Exquise planète - Pierre Bordage, Jean-Paul Demoule, Roland Lehoucq, Jean-Sébastien Steyer

Récits articulant leur intrigue autour de voyages interplanétaires ou interstellaires lorsque l'humanité a colonisé l'espace (existence d'empires stellaires) ; ou l'exploration d'une nouvelle planète.
Répondre
Avatar du membre
Anaterya
Rat de bibliothèque
Messages : 2558
Inscrit le : 21 mars 2013

Message par Anaterya » 19 déc. 2014, 16:41

Exquise planète de Pierre Bordage, Jean-Paul Demoule, Roland Lehoucq, Jean-Sébastien Steyer

Image

Résumé :
  • On connaît le jeu du « cadavre exquis », qui consiste à faire un dessin, puis à plier la feuille en n'en laissant dépasser qu'un fragment, à partir duquel le joueur suivant improvise son propre dessin... Les quatre auteurs de ce livre, en reprenant ce principe, l'ont adapté à la description d'une planète plausible et des diverses formes de vie susceptibles d'y apparaître et de s'y développer. Quelle espèce extraterrestre le hasard et les lois de l'évolution vont-ils produire ?
    Cette « exquise planète », inventée en restant autant que faire se peut dans le champ du possible par un astrophysicien, un paléontologue et un archéologue, ne ressemble guère à la Terre, si ce n'est pas l'inépuisable inventivité de ses espèces, et pourtant elle aurait pu être la nôtre si le hasard en avait décidé ainsi. Et elle prend un relief bien particulier quand un écrivain de science-fiction, Pierre Bordage, prenant le relais final, vient enrichir les descriptions scientifiques et factuelles d'un souffle épique qui efface la frontière commodément travée entre science et fiction.


Avatar du membre
Anaterya
Rat de bibliothèque
Messages : 2558
Inscrit le : 21 mars 2013

Message par Anaterya » 19 déc. 2014, 16:41

Trois auteurs que j'aime beaucoup et un sujet qui m'intéresse, je ne pouvais que me précipiter sur ce livre.

Le livre est divisé en quatre parties, une pour chacun des auteurs, et l'on commence par envisager la formation de l'étoile, puis celle des planètes qui gravitent autour d'elle, ainsi que des caractéristiques physiques de la planète envisagée, la durée de ses journées et de ses nuits, son axe de rotation, ses révolutions autour de l'étoile, l'influence de ses satellites, les forces de marée qu'elle subit... Très scientifique, donc, mais Lehoucq rend la chose passionnante et très simple (enfin, j'ai déjà quelques notions d'astrophysique, ça doit aider).

La deuxième partie s’attarde sur l'apparition de la vie sur la planète, sa complexification, les extinctions, les radiations évolutives, etc. C'est toute l'histoire de l'évolution, ses hasards, ses extinctions, ses radiations, ses complexifications et simplifications, ses croisements qui se déroulent sous nos yeux, battant en brèche cette idée selon laquelle nous aurions une place spéciale dans le cours de l'évolution, alors que nous ne sommes rien d'autre qu'un accident.

La troisième partie m'a beaucoup moins plu en raison de son ethnocentrisme. En effet, après une première partie sur les origines de la création d'une société sur la planète, l'auteur se penche sur la Terre et les hommes, déroulant notre histoire, se servant parfois de l'uchronie pour exposer diverses histoires possibles. J'ai trouvé que ça tombait comme un cheveu sur la soupe et j'aurais préféré que cette partie s'attarde bien plus sur les créatures de la Planète, sur la construction de leurs sociétés, sur les diverses possibilités offertes d'organisation, de mythes, etc.

Pareil pour la nouvelle de Pierre Bordage qui clôt le livre : elle est anthropocentrée, donnant le point de vue de colons humains sur la Planète et les « dangers » qu'elle recèle. J'aurais de loin préféré une histoire indépendante du genre humain, qui explore plus avant le monde, la vie et l'esprit des Osoanor, l'espèce qui semble la plus intelligente de la Planète, même si la notion d'intelligence est difficile à manier.

Au final, j'ai de loin préféré les deux premières parties, véritablement centrées sur la Planète, que les deux suivantes qui font trop intervenir les humains à mon goût. Pour moi c'est donc une très bonne idée pour la partie purement scientifique, mais gâchée par l'irruption de notre espèce dans ce monde extra-terrestre.
Avatar du membre
Agenor
Administrateur
Messages : 6687
Inscrit le : 12 déc. 2012
Localisation : Grand Est !
Genre :
Âge : 28

Message par Agenor » 19 déc. 2014, 21:54

C'est dommage, le résumé me tentait beaucoup mais ce que je reproche aux histoires de SF c'est soit de tout mettre en lien avec l'homme (l'homme arrive sur la planète et voilà quoi ...), soit c'est de l'anthropomorphisme :/
Avatar du membre
Anaterya
Rat de bibliothèque
Messages : 2558
Inscrit le : 21 mars 2013

Message par Anaterya » 19 déc. 2014, 21:56

À la limite, si tu peux l'emprunter et ne lire que les deux premières parties, c'est le mieux ^^'
Avatar du membre
Agenor
Administrateur
Messages : 6687
Inscrit le : 12 déc. 2012
Localisation : Grand Est !
Genre :
Âge : 28

Message par Agenor » 19 déc. 2014, 21:57

Je doute pouvoir l'emprunter et je trouverai dommage d'acheter un livre pour n'en lire que les deux premières parties, ou tout lire et finir sur une note amère parce que je vois ce que tu veux dire pour les deux dernières parties et ça m'agace prodigieusement lorsque j'en attends autre chose :mrgreen:
Avatar du membre
Anaterya
Rat de bibliothèque
Messages : 2558
Inscrit le : 21 mars 2013

Message par Anaterya » 19 déc. 2014, 21:59

Ouais ^^

C'est l'avantage d'avoir une médiathèque bien fournie en SFFF, je peux me permettre des déceptions sans amertume !
Avatar du membre
Agenor
Administrateur
Messages : 6687
Inscrit le : 12 déc. 2012
Localisation : Grand Est !
Genre :
Âge : 28

Message par Agenor » 19 déc. 2014, 23:19

Ouais xD En même temps tu habites vers Paris, la culture met plus de temps à atteindre nos provinces éloignées :p
Avatar du membre
Anaterya
Rat de bibliothèque
Messages : 2558
Inscrit le : 21 mars 2013

Message par Anaterya » 19 déc. 2014, 23:27

Sauf que j'habite dans une ville de banlieue avec 25 % de la population sous le seuil de pauvreté... C'est surtout une volonté constante de la mairie que d'offrir un max d'activités culturelles pour justement contrebalancer la situation sociale.
Répondre