Les enfants de l'éternité - Juan Miguel Aguilera et Javier Redal

Récits articulant leur intrigue autour de voyages interplanétaires ou interstellaires lorsque l'humanité a colonisé l'espace (existence d'empires stellaires) ; ou l'exploration d'une nouvelle planète.
Répondre
Avatar du membre
Anaterya
Rat de bibliothèque
Messages : 2558
Inscrit le : 21 mars 2013

Message par Anaterya » 07 juin 2015, 18:32

Les enfants de l'éternité de Juan Miguel Aguilera et Javier Redal

Image

Résumé :
  • Jonas, jeune archéobiologiste, est engagé par l'armée pour enquêter sur la destruction mystérieuse d'un Rickshaw, une navette de transport reliant les divers points de l'amas globulaire d'Akasa-Puspa. L'Empire, deuxième force importante, a déjà une équipe sur place. Alors que la tension monte entre militaires, chacun soupçonnant l'autre d'être à l'origine de l'attaque, Jonas et les autres scientifiques découvrent une étrange sphère, 1 247 millions de fois supérieure à n'importe quelle planète...


Avatar du membre
Anaterya
Rat de bibliothèque
Messages : 2558
Inscrit le : 21 mars 2013

Message par Anaterya » 10 nov. 2015, 15:43

Comme toujours, je recherche des livres de SFFF d'autres horizons qu'anglo-saxons et français, et puis que j'avais beaucoup aimé ma première lecture de Juan Miguel Aguilera (La folie de Dieu), ainsi que les diverses traductions de Sylvie Miller, je n'ai absolument pas hésité avant de me plonger dans cette lecture.

L'histoire se déroule donc dans un amas globulaire (des centaines de milliers d'étoiles dans une sphère ne mesurant pas plus de quelques centaines d'années-lumière, tandis que, à titre de comparaison, la Voie lactée en contient un peu plus de 200 milliards sur une distance de 100 000 années-lumière) dans lequel trois puissances (l'Empire, la Utsarpini et la Fraternité) s'affrontent, aussi bien sur le terrain militaire qu'idéologique. Dans ce cadre, Jonas est enrôlé de force dans la Utsarpini, ce qui lui permet d'échapper à la fraternité pour qui ses recherches sur l'évolution des êtres vivants est un blasphème, afin de participer à l'enquête sur la destruction d'un rickshaw conjointement avec une équipe de l'Empire. Commence alors un jeu politique complexe, ponctué de découvertes scientifiques et de questions toujours plus nombreuses.

Puisqu'il s'agit d'un space opera, la physique spatiale occupe une place prépondérante, et c'est un vrai plaisir de lire quelque chose de solide sur le sujet (à part un ou deux petits détails, mais qui ne sont pas plus gênants que ça et servent de toute façon l'histoire), le tout présenté très simplement au cours du récit, sans grandes explications pompeuses ou autre. De même, l'accent est mis régulièrement sur les durées du voyage spatial, même dans un environnement aussi restreint qu'un amas globulaire (restreint par rapport à une galaxie, car les distances restent assez considérables). Pour moi qui aime beaucoup les sciences, c'est vraiment agréable de voir cette rigueur, ça renforce mon intérêt pour le récit.

Pour continuer sur le côté scientifique, et étant donné le métier du héros (archéobiologiste), la biologie est un des éléments centraux de l'histoire. De plus, l'opposition avec la Fraternité concernant la théorie de l'évolution et les défis qu'elle pose dans le cadre d'Akasa-puspa rendent le sujet vraiment brûlant. En plus, dans cette opposition entre science et foi, j'ai vraiment eu l'impression de reconnaître la patte de Juan Miguel Aguilera, puisque le sujet est déjà central dans La folie de Dieu. Ce que j'ai beaucoup aimé, c'est que cet affrontement n'est pas si manichéen que cela, car nous avons affaire à des êtres vivants, qui ont leurs propres contradictions, et que le récit le rend bien.

En ce qui concerne les personnages, ils sont nombreux, représentent les trois forces en présence, et ne sont pas non plus manichéen, à aucun moment ; on assiste même à certaines évolutions assez savoureuses. Les femmes ne sont pas très nombreuses, mais parfaitement intégrées et traitées à l'égal des hommes ; en plus de ça, elles occupent des postes qui sont plus souvent associés aux hommes, et sans que cela ne pose jamais problème. Le traitement des personnages non humains est aussi bien mené, avec une mention spéciale pour le clin d'œil à H2G2 !

En définitive, j'ai vraiment beaucoup aimé ce roman. En plus de ça, j'ai appris que les deux auteurs ont écrit et continuent d'écrire dans le monde d'Akasa-puspa, et je vais donc voir à me procurer leurs autres livres (en espagnol forcément, puis rien d'autre n'a encore été traduit).
Répondre