2013

Message par Anaterya » 30 juil. 2015, 23:13

Voici le dernier tome de la saga de Maître Li et de Bœuf Numéro Dix, et je n'avais pas trop envie de m'y mettre, car je ne voulais pas dire au revoir aux deux compères et à leur univers à la fois très érudit et complètement loufoque. Mais, en même temps, j'avais hâte de les retrouver.

L'histoire commence à Pékin, alors que Maître Li et Bœuf Numéro Dix assistent à une série d'exécution qui doit se conclure par celle de l'Hôtelier de Sixième Rang Tou, qui, si elle est réussie, permettra au bourreau Main du Diable de battre le record d'exécutions successives réussies de son prédécesseur. Les deux compères font partie des invités officiels car ils ont participé à l'arrestation de Tou. Et c'est avant la mise à mort de ce dernier que tout bascule ! Un tch'i-mei surgit et sème la confusion. Immédiatement, Maître Li et Bœuf Numéro Dix cherche à savoir d'où il vient, et découvrent rapidement un cadavre sur leur chemin. Commence alors une nouvelle enquête qui les mène encore une fois sur les traces d'une ancienne légende, liée à un peuple non chinois.

On retrouve dans cette ultime aventure les caractéristiques des deux précédentes : une histoire complexe avec son lot de mystères, des personnages hauts en couleurs, des situations cocasses, les excentricités de Maître Li, et les commentaires souvent incongrus de Bœuf Numéro Dix (sans oublier ses tourments d'amour !). Les éléments de réponse sont donnés tout au long de l'histoire, mais il faut bien tout l'esprit affuté et décalé de Maître Li pour remettre tout ça en forme, pour relier les minces fils de l'intrigue. Mais, à ce moment-là, tout s'éclaire et le mystère n'en est plus un. Enfin, j'avoue que j'ai dû reprendre les explications du vieux sage au moins deux fois pour que tout soit bien clair dans mon esprit, mais c'est assez courant, puisqu'il y a toujours de nombreux personnages et des intérêts divergents qui s'entremêlent.

Au niveau des personnages, ils sont toujours aussi bons, avec une personnalité bien marquée et tout à fait plausible, des intérêts qui leurs sont propres, même quand il s'agit de personnages secondaires (y compris de simples gardes !). Les quelques femmes qui apparaissent sont aussi importantes et uniques que les hommes, ce qui est vraiment agréables.

L'écriture est toujours aussi agréable, vive, enlevée, avec des images très asiatiques qui permettent vraiment de se plonger dans le cadre de l'histoire. Bœuf Numéro Dix, qui rédige ses mémoires à l'image d'un Docteur Watson, se permet en plus au passage quelques piques contre les barbares qui ignoreraient les coutumes chinoises, barbares qui sont à l'évidence les occidentaux, et ce jeu de miroirs m'a beaucoup plu. Mais, dans le même temps, on le sent aussi critique à l'égard des administrateurs de l'Empire du Milieu, même s'il manifeste apparemment à leur égard beaucoup de déférence.

En définitive, j'étais très contente de ma lecture, et je pense que je relirai les trois tomes à l'occasion afin de profiter de nouveau de ces histoires pleines d'humour et d'érudition.
Répondre

Retourner vers « Fantastique »