Nicolas Eymerich, tome 1 : Nicolas Eymerich, inquisiteur - Valerio Evangelisti

Genre affrontant les problèmes liés aux paradoxes temporels liés aux voyages dans le temps.
Répondre
Avatar du membre
Anaterya
Rat de bibliothèque
Messages : 2558
Inscrit le : 21 mars 2013

Message par Anaterya » 10 déc. 2014, 22:11

Nicolas Eymerich, tome 1 : Nicolas Eymerich, inquisiteur de Valerio Evangelisti

Image

Résumé :
  • En 1352, Nicolas Eymerich de Gérone devient l'Inquisiteur général de la province d'Aragon. Misanthrope, fanatique et cruel, son unique objectif est de combattre l'hérésie au nom de la Foi et de l'Ordre. Sa première mission ne tarde pas. La ville est en proie à d'étranges manifestations : apparitions dans le ciel et naissances monstrueuses inquiètent vivement l'Eglise, tandis qu'un groupe païen s'apprête à célébrer le culte de Diane.
    2194. Le vaisseau spatial Malpertuis est envoyé en mission dans le passé à la recherche d'une relique mystérieuse. Hélas, il ne parviendra pas à l'époque souhaitée, au début de notre ère, mais échoue en 1352, non loin du lieu cérémoniel où Nicolas Eymerich se prépare à sévir.


Avatar du membre
Anaterya
Rat de bibliothèque
Messages : 2558
Inscrit le : 21 mars 2013

Message par Anaterya » 26 janv. 2015, 22:24

J'avais vu passer ce livre à plusieurs reprises sur internet, et le sujet m'intriguait. En plus, l'auteur étant italien, c'était la possibilité de découvrir de nouvelles idées dans le champ de l'imaginaire. Et le challenge ABC a été l'occasion de me lancer dans cette lecture.

Première chose à préciser, le roman raconte en parallèle trois histoires différentes, mais liées : des extraits d'un livre scientifique qui présente les théories de Frullifer à propos de particules élémentaires, du genre quantas, qui expliquent les phénomènes surnaturels, la matière noire, mais permettent également le voyage dans le temps ; le témoignage d'un ouvrier ayant participé à un voyage dans le temps qui a mal tourné ; la première enquête de Nicolas Eymerich en tant que grand inquisiteur du royaume d'Aragon. La partie scientifique est plutôt pas mal, mais quelques notions d'astrophysique peuvent aider, vu que le sujet est quand même assez pointu, le témoignage est très bien mené, il fait bien monter la tension, et, enfin, l'enquête de Nicolas Eymerich est très bien faite, avec ce qu'il faut de traîtrise, de politique, de complots et de menaces pour pimenter le tout. L'enchevêtrement des histoires est clair grâce aux environnements très distincts les uns des autres et elles s'éclairent parfaitement les unes les autres tout au long du roman. Moi qui ne savais pas du tout que l'histoire se présentait ainsi en entamant ma lecture, je n'ai pas été perdue un seul moment.

Bien sûr, même si tout est bien travaillé, c'est la partie sur Nicolas Eymerich qui m'a le plus intéressée. La reconstitution de la Saragosse du XIV° siècle est très bien faite, avec l'effervescence religieuse, la cohabitation pas forcément évidente entre chrétien, musulmans et juifs, les conséquences sociales de la Reconquista, la liberté presque totale dont dispose l'Inquisition pour enquêter. Mais ce qui est le plus frappant, c'est la personnalité de Nicolas : c'est un pur produit de son époque et du milieu religieux. Il montre une haine farouche des femmes, de la liberté, de tout ce qui peut remettre en cause l'ordre social, qui est le reflet de la hiérarchie céleste, et donc sacrée et immuable. On est donc loin du personnage principal qu'on apprécie, mais le grand tour de force d'Evangelisti est qu'il parvient tout de même à nous faire entrer en empathie avec lui, à nous donner envie de le voir achever son enquête, mettre à jour le complot qui se trame dans l'ombre. Probablement parce que les ennemis de Nicolas sont encore plus détestables que lui.

Maintenant que je connais la construction des autres enquêtes de l'inquisiteur (trois histoires qui s'entremêlent à chaque fois), je ne serai plus surprise, et je les lirai avec plaisir.
Répondre

Retourner vers « Voyage dans le temps »