Niourk - Stefan Wul

Livres basés sur des faits scientifiques démontrés ou extrapolés pour donner un récit où la technologie joue un rôle majeur dans un univers futuriste (colonisation d'autres mondes, création de robots intelligents, etc.)
Répondre
Invité

Message par Invité » 03 janv. 2015, 10:29

Niourk de Stefan Wul

Image

Résumé :
  • En route pour la ville des dieux ! Les hommes ont régressé à un stade primitif après une catastrophe nucléaire qui a bouleversé la planète. La survie s'est organisée au cœur de tribus. Dans l'une d'elle vit un enfant noir, rejeté par les siens à cause de sa différence. Lorsque l'enfant est condamné à mort par leur chef, il se met alors en route vers Niourk, la ville des dieux, en quête de nourriture. Mais dans cette métropole abandonnée ne subsistent que ruine, radiations et machines étranges..

Éditeur : Gallimard (Folio SF ou Folio Junior)
Date de sortie : 1957
Disponible en format Poche : Oui


Invité

Message par Invité » 03 janv. 2015, 11:01

J'ai détesté ce livre. Voilà, c'est dit.

Stefan Wul est apparemment considéré comme un pilier de la SF française et son livre Niourk est apparemment un classique. Le monsieur était chirurgien-dentiste avant d'écrire pour sa femme qui se plaignait de lire de la mauvaise science-fiction. Alors d'une part, j'espère que cet homme était meilleur dentiste qu'écrivain, et d'autre part, je plains sa femme. C'est brutal, mais c'est sincère.

Qu'en est-il alors de ce roman ? Ne vous attendez pas à de la hard SF, là c'est du soft, tellement soft que c'est à se demander si c'est encore de la SF.
Pourtant, tout commençait bien avec une trame non pas révolutionnaire, même si cela a dû faire son petit effet à l'époque, avec une Terre post-apocalyptique, résultat de catastrophes écologiques majeures. Les océans se sont asséchés, si bien que les continents sont devenus des montagnes enneigées. Les Hommes ont quitté l'ancienne planète bleue pour Vénus, et les humains qui restent sont retournés à l'âge de pierre. Ces êtres primitifs considèrent les anciennes villes comme des cités divines, pensant que les affiches publicitaires et autres représentations de l'Homme sont des dieux.

On suit une tribu particulière dans laquelle se trouve un unique enfant noir. Alors que Le Vieux, sage du village, se rend à la cité de Santiag pour prendre conseil auprès des dieux, l'enfant noir (il n'est appelé que de cette manière pendant les 3/4 du livre) décide de partir à sa recherche. Il retrouve l'ancêtre ivre mort et décide de manger sa cervelle pour acquérir ses connaissances. Il s'empare du bâton des dieux (un lance-flamme) et tente de rejoindre sa tribu qui a dû migrer entre-temps. Là commence le périple vers Niourk. L'enfant va apprivoiser un ours, tuer les poulpes mutants qui ont capturé sa tribu, devenir le second chef, mais surtout, il va développer son intelligence grâce à un élément radioactif qui était présent dans la cervelle des monstres qu'il a mangé.

Autant, la présentation de la tribu et son voyage était plutôt convainquant, l'auteur utilisant un vocabulaire simple, efficace, et des chapitres courts pour illustrer l'aspect régressif de ces Hommes, autant la suite est du grand n'importe quoi. Déjà, la présence d'Hommes préhistoriques est grandement discutable compte tenu des informations du livre, mais bon passons.
Je sais bien que ça date des années 50, mais sortir qu'après avoir mangé des poulpes mutants (je ne m’attarderai pas sur ces monstres totalement surréalistes même en prenant en compte la radioactivité) les Hommes se mettent à gonfler et à s'envoler comme des ballons remplis d'hélium, c'est trop demander à mon cerveau d'accepter de pareilles inepties.
Mais ce genre d'incidents n'est qu'un amuse-bouche comparé à la dernière partie du roman. L'enfant noir rencontre des Vénusiens dont le vaisseau s'est crashé sur terre par hasard et à partir de là c'est le festival de l'improbabilité. L'enfant noir parvient à se guérir de sa radioactivité et en une nuit il dévore les encyclopédies et travaux présents dans le laboratoire des Vénusiens.
Alors, qu'il parvienne à lire tout cela, je peux encore l'accepter, après tout il existe des gens qui parviennent à lire une page en posant leurs yeux 2 secondes dessus. Mais qu'à partir de ses lectures il parvienne à léviter, à se dédoubler mais plus pour effectuer plusieurs tâches à la fois et pire qu'il parvienne à déplacer la planète Terre de son orbite en plaçant plusieurs copie de lui-même à chaque pôle et en tirant sur l'axe de la Terre, là non, non, non et non je ne marche pas dans ce délire !

Le pire, c'est le semblant d'explication donné à tout ça : lorsqu'il annonce une théorie totalement contraire au fonctionnement d'un être au scientifique vénusien, ce dernier s'apprête à protester et là, le gamin sort une phrase magnifique : "Je connais par avance tous les impossibles que vous allez me jeter à la figure. Il faut dire que mon petit exposé a été trop bref pour vous convaincre je ne vous ai pas donné de détails probants. Mais je vous expliquerai cela une autre fois, j’ai encore des choses à vous montrer." Il n'expliquera JAMAIS sa théorie. En gros, c'est typique du "je balance une théorie pour choquer et faire style que je sais écrire moi-aussi des idées révolutionnaires, mais je n'assume pas le fait que j'écris quelque chose d'insensé".

J'aurais encore plein de choses à dire sur ce roman, mais je vais m'arrêter là. Si vous en voulez encore, vous pouvez voir ma critique complète sur mon blog. Il y a d'autres choses qui sont plein d'illogisme selon moi et qui sont à la base même de l'univers du livre.

Quand j'ai lu ce livre, j'ai compris pourquoi il avait été édité au rayon jeunesse auparavant. Et encore, pas sûr que tous les enfants soient satisfaits de lire ça. Pareil, il a été adapté récemment en BD (voyez le succès encore aujourd'hui).

Je n'ai pas trouvé de critiques négatives dessus, peut-être une ou deux mitigées au plus. Parce qu'entre les nostalgiques qui ont lu ce livre étant gamin et qui ont adoré, ceux qui l'ont lu aujourd'hui mais qui sont adepte du parti "c'était mieux avant" à tout prix, c'est difficile de trouver un autre son de cloche. Maintenant, c'est chose faite. :lol:
Avatar du membre
olothiel
Fidèle
Messages : 920
Inscrit le : 04 nov. 2013
Genre :
Âge : 39

Message par olothiel » 03 janv. 2015, 13:09

Whoua ça c'est une critique bien exposé, qui me donne d'ailleurs envie de lire la suite de ton avis sur ton blog et sincèrement au vu de ce que tu as écris je n'ai aucune envie de lire ce livre!! Merci à toi, il est toujours bon d'avoir des avis différents, car sur internet on trouve souvent des avis qui vont dans le sens de grande "critique"!
Image
Avatar du membre
Agenor
Administrateur
Messages : 6723
Inscrit le : 12 déc. 2012
Localisation : Grand Est !
Genre :
Âge : 28

Message par Agenor » 03 janv. 2015, 15:32

Pareil qu'Olothiel ! Et j'ai été lire la critique entière de ton blog, non non non je ne lirai jamais ce livre :P Le coup du "Je vous expliquerai le pourquoi du comment plus tard" ça a tendance à m'agacer ! Je ne sais plus dans quel livre il y avait la même chose ... mais ça m'avait agacé.

qu'il parvienne à déplacer la planète Terre de son orbite en plaçant plusieurs copie de lui-même à chaque pôle et en tirant sur l'axe de la Terre, là non, non, non et non je ne marche pas dans ce délire !
Et alors là, que dire ... :lol:
Invité

Message par Invité » 03 janv. 2015, 17:31

Merci à vous :D

@Agenor : J'étais déjà à bout à cause des bêtises précédentes, mais alors quand j'ai lu ce passage...
Spoiler: Afficher
Image
Avatar du membre
Agenor
Administrateur
Messages : 6723
Inscrit le : 12 déc. 2012
Localisation : Grand Est !
Genre :
Âge : 28

Message par Agenor » 03 janv. 2015, 19:03

Ca me fait pareil dans certains bouquins de SF où ça part en trip total à la fin, mais alors là, celle-là on me l'avait encore jamais faite ! xD
Merci de nous épargner cette lecture :cheers: (et vu ton avis je ne comprends pas pourquoi il n'y a que des critiques positives, enfin moi je sais qu'il ne me plairait pas donc rassure toi : tu n'es pas la seule ! xD Surtout que l'histoire n'a pas l'air de casser 3 pattes à un canard, alors en plus avec ce genre de trucs bizarres ... :langue: )
Invité

Message par Invité » 03 janv. 2015, 19:29

Honnêtement, les trois quarts des avis positifs viennent de personnes ayant lu ce livre étant petit. Du coup, il y a l'aspect nostalgie, et forcément, la mémoire ne sélectionne que le meilleur et on a tendance à enjoliver la vérité avec le temps.
C'est flagrant lors qu'on essaye de revoir certains films ou dessins animés qui nous ont plu étant petit mais qui ne sont pas formidables à la base. Par exemple, essayez de revoir un épisode de Pokémon, le dessin animé qui plaisait à des millions de gamins. Ouais ben avec des yeux d'adultes tu te rends compte à quel point c'était répétitif.
Spoiler: Afficher
En 20 minutes, ils trouvent toujours le moyen de te caser les mêmes choses : la Team Rocket qui se déguise et les héros qui sont surpris de les voir débarquer pour la 100e fois car ils ne sont toujours pas fichu de capturer un malheureux Pikachu, Pikachu qui les enverra forcément vers d'autres cieux à la fin de l'épisode ; il y aura forcément une morale sur "il faut aimer ses pokémon" même si les héros passent leur temps à les envoyer se battre à mort ; on ajoute à cela ce pervers de Pierre qui voudra forcément draguer lourdement l'infirmière ou la policière et voilà le cocktail réutilisable pour 500 épisodes.
Eh bien, Dieu que c'est pénible de regarder cela une fois que l'on a grandit...

C'est le même phénomène qui implique le "c'était mieux avant". Pour dire à quel point c'est valable de tout temps, j'avais lu quelque part qu'on avait retrouvé un texte d’Égypte ancienne où justement l'auteur du texte se plaignait qu'il n'y avait plus de jeunesse, que tout foutait le camp, etc. :lol:

En parlant du "c'était mieux avant", je pense que cela concerne le dernier quart des avis positifs. Il y a des gens qui prennent vraiment ce principe très à cœur et qui n'écoute pas la logique lorsqu'elle crie "NOOONNN c'est n'importe quoi !" car c'est obligé que ce soit mieux que la littérature d'aujourd'hui. Sauf que non, déjà avant il y avait du bon et du mauvais, comme aujourd'hui. Mais ça, c'est très difficile de le faire avaler à ce genre de personnes, elles te sortiront des arguments plutôt douteux qui confirment plutôt une nostalgie de ce "bon vieux temps" qu'un véritable "déclin" de la littérature.

Après, peut-être que cela peut vraiment plaire ce genre d'histoire. Mais franchement, à part les enfants qui n'auront pas autant de sens critique qu'un ado ou un adulte, je ne vois pas quel public ce livre peut réellement toucher hormis celui que j'ai cité.
Avatar du membre
Agenor
Administrateur
Messages : 6723
Inscrit le : 12 déc. 2012
Localisation : Grand Est !
Genre :
Âge : 28

Message par Agenor » 03 janv. 2015, 19:37

Je ne savais pas du tout pour le texte de l'Egypte ancienne ! Décidément, c'est fou cette nostalgie :langue: Enfin, je la ressens quand même, mais j'arrive à me dire que c'est plus l'époque d'enfance où on était insouciant et moins critique qu'autre chose.
Et pour Pokémon, j'ai revu, j'ai abandonné au milieu de la seconde saison xD (de toute façon j'avais jamais été plus loin que la saison 2 :P ), c'est très répétitif. Ca me fait un peu penser aux livres d'Anne Robillard que je trouve tout aussi répétitifs, je les trouvaient déjà répétitifs en étant ado mais maintenant que je suis adulte je crois que ce serait un supplice de me faire relire quelque chose comme ça.
Et il y a pleins de livres dans ma bibliothèque que je ne souhaite pas relire parce que je les ai lus en étant ado et je préfère en conserver un bon souvenir que les relire et être déçu :)
Invité

Message par Invité » 03 janv. 2015, 20:03

On ressent tous de la nostalgie, c'est inévitable, mais cela ne doit pas non affecter notre jugement. :)

J'ai déjà entendu dire que "de toute façon, à l'époque, les voitures c'était bien mieux, c'était tout aussi solide que celles d'aujourd'hui avec leurs gadgets" sauf que si on regarde des tests d'accident, les anciennes voitures se plient tellement elles sont fragiles. Ce n'est qu'un exemple parmi d'autres, dans le même contexte j'ai déjà entendu des gens dire que les limitations de vitesse c'est des conneries parce qu'avant on roulait plus vite et y avait moins ou autant d'accident d'aujourd'hui, sauf que si on compare les morts sur la route et les accidents, ben y en avait bien plus quand on roulait plus vite.

Bref, c'était un petit écart, mais c'est pareil pour n'importe quoi, je pense. On a tous notre côté affectif qui entre en jeu, mais il faut le prendre en compte si on n'a pas lu un livre depuis longtemps par exemple.

Après, il y a des livres qui nous plaisent après relecture, même avec leurs défauts. Mais bon, faut éviter aussi d'être dans le déni. Savoir reconnaître les défauts d'un livre qu'on aime et l'apprécier malgré cela, c'est possible et c'est même honorable. Enfin, je trouve cela plus honnête d'accepter les défauts d'un livre et de dire "oui je sais, y a ça qui ne va pas, mais malgré cela j'aime beaucoup ce livre" que de tout nier en bloc et le considérer comme une nouvelle merveille du monde lorsqu'on pointe du doigt les aspects négatifs. :)
Avatar du membre
Agenor
Administrateur
Messages : 6723
Inscrit le : 12 déc. 2012
Localisation : Grand Est !
Genre :
Âge : 28

Message par Agenor » 03 janv. 2015, 20:13

C'est ce qu'il s'est passé pour moi avec l'Épée de Vérité, je l'ai lu quand j'avais 18 ans et j'avais particulièrement apprécié, mais c'était l'inverse de toi : une pluie de critiques négatives sur le net que j'ai découvert quand j'ai commencé à regarder les avis d'autres forums. J'admet le fondement de leurs critiques mais après je suis capable de me dire que ça m'a tout de même plu malgré ces défauts ^^
Avatar du membre
Graceling
Modératrice
Messages : 1374
Inscrit le : 01 avr. 2017
Genre :

Message par Graceling » 09 avr. 2017, 20:45

Pour me sortir 1 peu de La Légende de Marche-Mort, j'ai relu ce week-end Niourk de Stefan Wul. Il ne date pas d'aujourd'hui mais j'aime beaucoupImage
La terre dans le futur ravagée par 1 cataclysme. La majorité des hommes sont partis vivre sur Vénus. Les autres vivent comme au temps des cavernes. Et les différentes aventures d'un enfant noir obligé de partir pour survivre à sa tribu.
Avec 1 illustation de couverture de Enki Bilal pour les connaisseurs :)
Avatar du membre
Yannick
Fidèle
Messages : 755
Inscrit le : 16 déc. 2015
Genre :

Message par Yannick » 09 avr. 2017, 21:23

En parlant d'Enki Bilal, j'ai justement regardé Immortel (ad vitam) hier soir.
Sinon jamais entendu parler de Niourk.
Quant à l'auteur, peux-tu mettre son nom, c'est écrit tellement petit sur ton image que même en plissant les yeux je n'arrive pas à bien lire. Je vois un S et un W mais à part ça...
Peux-tu aussi nous mettre la 4ème de couverture ou un résumé, qu'on en sache un peu plus que tes quelques mots ? *lecteur curieux inside*
Avatar du membre
Graceling
Modératrice
Messages : 1374
Inscrit le : 01 avr. 2017
Genre :

Message par Graceling » 09 avr. 2017, 21:46

Excuse, l'auteur est écrit au-dessus de la photo oups: c'est Stefan Wul, un écrivain français.
Un jour, dans la tribu de Thoz, le Vieux décide de tuer l'Enfant noir. Simplement parce qu'il le gêne, parce qu'il est différent des autres.
Alors, l'Enfant noir s'enfuit. Il s'enfuit vers Niourk, l'ancienne ville de New York où ne subsistent plus que des ruines et d'étranges mécanismes.

Quête semée d'embûches : sur cette Terre ravagée par un cataclysme, l'Enfant noir doit faire alliance avec un ours, et combattre de monstrueuses pieuvres mutantes.
Grâce à elles, il acquiert une intelligence fabuleuse, des pouvoirs multipliés. Quand il revient vers sa tribu, l'Enfant noir est devenu l'égal d'un dieu...

Stefan Wul, dont l'un des romans, La Planète sauvage, a été porté a l'écran, propose ici un roman fantastique et palpitant.
Avatar du membre
Valar Morghulis
Rat de bibliothèque
Messages : 4249
Inscrit le : 20 déc. 2012
Genre :

Message par Valar Morghulis » 16 juil. 2017, 18:30

Sujet déjà existant... merci d'aller vérifier ! Je fusionne.
Image 
Avatar du membre
Graceling
Modératrice
Messages : 1374
Inscrit le : 01 avr. 2017
Genre :

Message par Graceling » 16 juil. 2017, 18:44

Tu as raison Valar, je l'avais mis au début de mon inscription et je m'en suis rendue compte y'a à peine 15 jours! :oops:
Avatar du membre
Valar Morghulis
Rat de bibliothèque
Messages : 4249
Inscrit le : 20 déc. 2012
Genre :

Message par Valar Morghulis » 16 juil. 2017, 18:58

Pas de mal :) n'hésite pas à me le dire si tu t'en rends compte, ça me fait gagner du temps ^^
Image 
Avatar du membre
S.B
Intégré
Messages : 41
Inscrit le : 17 févr. 2019
Localisation : Manche (50)
Genre :
Âge : 53

Message par S.B » 31 mars 2019, 19:49

C est pas un de ces romans qui a inspiré le dessin anime de René Laloux "La planète sauvage "?
Mais je ne sait plus quel roman.Peu être Oms en serie......
Je ne regarde pas le monde d'ici bas,
Mais le monde invisible....
Victor Hugo
Avatar du membre
Graceling
Modératrice
Messages : 1374
Inscrit le : 01 avr. 2017
Genre :

Message par Graceling » 06 avr. 2019, 19:51

C est pas un de ces romans qui a inspiré le dessin anime de René Laloux "La planète sauvage "?
Peu être Oms en serie...
Oui apparemment c'est ceux-là.

Je l'ai revu il y a 1 an ou 2 à la télé, j'adore!
Répondre

Retourner vers « Science-fiction »