Zodiac - Neal Stephenson

Livres basés sur des faits scientifiques démontrés ou extrapolés pour donner un récit où la technologie joue un rôle majeur dans un univers futuriste (colonisation d'autres mondes, création de robots intelligents, etc.)
Répondre
Avatar du membre
Anaterya
Rat de bibliothèque
Messages : 2558
Inscrit le : 21 mars 2013

Message par Anaterya » 27 févr. 2015, 00:33

Zodiac de Neal Stephenson

Image

Résumé :
  • Sangamon Taylor, chimiste d'assaut du Groupe d'intervention environnementaliste de Boston, a pour mission de traquer les pollueurs. Il passe son temps à renifler et recueillir des échantillons de diverses substances nauséabondes tout autant que toxiques, puis participe à des actions de commando pour condamner avec les moyens du bord les conduites par lesquelles les industriels les rejettent en pleine nature.
    Une existence qui perd son caractère routinier le jour où il découvre que les homards pêchés dans le secteur sont saturés de PCB, un produit extrêmement dangereux qui a fui de vieux transformateurs jetés il y a longtemps dans le port. Son investigation dans la vase des bassins portuaires et dans les égouts de la ville l'obligera à affronter - parce qu'il a moins de chance que de conviction des adorateurs de Satan toxicomanes amateurs de heavy metal, des tueurs à gages, des savants fous et des industriels sans scrupule.


Avatar du membre
Anaterya
Rat de bibliothèque
Messages : 2558
Inscrit le : 21 mars 2013

Message par Anaterya » 27 févr. 2015, 00:34

J'avais découvert ce livre totalement par hasard, et son sujet écologiste m'avait de suite intéressée. De ce fait, je n'ai pas hésité à me le procurer quand je suis tombée dessus.

Autant le dire tout de suite, je suis assez mitigée en ce qui concerne cette lecture, non pas à cause de l'intrigue ou de la façon dont elle est menée, qui elle tient parfaitement la route, mais à cause du style de l'auteur et d'un travail de mise en page assez minimaliste de la part de l'éditeur, alors qu'il aurait été facile de sauter une ligne entre certains paragraphes afin de montrer que l'on changeait de sujet de conversation ; en effet, en l'état actuel du texte, on passe souvent du coq à l'âne sans qu'aucune mise en page ne l'indique. De plus, le texte étant écrit à la première personne, le personnage principal racontant son histoire, il manque parfois de descriptions, de mise en situation. En même temps, il s'agit d'un des premiers livres de l'auteur, et je pense qu'on peut mettre ça sur le compte d'erreurs de jeunesse.

Bon, au-delà de ça, pour parler de l'histoire en elle-même, elle m'a bien plu. On suit donc Sangamon Taylor, ST, chimiste qui, après avoir été lanceur d'alerte dans le cadre de son ancien travail, a été engagé par l'antenne du GIE de Boston, sorte de Greenpeace ou de Sea Shepard au niveau américain. Le système de GIE est assez simple : obtenir des preuves des infractions des entreprises pour ensuite mener des actions spectaculaires sous les feux des caméras pour flinguer la communication des entreprises et obliger les agences gouvernementales de protection de l'environnement à se bouger le cul. Mais cette mécanique bien huilée se grippe quand les analyses de ST se contredisent et qu'il se ridiculise devant la presse, pour le plus grand plaisir des entreprises qu'il traque. Et là, tout part en vrille, car ces contradictions cachent des manipulations biochimiques plutôt cradingues.

Comme dit précédemment, le texte est assez ancien (1988 pour sa publication étatsunienne), ce qui se ressent au niveau de la technologie utilisée, puisque Stephenson ne cherche pas vraiment l'anticipation, mais je trouve que ce n'en est que plus percutant en ce qui concerne la vision des problèmes environnementaux, toujours d'actualité, l'importance de la communication et de l'opinion publique pour faire plier les grandes entreprises. L'autre point que j'ai beaucoup apprécié, c'est l'implication des Amérindiens dans ces problèmes de pollutions chimiques industrielles, aussi bien en tant que victimes que combattants.

Au final, j'ai quand même bien aimé ce livre, mais si Stephenson pouvait le réécrire avec plus de de fluidité, ce serait encore meilleur !
Répondre