Mémoires d'un médecin, Tome 1 : Joseph Balsamo - Alexandre Dumas

Parce qu'il est impossible de citer tous les genres littéraires (ou tout simplement de catégoriser un livre), ici se trouvent les livres n'ayant pas trouvé leur place ailleurs.
Répondre
Invité

Message par Invité » 07 juin 2015, 11:56

Mémoires d'un médecin, Tome 1 : Joseph Balsamo d'Alexandre Dumas

Image

Résumé :
  • Dans ce premier volume de la série Mémoires d'un médecin, on suit les manœuvres du personnage éponyme qui veut apporter le bonheur aux hommes en sapant les monarchies du monde pour instaurer des gouvernements basés sur la souveraineté populaire, et cela en commençant par la monarchie française. Ses moyens sont colossaux: sorcier, magnétiseur, il est à la tête de puissantes sociétés secrètes s'étendant à tous les continents et dont les membres appartiennent à toutes les couches sociales.

Éditeur : Robert Laffont
Date de sortie : 26 novembre 1990 (parution originale : 1853)


Invité

Message par Invité » 07 juin 2015, 11:56

Joseph Balsamo est le premier roman d'une fresque historique, Mémoires d'un médecin. Cette série reprend les événements à partir de la fin du règne de Louis XV jusqu'à la révolution française.

Joseph Balsamo est inspiré d'une figure historique, Giuseppe Balsamo, dit Alessandro, comte de Cagliostro. Ce dernier aurait manigancé, ayant eu un rôle dans l'affaire du collier de la reine (ce qui constitue le deuxième tome de la série de Dumas), aurait également importé la franc-maçonnerie, et se serait auto-proclamé mage. Le personnage du roman possède de nombreux points communs, mais Dumas les romance à l'extrême pour ajouter un peu de piment.
En effet, Joseph Balsamo est une sorte de sorcier se souvenant de toutes ses précédentes réincarnations, mais il est également le chef (appelé Grand Cophte) d'une société secrète visant à éradiquer la monarchie pour libérer l'Homme. Pour ce faire, il compte s'attaquer à la France qu'il considère comme étant une position stratégique, pouvant ainsi mener les autres pays à se révolter.
Ainsi, Alexandre Dumas nous offre un roman historique teinté de fantastique, ce qui n'est pas déplaisant. Malheureusement, il y a un gros point sombre à tout cela : Joseph Balsamo, pourtant personnage éponyme, devient secondaire au récit.

En lisant le début du roman, avec toutes ces promesses de renverser la monarchie, de comploter contre elle, on ne s'attend pas à ce que le personnage fasse chuter la monarchie en un tome, mais on espère voir des machinations qui auront des répercussions visibles dès le premier volet.
Ce n'est pas le cas. Joseph Balsamo s'introduit, bien entendu, dans les sphères de pouvoir, il a su se montrer utile à certaines figures historiques, mais son influence demeure très discrète et secondaire. Le roman nous propose, en revanche, tous les complots liés à la Comtesse du Barry, maîtresse de Louis XV.
De ce point de vue, on suit presque tous ses déboires, allant des soucis rencontrés pour sa présentation (pouvant ainsi la rendre officielle en tant que dame de la Cour), à sa rivalité avec la dauphine, Marie-Antoinette. On peut se régaler de voir ainsi romancée cette période de la royauté, la Comtesse subissant les chants satiriques, Louis XV devenant de plus en plus las de ses obligations, les divers comtes et duc essayant de se rendre indispensables pour assurer leur gloire et fortune, mais tout cela ralentit considérablement le roman.

Petit détail, les personnages fictifs prennent énormément d'importance. On suit le destin de la famille Taverney et du fils d'un de leur ancien domestique, Gilbert. On apprend très vite que ce dernier sera le fameux médecin du titre de la série, devenant ainsi le véritable héros. Malheureusement, ce personnage est tout à fait détestable.
Gilbert est un jeune homme qui se nourrit de philosophie, notamment celle de Rousseau, pourtant, il est plus enclin à détourner les propos du Genevois de façon à justifier ses actions déplorables plutôt à réfléchir dessus. De cette façon, on peut y voir une réflexion de Dumas sur la fameuse phrase de Rousseau : "L'Homme naît bon, c'est la société qui le corrompt", car on peut se permettre de douter fortement en ce qui concerne le cas de Gilbert. Mais malgré cela, il est difficile d'accueillir à bras ouvert chaque chapitre traitant ce personnage. Quelque part, on peut se dire qu'en cela, l'auteur a sûrement accompli ce qu'il souhaitait réaliser.

Finalement, Joseph Balsamo est une déception, car les longueurs sont vraiment trop importantes. Bien que le personnage éponyme incite ses disciples tout comme le lecteur à la patience, il est parfois difficile de suivre ce conseil tant on a l'impression que ce tome semble être une immense introduction pour toute la fresque.
Répondre

Retourner vers « Autres lectures »