Les Ignobles - Huguette Conilh

Parce qu'il est impossible de citer tous les genres littéraires (ou tout simplement de catégoriser un livre), ici se trouvent les livres n'ayant pas trouvé leur place ailleurs.
Répondre
Invité

Message par Invité » 19 janv. 2015, 13:46

Les Ignobles de Huguette Conilh

Image

Résumé :
  • Ils sont les ignobles, victimes de leur différence, souffre-douleur des cours d’école, les proies de l’ignorance que l’intolérance met en marge de la société. Pour échapper au tableau des opprobres, Camille a préféré couper les ponts avec sa famille. Jusqu’au jour où la mort de ses parents dans l’incendie de leur maison l’oblige à reprendre le chemin de la Vienne. Il recueille alors son frère cadet, Mathis, un adolescent torturé par la culpabilité de n’avoir pu sauver ses parents.

Éditeur : L'ivre-Book
Date de sortie : 19 janvier 2015
Disponible en format numérique uniquement


Invité

Message par Invité » 19 janv. 2015, 13:50

Le récit tourne essentiellement autour de quatre figures. Il y a Camille, héros de la nouvelle, devenu aide-soignant dans un service s'occupant des personnes atteintes de la maladie d'Alzheimer. Il vit en colocation avec Aaron Letellier, un infirmier aux nombreuses manies, mais les deux hommes sont en réalité en couple, préférant le dissimuler aux yeux de tous. Ils logent tous les deux au premier étage d'une maison dont Norbert Loisot, un veuf paraplégique, est le propriétaire. À cela s'ajoute Mathis, le frère cadet de Camille qui s'installe chez ce dernier, suite au décès de leurs parents. Ce dernier personnage est le pivot central de l'intrigue et devient la représentation de notre société, de ses interrogations et ses préjugés.

Suite de Cas mille, Les Ignobles est la concrétisation du message qui imprégnait déjà la nouvelle, à savoir l'appel à la tolérance. Cependant, l'auteur s'y prend d'une façon un peu différente et plus percutante.

Tout se tient dans le titre : les ignobles. Lorsque j'ai lu le livre, je n'avais aucun résumé, ainsi, vu le thème et le message que l'auteur souhaite faire passer, je pensais que le mot "ignoble" désignait les personnes intolérantes. Une hypothèse qui peut se confirmer en effet, mais qui peut être réfutée par le récit : les ignobles peuvent définir les personnes différentes, victimes d'intolérance, désignées ainsi par les esprits étroits.
Toute la justesse du roman repose sur le fait que chacun peut se retrouver à la place de l'autre. On y voit des personnages intolérants envers des homosexuels, mais ces mêmes homosexuels ne sont pas sans défauts et tombent également dans le travers du refus de la compréhension.
Le message est plus fort que ce que l'on pourrait penser au premier abord : personne n'est à l'abri de faire partie des ignobles, que l'on soit un intolérant qui devient proie d'une mise à l'écart par ses semblables, ou une victime devenant à son tour intolérante.
C'est d'ailleurs ce qui arrive avec le personnage de Mathis. Adolescent un peu caricatural, il est tout bonnement insupportable et l'on ne peut s'empêcher de le juger à l'emporte-pièce. Une chose qui nous est lancé au visage avec la révélation finale. On réalise alors qu'on peut faire preuve d'étroitesse d'esprit sur certains sujets alors qu'on se dit ouvert sur d'autres et prêt à donner des leçons.

Voilà qui résume mon avis général sur cette œuvre. Je l'analyse et la détaille davantage sur mon blog, mais vu que c'est un peu long, l'essentiel est condensé ici ;)
Répondre

Retourner vers « Autres lectures »