Vif-Argent (L'Intégrale) - Stan Nicholls

Livres ayant souvent un cadre moyenâgeux où intervient la magie. À la différence du fantastique, l'univers décrit et les évènements s'y déroulant sont acceptés comme étant monnaie courante sans être remis en doute.
Répondre
Avatar du membre
Valentia
Assidu
Messages : 323
Inscrit le : 27 févr. 2013

Message par Valentia » 22 juin 2015, 12:28

Vif-Argent de Stan Nicholls

Image

Résumé :
  • Reeth Caldason est un berserker, et le dernier survivant d’une tribu de guerriers massacrée. Sujet à des crises de rage aveugle, il est forcé d’errer à travers le monde, avide de vengeance pour son peuple et d’un remède pour la malédiction magique qui l’afflige.
    Or, au pays de Bhealfa, la magie détermine l’ordre social. Chaque classe bénéficie de magies de différentes qualités : de maigres charmes pour les indigents et d’exorbitants sortilèges pour les riches ; le pouvoir despotique se réservant les plus puissants pour contrôler la population. Alors que la quête du remède au mal qui le frappe est jusqu’ici restée vaine, Reeth fait la rencontre de Kutch, un jeune apprenti sorcier, qui lui rend une lueur d’espoir. Ensemble, ils partent à la recherche d’une mystérieuse société secrète, sans se douter qu’ils vont être impliqués dans la Résistance contre la tyrannie…

Éditeur : Bragelonne
Date de sortie : Premier tome : 2004 / Intégrale : 2010
Disponible en format Poche : Non


Avatar du membre
Valentia
Assidu
Messages : 323
Inscrit le : 27 févr. 2013

Message par Valentia » 22 juin 2015, 12:29

C’est toujours agréable de se lancer dans une trilogie quand on possède son intégrale et qu’on sait qu’on ne devra pas attendre après la fin d’un tome pour lire les suivants… Et dans le cas de Vif-Argent, c’est tant mieux, puisque la trilogie n’a de sens que comme un tout.

Reeth Caldason est un paria. Il est l’un des derniers de sa race, les Qalochiens, habitants originaires de l’île de Bhealfa et massacrés par l’occupant il y a bien des années. De plus, il est un hors-la-loi. Personne ne sait vraiment ce qu’il a fait pour acquérir ce statut, cependant il est recherché activement par toutes les autorités du monde connu. Il est également sujet à de mystérieuses crises de rage, lors desquelles il vaut mieux ne pas se trouver sur son chemin, et au cours desquelles il est habité par d’étranges visions. Il désire trouver un remède à son mal et pour cela, malgré ses profondes réticences envers la magie, cherche à rencontrer les plus grands sorciers connus afin de bénéficier de leurs connaissances. Ils sont probablement les seuls à pouvoir lui venir en aide. Bientôt, son chemin croise celui de Kutch, un apprenti magicien, auquel il va peu à peu s’attacher malgré lui, puis celui du patricien Dulian Karr, qu’il sauve d’une mort certaine lors d’une embuscade. Cette dernière rencontre va bouleverser son destin en le projetant au cœur d’intrigues dont la portée défie l’imagination…

Le monde de Vif-Argent est gouverné par la magie, qui est l’un des principaux déterminants de rang social. Les plus riches en font démonstration avec opulence et débauche, tandis que les pauvres doivent se contenter de sorts de contrebande dont l’efficacité est limitée, lorsqu’ils ne sont pas même dangereux. Cette magie se manifeste à travers des sorts tout ce qu’il y a de plus ordinaires (boules de feu etc.) mais surtout au travers de glamours, créatures éphémères qui envahissent les rues sous toutes les formes (humains, animaux, créatures mythologiques allant du magnifique au sordide) et dans tous les buts (divertissement, espionnage, communication,…). Toute cette magie trouve sa source dans une grille d’énergie créée au temps des Fondateurs (dont personne ne sait rien, sinon qu’ils étaient extrêmement puissants) et dans laquelle coule le vif-argent, également appelé « chariot de la magie »…

Je vous avoue qu’au début j’ai eu un peu de mal à vraiment me sentir à l’aise dans ce monde, puisque j’avais du mal à comprendre comment il fonctionnait. Les différents éléments sont expliqués au fur et à mesure, souvent grâce à des personnages « qualifiés » qui les exposent à d’autres, « ignorants ». Ce système est bien entendu très courant, et assez ingénieux puisqu’il permet d’intégrer les explications au récit lui-même en évitant de longs paragraphes de développement. Cependant je dirais qu’il est ici utilisé à trop grande échelle, puisque le lecteur met vraiment du temps à comprendre l’univers dans lequel il est tombé.

D’autant plus que celui-ci est très complexe, tant du point de vue du fonctionnement de la magie que de la politique. Cette dernière est en effet un élément essentiel de l’intrigue, et je l’ai trouvée très travaillée, suffisamment du moins pour qu’elle constitue un élément décisif mais aussi intéressant en lui-même. Les personnages également sont travaillés en profondeur et finissent par devenir attachants malgré leurs travers. L’un d’entre eux ne se justifie d’ailleurs que par son absurdité, le rendant risible au point d’être indispensable…

Enfin, pour moi, cette trilogie doit être lue en entier car un tome ne constitue pas une intrigue complète, comme c’est parfois le cas. Chacun s’achève après un évènement notable qui a considérablement fait progresser les choses, mais il ne constitue pas un tout. L’essentiel se passe dans le dernier livre…

En conclusion, nous avons une trilogie intéressante qui propose un monde particulièrement travaillé ainsi qu’une action quasi-permanente avec des combats haletants et des personnages attachants, et je ne peux que vous en conseiller la lecture !
Répondre