Arche - Stephen Baxter

Genre littéraire autour de la science à l'état brut dont les découvertes ou les évolutions ne sont pas en contradictin avec l'état des connaissances scientifiques actuelles.
Répondre
Avatar du membre
Agenor
Administrateur
Messages : 6580
Inscrit le : 12 déc. 2012
Localisation : Grand Est !
Genre :
Âge : 27

Arche - Stephen Baxter

Message par Agenor » 04 janv. 2013, 11:50

Déluge de Stephen Baxter

Image

Résumé :
  • En 2052, après une ultime inondation qui a submergé notre planète, la fin du monde a eu lieu. Quelques années auparavant, anticipant le déluge final, le gouvernement américain a eu l'idée de construire une arche. Non pas un bateau permettant de naviguer sur les eaux et de sauver ainsi les derniers survivants, mais une navette spatiale conçue pour accueillir à son bord une poignée d'individus destinés à fonder une colonie humaine dans l'espace, sur une nouvelle Terre. Reste à choisir les heureux élus...

Éditeur : Pocket
Date de sortie : 9 février 2012
Disponible en format Poche : Oui


“ La véritable violence, la violence la plus impardonnable - je m'en suis rendu compte-, c'est surtout celle que l'on s'inflige à soi-même quand on a trop peur d'être qui nous sommes vraiment." - Sense8
Avatar du membre
Agenor
Administrateur
Messages : 6580
Inscrit le : 12 déc. 2012
Localisation : Grand Est !
Genre :
Âge : 27

Message par Agenor » 16 janv. 2013, 09:53

Après Déluge, voici Arche ! Très enthousiaste de laisser la Terre et le déluge derrière moi, j'ai commencé la lecture de ce livre avec joie en me disant qu'on allait connaître le projet de l'Arche n°3, un vaisseau spatial. Hélas, pour comprendre la mission, il faut commencer depuis le début, c'est à dire depuis le début où la décision de créer un vaisseau spatial a été prise, 20 ans avant son départ aperçu très brièvement dans Déluge par Lily sur son radeau : "un trait de lumière incandescent fuyant la planète".

Nous voilà donc revenu après la conférence de Thandie Jones à New-York, où les membres du club de riches LaRei prennent la décision de construire une Arche, un vaisseau spatial. La question qui se pose est : quelle sera sa destination ? Je m'attendais à ce que ça reste crédible, dans les environs du système solaire, la Lune, Mars, un astéroïde ... Chassez le naturel et il revient au galop, Baxter aime les défis technologiques donc pourquoi ne pas voler à une vitesse supérieure à celle de la lumière grâce à un moteur spécial ? :mrgreen:

Après cette déception (je me suis dit "et allez, on repars dans un délire de l'auteur") on se coltine 200 pages sur la création du projet et l'entraînement des candidats, avec bien sûr toute la description du déluge sur les environs de la base terrestre, encore ce déluge dont je ne voulais plus entendre parler :silent: Bref, après tout ça c'est le miracle : le lancement ! De grandes ellipses temporelles ont lieu au début, ce qui m'a un peu chamboulé, mais au final on finit par s'y faire.

Le reste du livre parle des conditions de voyage et de l'organisation de la vie à bord, avec la naissance de bébés, des engueulades etc etc. La fin se termine rapidement, trop même, comme si après 700 pages l'auteur voulait se dépêcher de larguer ses passagers quelque part pour passer à autre chose.

Ce livre, que j'ai plus apprécié que Déluge, a tout de même certaines choses qui ne me plaisent pas. À commencer par cette impression de "survoler" l'histoire. Dans Déluge c'était à cause des immenses bonds dans le temps, dans ce livre c'est à la fois à cause des bons dans le temps (plus petits tout de même), mais également à cause du peu de détails qu'il y a. C'est plus une description d'un instant T du vaisseau qu'autre chose, il manque de la profondeur :triste:
Il y a tout de même un point positif : on se rend mieux compte du temps qui s'écoule. Dans Déluge, on ne s'en rendait pas compte, on te disait "voilà l'océan a monté de 8 km on est en 2050" sauf que je ne savais pas combien de temps ça faisait par rapport au début ... Hé bien là, aucun soucis, le temps écoulé est clairement énoncé, que ce soit de manière directe ("cela fait maintenant 15 ans que nous sommes à bord de ce vaisseau) ou de manière indirecte (grâce à l'âge des personnages, comme la fille de Grace qui est née juste après le décollage).

Avec cette histoire, on a un aperçu de ce que pourrait être le voyage interstellaire et les dangers qu'il comprend, techniquement et moralement pour ses passagers. Je ne peux m'empêcher de rester un tantinet frustré par la fin, trop rapide à mon goût, mais bon ... je vais me consoler en passant à autre chose :D
“ La véritable violence, la violence la plus impardonnable - je m'en suis rendu compte-, c'est surtout celle que l'on s'inflige à soi-même quand on a trop peur d'être qui nous sommes vraiment." - Sense8
Répondre

Retourner vers « Hard SF »

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 0 invité