Les monades urbaines - Robert Silverberg

Récit de fiction peignant une société imaginaire organisée de telle façon qu'elle empêche ses membres d'atteindre le bonheur, au contraire de l'utopie !
Répondre
Avatar du membre
Anaterya
Rat de bibliothèque
Messages : 2558
Inscrit le : 21 mars 2013

Message par Anaterya » 14 oct. 2014, 19:49

Les monades urbaines de Robert Silverberg

Image

Résumé :
  • La planète Terre en l'an 2381 : la population humaine compte désormais plus de 75 milliards d'individus, entassés dans de gigantesques immeubles de plusieurs milliers d'étages. Dans ces monades, véritables villes verticales entièrement autosuffisantes, tout est recyclé, rien ne manque. Seule la nourriture vient de l'extérieur. Ainsi, l'humanité a trouvé le bonheur. Des bas étages surpeuplés et pauvres aux étages supérieurs réservés aux dirigeants, tous ne vivent que dans un but : croître et se multiplier. Plus de tabous, plus de vie privée, plus d'intimité. Chacun appartient à tout le monde. La jalousie et le manque n'existent plus. Contentez-vous d'être heureux. La monade travaille pour vous et maîtrise tout. Quand à ceux qui n'acceptent pas le système, les anomos, ils seront eux aussi recyclés. Pour le bien-être du plus grand nombre...


Avatar du membre
Anaterya
Rat de bibliothèque
Messages : 2558
Inscrit le : 21 mars 2013

Message par Anaterya » 14 oct. 2014, 19:50

Ce roman de Robert Silverberg, propose une vision assez étonnante du futur et, par certains points essentiels, se distingue assez fortement des autres romans de dystopie. Il est d’abord paru sous forme de nouvelles, ce qui fait que les histoires contées dans chaque chapitre sont indépendantes les unes des autres, tout en formant un tout cohérent.

Point de départ du roman :
Terre, 2381, Monade urbaine 116. Un administrateur vénusien vient en visite afin d’étudier le fonctionnement d’une monade.

Et nous le découvrons en même temps que lui.

Dans ce monde, le problème démographique a été résolu depuis longtemps, malgré une population de 75 milliards d’habitants. En effet, la population vit dans des monades, des bâtiments de 1 000 étages.
Ces monades sont divisées en unités de quarante étages qui forment des cités, portant le nom d’anciennes villes, comme Shanghai, Reykjavik, ou Chicago. Cette stratification est aussi sociale, les cités les plus basses abritant les ouvriers, et les plus élevées les dirigeants de la monade.
Avec une population terrestre, on pourrait croire que la maîtrise de la natalité serait une préoccupation importante des monades, mais c’est l’inverse qui se produit. En effet, la procréation est encouragée, et les familles de 4 ou 5 enfants sont la norme. De ce fait, les couples sans enfants, ou n’en ayant qu’un ou deux, sont très mal vus.
Une valeur très particulière est associée à cette forte démographie est la liberté sexuelle totale. Cela signifie qu’on ne peut pas refuser une proposition, et ce sous peine de mort. Toute les nuits, les hommes quittent leur appartement (sans aucune intimité, à part pour les classes dirigeantes), s’ils ont la chance d’en avoir un (les couples sans enfants vivant dans des dortoirs) pour se promener dans les étages de leur cité. Là, ils peuvent entrer dans n’importe quel appartement et s’accoupler (je trouve le terme plus juste que faire l’amour, ou même coucher) avec la femme de la maison ; elle ne peut s’y opposer, et son mari non plus. En plus de cela, les couples sont mariés très jeunes, vers l’âge de 12 ou 13 ans.
Malgré cette volonté effrénée de multiplication de la race humaine, érigée comme dogme religieux, les monades n’occupent que 1 % de la surface de la Terre, et le reste des terres émergées en consacré à l’agriculture, même si aucun habitant d’une monade ne s’y rendra jamais ; ils sortent déjà à peine de leur cité ! Les monades sont donc un univers totalement clos, où les tensions potentielles créées par une telle proximité sont apaisées par le sexe et les drogues.

Idyllique, n’est-ce pas ?

Sauf que cette société a des relents totalitaristes ; tous ceux qui ne s’intègrent pas correctement à cette société sont rééduqués. Et si la rééducation ne suffit pas, les anomos, comme on les appelle, sont jetés dans un recycleur.

Une devise représente bien la réalité de la vie dans les monades : « Le bonheur règne sur Terre. Qui en doute est malade. Qui est malade est soigné. Qui est incurable est exécuté. »
Avatar du membre
Valar Morghulis
Rat de bibliothèque
Messages : 4249
Inscrit le : 20 déc. 2012
Genre :

Message par Valar Morghulis » 15 oct. 2014, 07:08

Il me méga teeeeente ! Je l'ai d'ailleurs trouvé à la bibliothèque, puis je me suis souvenue qu'il était dans ma Wish List pour le SWAP.. Donc ma lecture attendra encore un peu ^^

Tu n'as pas donné ton avis Anaterya, il t'a plu ? :)
Image 
Avatar du membre
Anaterya
Rat de bibliothèque
Messages : 2558
Inscrit le : 21 mars 2013

Message par Anaterya » 15 oct. 2014, 16:28

Oui, je l'ai adoré ^^
Avatar du membre
Agenor
Administrateur
Messages : 6723
Inscrit le : 12 déc. 2012
Localisation : Grand Est !
Genre :
Âge : 28

Message par Agenor » 18 oct. 2014, 20:01

Il m'intéresse beaucoup également :D
Merci pour les précisions que tu as apporté à l'histoire, Anaterya, le voilà dans ma liste d'envies :happy:
Avatar du membre
Valar Morghulis
Rat de bibliothèque
Messages : 4249
Inscrit le : 20 déc. 2012
Genre :

Message par Valar Morghulis » 26 janv. 2015, 10:44

Terminé !
C'est une petite merveille. Je ne comprends pas qu'il soit moins célèbre que 1984 et Fahrenheit 451 parce que dans le genre, je le trouve bien meilleur ! Forcément la dimension sexuelle empêche toute étude scolaire, mais je pense que des extraits pourraient être très intéressants.

En tout cas dès la première page on a le décors planté, et je me suis aussitôt dit que ça allait être un coup de cœur. L'univers et la façon de le décrire de Silverberg rend tout tellement tangible ! Ce qui est flippant c'est que j'imagine très bien notre société devenir comme ça à l'avenir.
Le fait de changer de personnage à chaque chapitre et de voir différentes classes sociales et différentes façons de vivre rend le tout très réaliste.

J'ai beaucoup aimé Aurea, Jason et Siegmund, un peu moins Dillon et Mattern. Micael est peut-être le plus important et pourtant je n'ai pas tellement accroché à sa partie.

C'est un livre qui fait réfléchir, j'ai particulièrement adoré le chapitre de Jason, qui est en fait une critique de notre société ET une critique de celle dans laquelle ils vivent. C'était constructif et très intéressant.

Je sais que je le relirais :) et à ce moment là ça sera encore un coup de coeur.
Image 
Avatar du membre
Anaterya
Rat de bibliothèque
Messages : 2558
Inscrit le : 21 mars 2013

Message par Anaterya » 26 janv. 2015, 19:54

Ravie que tu l'ais adoré, parce que comme toi je trouve dommage qu'il ne soit pas plus connu, alors que c'est une dystopie vraiment fondatrice et originale.
Avatar du membre
Agenor
Administrateur
Messages : 6723
Inscrit le : 12 déc. 2012
Localisation : Grand Est !
Genre :
Âge : 28

Message par Agenor » 27 janv. 2015, 21:22

Vous me donnez vraiment envie de le lire >< La prochaine fois que je viens à Paris je me le dégote et j'me le lis !
Avatar du membre
Agenor
Administrateur
Messages : 6723
Inscrit le : 12 déc. 2012
Localisation : Grand Est !
Genre :
Âge : 28

Message par Agenor » 07 avr. 2015, 17:22

Je l'ai commencé ! Quel plaisir de lire un livre dont on a envie de connaitre la suite, c'est tout de suite plus jouissif à lire :D

Ca se lit tout seul, et l'univers est vraiment bien décrit, enfin on est facilement plongé dedans.

J'ai dû lire une cinquantaine de pages, je repasse donner mon avis lorsque je l'aurai terminé ;)
Avatar du membre
Valar Morghulis
Rat de bibliothèque
Messages : 4249
Inscrit le : 20 déc. 2012
Genre :

Message par Valar Morghulis » 07 avr. 2015, 17:36

Tu as vu c'est agréable hein ! Et j'ai trouvé qu'on entrait dedans dès les premières lignes.
Image 
Avatar du membre
Agenor
Administrateur
Messages : 6723
Inscrit le : 12 déc. 2012
Localisation : Grand Est !
Genre :
Âge : 28

Message par Agenor » 07 avr. 2015, 17:40

Oh oui c'est très agréable. Et je n'ai aucun mal à m'imaginer la structure de la Monade ou les différentes constellations, bref l'ensemble quoi !
Je me suis arrêté au niveau du concert, et l'auteur a réussi à communiquer l'enthousiasme des "musiciens", je lisais à un rythme effréné xD
Avatar du membre
Valar Morghulis
Rat de bibliothèque
Messages : 4249
Inscrit le : 20 déc. 2012
Genre :

Message par Valar Morghulis » 07 avr. 2015, 19:19

Agenor a écrit : Je me suis arrêté au niveau du concert, et l'auteur a réussi à communiquer l'enthousiasme des "musiciens", je lisais à un rythme effréné xD

Ah moi cette partie m'avait laissée plutôt indifférente x) ma préférée est celle de l'historien, mais il me semble que tu ne l'as pas encore lue du coup ;)
Image 
Avatar du membre
Agenor
Administrateur
Messages : 6723
Inscrit le : 12 déc. 2012
Localisation : Grand Est !
Genre :
Âge : 28

Message par Agenor » 07 avr. 2015, 22:58

Non je n'y suis pas encore ;-) Sûrement ce week-end :D (j'ai envie de lire ce week end *o*)
Avatar du membre
Agenor
Administrateur
Messages : 6723
Inscrit le : 12 déc. 2012
Localisation : Grand Est !
Genre :
Âge : 28

Message par Agenor » 12 avr. 2015, 21:59

Je l'ai fini ! :D
Il se lit rapidement et très facilement en plus ! On retrouve une fin un peu à la 1984 :
Spoiler: Afficher
Cette impression que les Amonos peuvent faire ce qu'ils veulent, le système est tellement ancré dans la société que rien ne bougera


J'ai beaucoup aimé ce livre, on y plonge très facilement et je n'avais aucun mal à m'imaginer ce concept de société.
Le déroulement de l'histoire, où l'on suit plusieurs personnages, est également bien mené. Ainsi, sur les personnages que l'on rencontre, on a différents point de vue : un point de vue extérieur car on parle de ce personnage dans un chapitre consacré à un autre personnage (on explore donc les sentiment du personnage auquel est consacré le chapitre tout en le voyant cotoyer d'autres personnes et les conclusions qu'il en tire). Ainsi, je me suis aperçu que certaines personnes que l'on pensait tout à fait satisfaites du système car c'est l'apparence qu'elles donnent d'un point de vue extérieur, sont en réalité insatisfaites. Ca laisse penser qu'il peut y en avoir beaucoup plus que ce que l'on imagine !

Et au niveau du destin de l'historien :
Spoiler: Afficher
Ce petit tour en dehors de la monade, je ne pensais pas qu'il le ferait un jour ! Mais on se rend compte que pour les personnes insatisfaites, il n'y a aucune échappatoire : en dehors des Monades ils sont chassés des villages agricoles, voir même sacrifiés ou considérés comme des espions. Et en retournant dans les monades ils sont expédiés dans les incinérateurs. Moralité : soit on prend sur soi et on accepte le système, soit on meurt !


Je me suis mis de côté le nom de l'auteur, j'aimerai lire un autre livre, il me semble qu'il en a écrit pas mal en science-fiction je serai intéressé de retrouver sa plume pour une autre histoire :D
Avatar du membre
Anaterya
Rat de bibliothèque
Messages : 2558
Inscrit le : 21 mars 2013

Message par Anaterya » 12 avr. 2015, 23:38

Silverberg n'a écrit pratiquement que de la SF ;) Son œuvre la plus connue est le cycle de Majipoor, mais je ne l'ai pas encore attaqué.
Avatar du membre
Valar Morghulis
Rat de bibliothèque
Messages : 4249
Inscrit le : 20 déc. 2012
Genre :

Message par Valar Morghulis » 13 avr. 2015, 08:40

Par rapport à ton spoiler Agenor
Spoiler: Afficher
C'est pas plutôt Micael qui sort de la Monade ? Il me semblait ^^
Ce que j'aime chez l'historien c'est sa mise en parallèle de notre époque et de la sienne, en montrant qu'aucune n'est idylique, il y aura des défauts partout ^^

Silverberg a en effet écrit pas mal de bouquins ;) je dirais une 50aine, de quoi te donner matière à te distraire ! Perso je sais déjà que je vais lire l'Oreille Interne de lui, et très certainement Les Déserteurs Temporels et Les Temps Parallèles, que Ana' a déjà chroniqué :)
Image 
Avatar du membre
Agenor
Administrateur
Messages : 6723
Inscrit le : 12 déc. 2012
Localisation : Grand Est !
Genre :
Âge : 28

Message par Agenor » 13 avr. 2015, 16:07

Au niveau du spoiler, Valar, oui je me suis trompé :mrgreen:
Spoiler: Afficher
C'est bien Micael l'informaticien xD


J'avais vu pour les Temps Parallèles et il me fait bien envie aussi !
Avatar du membre
Thanaquil
Passionné
Messages : 1157
Inscrit le : 08 janv. 2013

Message par Thanaquil » 23 sept. 2017, 07:40

Ce livre a enfin rejoins ma bibliothèque et je l'ai lu dans la foulée tant les critiques étaient bonnes partout. Et je n'ai pas accroché. C'est une vrai déception pour moi d'être passée à côté et n'ai pas réussi à me détacher des points qui me gênaient pour apprécier le récit de cette société qui se veut parfaite mais qui gomme toute individualité pour y arriver.
C'est effectivement un livre qui fait réfléchir à pas mal de niveau. J'avoue que la place qui est donnée à la femme dans cette société "du futur" ne m'a pas forcément plu.
Répondre

Retourner vers « Dystopie »