Harmonie - Project Itoh

Récit de fiction peignant une société imaginaire organisée de telle façon qu'elle empêche ses membres d'atteindre le bonheur, au contraire de l'utopie !
Répondre
Avatar du membre
Tanii
Fidèle
Messages : 775
Inscrit le : 25 déc. 2012

Message par Tanii » 18 févr. 2015, 16:31

Harmonie de Project Itoh

Image

Résumé :
  • Dans un futur proche, l’humanité a atteint un idéal social grâce à une morale toute puissante et à une nanotechnologie médicale de pointe. La vie humaine est devenue la ressource la plus précieuse au monde, et la société s’assure de la protéger grâce au WatchMe, un dispositif implanté dans chaque adulte pour notamment effectuer un suivi de sa santé en continu.

    Tuan Kirie travaille pour l’Organisation Mondiale de la Santé. Chargée d’enquêter sur une série de suicides qui semblent être l’œuvre d’un groupe terroriste manipulant WatchMe pour prendre la société en otage, elle devra plonger dans son passé pour empêcher le monde de sombrer dans la folie.

Je termine mes quelques pages, et je reviens vite pour donner un avis détaillé sur le sujet ! :D
Je confesse que les caractères japonais ont fait que j'ai craqué pour ce bouquin... Et je ne le regrette pas ! ^^ Vous connaissez ?


Avatar du membre
Agenor
Administrateur
Messages : 6755
Inscrit le : 12 déc. 2012
Localisation : Grand Est !
Genre :
Âge : 28

Message par Agenor » 18 févr. 2015, 17:29

Je ne connais pas du tout mais je suis curieux de lire ton avis ;-)
Avatar du membre
Tanii
Fidèle
Messages : 775
Inscrit le : 25 déc. 2012

Message par Tanii » 22 févr. 2015, 13:18

Donc ! :D

Harmonie nous plonge dans un futur assez "harmonisé", où l'homme a sous-traité sa santé et son bien-être à des conglomérats pharmaceutiques qui veillent à ce que rien ne perturbe la vie. Dans ce monde apparemment idyllique, on suit la petite vie bien agitée de Tuan Kirie, qui est une sorte d'agent gouvernemental, en mission dans une des zones non-converties à cette utopie. Pour planter le décor jusqu'au bout, le texte est rédigé avec des balises informatiques.

Le bouquin m'a frappé car il décrit assez bien la société japonaise d'un certain point de vue : l'histoire n'est pas centrée sur le Japon, cependant on y trouve quelques similitudes avec la mentalité nipponne, voire asiatique dans son ensemble. Le but ultime de ces WatchMe et autres appareils liés est de préserver la santé tant physique que mentale, et cela passe notamment par le fait de pas perturber la société. Pas d'images violentes, pas de propos qui pourraient être interprétés comme blessants, le monde des bisounours en quelques sortes.

Les nouvelles technologies ont pris une place très importante, comme aujourd'hui, mais peut-être trop importante. On ne se présente plus, on lit la fiche sociale présente sur le réseau. On ne se fait plus un petit plaisir avec un café ou une part de gâteau, notre régime alimentaire est défini par un programme de notre WatchMe. D'ailleurs, café, alcool, cigarettes, drogues, chocolat.... toutes ces choses sont bannies de la société car elles sont considérées comme nocives pour la vie, et donc le monde. Tout est fait pour avoir une condition physique idéale, car nos corps ne nous appartiennent plus, ils sont un bien public.
Les gouvernements ne sont plus des administrations, mais des admédistrations. Ce concept est fascinant, et en même temps super flippant.

Aujourd'hui on tente de nous imposer par petite touche des multitudes d'applications et appareils liés censé améliorer notre vie : courses, argent, voiture, santé, agenda, informations, voyages... Tout nous arrive sur un plateau. Dans Harmonie, cet aspect est à son comble et c'est à peine si les êtres humains se posent la question du "pourquoi tout ça ? pourquoi à ce point ?". Même si des évènements graves ont menés à ces développements, l'extrêmisme de cette technologie ne choque personne. Ca m'a assez révolté en tournant les pages :shock:

On nous dépeint un monde sans risques, sans déviance... où "vie privée" est devenu un gros mot. Ce monde ne m'a pas fait rêver le moins du monde, en revanche j'ai eu des tonnes et des tonnes de questions à me poser au fil des pages... Car je pense que ce genre de bouquin ne peut pas laisser indifférent.

Cependant, la technologie décrite au fil des pages n'est qu'un élément du puzzle. Plus que le corps et la vie, le sommet stratégique de ces organisations "médicales" souhaitent avant tout l'harmonie de l'esprit. Je m'arrête là pour ne pas spoiler ;-)

En refermant le bouquin, je me suis dis que non, même s'il y a des maladies, des décisions merdiques à prendre parfois, des problèmes alimentaires, la vie vaut la peine d'être réellement vécue, et pas servie anesthésiée dans une pilule injectée dans le corps (entre autres).
Avatar du membre
ML
Assidu
Messages : 323
Inscrit le : 09 déc. 2013

Message par ML » 22 févr. 2015, 14:11

De prime abord, je n'avais pas été tentée par le livre dont la couverture est trop fade à mon goût mais ton avis a titillé ma curiosité. Je vais très probablement essayer de me le procurer :)
Avatar du membre
Agenor
Administrateur
Messages : 6755
Inscrit le : 12 déc. 2012
Localisation : Grand Est !
Genre :
Âge : 28

Message par Agenor » 01 juin 2015, 16:58

Par la faute d'Anaterya ce livre se retrouve dans ma PAL :P
Avatar du membre
Anaterya
Rat de bibliothèque
Messages : 2558
Inscrit le : 21 mars 2013

Message par Anaterya » 03 juin 2015, 21:15

Une fois n'est pas coutume, j'ai découvert ce livre en médiathèque alors que je n'en avais jamais entendu parler auparavant, et le sujet m'a de suite fait envie, et je l'ai emprunté immédiatement.

Au cours du XXI° siècle, le monde a été dévasté par le Maelström : émeutes urbaines et raciales aux États-Unis qui ont favorisé des groupes terroristes ou des États qui s'étaient procurés des armes nucléaires, virus létaux incontrôlables, le tout menant à une diminution drastique du nombre d'hommes sur terre. En réaction à ces catastrophes a émergé une société dite « viviste », qui considère l'être humain comme une ressource essentielle qui doit à tout prix être préservée. Cette protection passe avant tout par les médicules, des nanoparticules qui analysent l'état physiologique de chacun et communiquent avec le WatchMe, un réseau mondial qui permet de traiter tous les problèmes de santé dès qu'ils apparaissent. La santé mentale est aussi importante que la santé physique, et tout est fait pour protéger la sensibilité de chacun, en plus des séances très régulières de thérapie collective. Toutefois, les enfants ne sont pas reliés au WatchMe, car les modifications qui agitent leur corps feraient surchauffer le système, ils ne le sont qu'une fois qu'ils ont achevé leur croissance.

De ce fait, c'est chez trois adolescentes d'environ 15 ans que naît une volonté de révolte contre ce monde qui les considère avant tout comme une ressource appartenant à la communauté mais qui ne peut pas encore entièrement les contrôler.

Car si l'on suit Tuan Kirie menant l'enquête, on assiste également à de nombreux flash back de son adolescence, de ce moment où est née et s'est affirmée sa révolte comme cette société si attentive, si douce, si étouffante. Pour poursuivre sa rébellion à l'âge adulte Tuan s'est engagée avec l'Organisation mondiale de la santé, plus précisément dans l'Hélix, un service qui opère dans les zones qui sont en transition vers le système WatchMe. Ce n'est pas aussi cool que ça peut en avoir l'air, car entre ceux qui veulent imposer le WatchMe pour le bien être des populations, et ceux qui refusent d'être ainsi mis sous surveillance, les conflits ne manquent pas d'éclater. Et Tuan, ainsi que d'autres, profitent de cette situation pour obtenir des cigares ou du vin de contrebande, toutes choses prohibées par les admédistrations vivistes car nocives pour la santé. Cette petite vie au final bien réglée est bouleversée par les tentatives de suicide simultanées de plus de 6000 personnes, qui perturbent gravement la société viviste. Tuan se retrouve en première ligne, car une des ses amies de jeunesse s'est suicidée sous ses yeux, et elle est rapidement chargée de l'enquête par l'Hélix.

De part l'importance accordée à la santé de ses membres, l'attention portée à autrui, ce livre m'a fait pensé à Un bonheur insoutenable. Mais là, la soumission au système passe avant tout par la pression sociale, par le regard de l'autre, et par les injonctions des admédistrations. Mais les hommes ont du mal à se plier ainsi au visvisme, à ne se voir plus que comme des ressources, et les actes de rébellion se multiplient, que ce soient par la consommation de tabac, d'alcool, voire tout simplement de caféine, jusqu'au suicide. La fin du roman vient apporter une réponse magnifique au problème ainsi posée.

Ce livre est donc encore une très bonne découverte, et une lecture à recommander !
Avatar du membre
Agenor
Administrateur
Messages : 6755
Inscrit le : 12 déc. 2012
Localisation : Grand Est !
Genre :
Âge : 28

Message par Agenor » 09 juin 2015, 20:11

Suite à une virée chez Gibert avec Anaterya je me retrouve en possession de ce livre et je l'ai commencé ! Bon je n'ai pas encore énormément lu (une 50aine de pages), mais j'adore le style d'écriture, c'est très fluide, très vivant, je me suis plongé immédiatement dans l'univers :love:
Et ce style est original, il suffit de feuilleter quelques pages pour s'en rendre compte :D
Avatar du membre
Agenor
Administrateur
Messages : 6755
Inscrit le : 12 déc. 2012
Localisation : Grand Est !
Genre :
Âge : 28

Message par Agenor » 21 juin 2015, 22:42

Après ma dernière incursion dans la dystopie avec Un bonheur insoutenable que j’avais beaucoup apprécié, je me plonge dans Harmonie grâce aux recommandations d’Anaterya :D !

Dès le début du récit ce n’est pas sans me rappeler Un bonheur insoutenable, par le cadre dans lequel évolue la société japonaise (et quasiment mondiale). En effet, suite aux guerres la population a drastiquement diminué faisant de la vie humaine la ressource la plus précieuse à la sortie du conflit. Ce constat engendre un nouveau concept sociétal : le vivisme, où la vie humaine elle-même est au centre de toutes les préoccupations. Pour protéger cette ressource devenue rare, des admnédistrations sont mises en place, régissant la vie de la communauté. Ces admédistrations contrôlent la santé de chaque personne par le biais de WatchMe, des nanotechnologies implantées dans le corps relayant l’état de santé de chaque personne, permettant d’ajuster l’hygiène de vie et de prévenir toute maladie. Les éléments nocifs sont également interdits ou mal vus par la société (alcool, cigarette, excès de nourriture entraînant l’obésité …). Et chaque personne se doit d’être prévenante envers son prochain, pour que chacun se sente bien.

C’est cette notion qui m’a particulièrement rappelé Un bonheur insoutenable. Une fois de plus, nous avons affaire à une société où la conformité et le contrôle est son cœur.
Nous suivons Tuan Kirie, de son enfance dans les premiers chapitres jusqu’à son âge adulte où elle travaille pour l’OMS. Bien sûr, elle a du mal à se sentir à sa place dans une telle société et c’est grâce à son regard sur le monde que l’on a une critique de cette société.

Un élément vient néanmoins bouleverser l’ordre mondial : une vague de suicide. Est-ce un groupe terroriste ayant piraté le WatchMe ?


J’ai beaucoup apprécié l’histoire et l’originalité de son écriture. J’ai trouvé le récit de Tuan facile à lire, j’ai été directement plongé avec elle dans sa société. Au niveau de l’écriture, il y a des balises comme le codage en informatique à certains moments du récit, pour montrer qu’à tel endroit elle a ressenti telle émotion, etc. Par exemple Récit.

Les révélations que trouvent Tuan lors de son enquête m’ont surpris et ont fait écho à certains constats que j’ai déjà pu faire. En effet, on est tous empêtrés à un moment dans notre vie à nous poser trop de questions sur l’avenir, sur nous-mêmes, sur le regard des autres etc. Et certaines personnes, que j’ai l’habitude de qualifier d’imbéciles bienheureux avec une amie, semblent si heureux et inconscient d’eux-mêmes qu’on pourrait les envier.

Je n’en révélerai pas plus, mais ce point fait écho à certains éléments révélés par l’enquête de Tuan !

J’ai néanmoins trouvé la fin un peu précipitée, tout bascule en quelques pages, menant à l’épilogue. Je suis un peu resté sur ma fin.

Au niveau de l’épilogue, on a une révélation sur la nature-même du récit que l’on a lu qui m’a beaucoup surpris et qui m’a encore plus fait apprécier l’originalité de l’écriture de Project Itoh.

Bref, c’est un livre que je recommande pour ceux qui souhaiteraient plonger au cœur d’une telle société :D
Répondre

Retourner vers « Dystopie »