Étoiles mourantes - Ayerdhal et JC Dunyach

Récits articulant leur intrigue autour de voyages interplanétaires ou interstellaires lorsque l'humanité a colonisé l'espace (existence d'empires stellaires) ; ou l'exploration d'une nouvelle planète.
Répondre
Avatar du membre
Agenor
Administrateur
Messages : 6581
Inscrit le : 12 déc. 2012
Localisation : Grand Est !
Genre :
Âge : 27

Étoiles mourantes - Ayerdhal et JC Dunyach

Message par Agenor » 30 déc. 2012, 14:12

Étoiles mourantes de Ayerdhal et JC Dunyach

Image

Résumé :
  • " Il est grand temps de s'apercevoir que ce qui divise les rameaux tient moins de leurs différences que de leurs similitudes, dont le racisme et l'autosatisfaction sont les pires exemples. " Quand les animauxvilles ont surgi dans le système solaire pour héberger les humains, ils leur ont aussi permis le voyage instantané. Alors l'humanité s'est scindée en quatre rameaux : autant de cultures, autant de modes de vie, autant de systèmes politiques. Qui se méprisent faute de pouvoir se faire la guerre. Aujourd'hui l'heure des retrouvailles a sonné : les animauxvilles ont décidé de convoyer des représentants de chaque rameau pour assister à l'explosion d'une supernova...

Éditeur : J'ai lu
Date de sortie : Janvier 2003
Disponible en format Poche : Oui


“ La véritable violence, la violence la plus impardonnable - je m'en suis rendu compte-, c'est surtout celle que l'on s'inflige à soi-même quand on a trop peur d'être qui nous sommes vraiment." - Sense8
Avatar du membre
Agenor
Administrateur
Messages : 6581
Inscrit le : 12 déc. 2012
Localisation : Grand Est !
Genre :
Âge : 27

Message par Agenor » 30 déc. 2012, 14:29

:4.5:
Une histoire originale, bien que le résumé laissait présager le pire avec ces "Animauxvilles" :unsure: . Ces Animauxvilles sont une espèce de raie manta géante, consciente, ressemblant à une ville et pouvant abriter des humains. Ils sont capables de voyager d'un bout à l'autre de l'univers instantanément. Au même moment, d'importantes différences creusent la société humaine, provoquant des guerres. Les Animauxvilles, avec la possibilité de voyage instantané, ont sans le vouloir dispersés l'humanité aux quatre coins de l'univers. Chaque philosophie de vie humaine se retrouve donc dans un coin de l'univers, afin de ne pas être en relation avec une autre philosophie qu'elle hait. C'est la Dispersion des quatre Rameaux. S'étant rendu compte de leur erreur, les Animauxvilles cessèrent de permettre aux humains d'utiliser le voyage instantané, afin d'éviter de nouvelles guerres.

L'histoire débute plusieurs siècles après la Dispersion. La première partie du livre, un peu longue, présente en 4 sous-partie chaque rameau, son mode de fonctionnement, sa philosophie, et les personnages qui auront un rôle à jouer plus tard. Cette première partie est un peu frustrante, à peine commençons nous à comprendre une culture et à nous attacher à un personnage que l'on passe à une autre culture. Mais c'est nécessaire afin de comprendre le fossé séparant chaque Rameau et ce qui a pu amener l'humanité à la Dispersion.

Mais les Animauxvilles organisent des Retrouvailles : à chaque mort d'une étoile (explosion d'une supernova), des représentant de chaque Rameau se retrouvent autour de l'étoile mourante afin de nouer quelques relations diplomatiques. Jusqu'à présent, les précédentes Retrouvailles (qui n'ont eu lieu qu'une fois) s'étaient soldées par un échec. Mais cette fois-ci, il semblerait que ce soit différent. Cette seconde partie est plus intéressante que la première, du fait que l'on ne sache pas ce qui va arriver lors du contact entre les quatre Rameaux. Le rythme de l'histoire s'accélère, tout comme la mort de l'étoile, avant de révéler la finalité de ces retrouvailles et l'explosion dévastatrice de l'étoile ...

Malgré un début un peu longuet et une certaine appréhension suite à la présence des "Animauxvilles" (je me suis demandé dans quelle histoire boiteuse je m'étais embarqué), cette lecture fut très agréable et très originale. Ca change de ce que l'on voit dans les autres livres de SF :happy:
“ La véritable violence, la violence la plus impardonnable - je m'en suis rendu compte-, c'est surtout celle que l'on s'inflige à soi-même quand on a trop peur d'être qui nous sommes vraiment." - Sense8
Avatar du membre
Anaterya
Rat de bibliothèque
Messages : 2560
Inscrit le : 21 mars 2013

Message par Anaterya » 21 avr. 2014, 17:48

Je l'ai vu l'autre jour chez Gibert, l'histoire me plaisait beaucoup, mais j'avais déjà pris pas mal de livres, donc j'ai remis mon achat à plus tard. J'espère quand même l'acheter bientôt car j'ai vraiment envie de le lire.
Avatar du membre
Agenor
Administrateur
Messages : 6581
Inscrit le : 12 déc. 2012
Localisation : Grand Est !
Genre :
Âge : 27

Message par Agenor » 27 avr. 2014, 16:33

J'ai hâte que tu puisses le lire et me donner ton avis dessus Anaterya :D
“ La véritable violence, la violence la plus impardonnable - je m'en suis rendu compte-, c'est surtout celle que l'on s'inflige à soi-même quand on a trop peur d'être qui nous sommes vraiment." - Sense8
Avatar du membre
Anaterya
Rat de bibliothèque
Messages : 2560
Inscrit le : 21 mars 2013

Message par Anaterya » 27 avr. 2014, 23:41

Sachant qu'en ce moment je lis surtout des bouquins de bibliothèque, il faut que je regardes s'il est dans ma médiathèque, mais quand je le lis je te préviens ;)
Avatar du membre
Agenor
Administrateur
Messages : 6581
Inscrit le : 12 déc. 2012
Localisation : Grand Est !
Genre :
Âge : 27

Message par Agenor » 28 avr. 2014, 16:05

J'espère qu'ils l'auront alors :mrgreen:

Sinon, tu peux commencer par le tome qui est avant celui-là (que j'ai découvert il y a quelques mois), Etoiles Mortes.

Du coup je ne l'ai pas lu vu que j'ai déjà tout découvert dans Etoiles mourantes :)
“ La véritable violence, la violence la plus impardonnable - je m'en suis rendu compte-, c'est surtout celle que l'on s'inflige à soi-même quand on a trop peur d'être qui nous sommes vraiment." - Sense8
Avatar du membre
Anaterya
Rat de bibliothèque
Messages : 2560
Inscrit le : 21 mars 2013

Message par Anaterya » 28 avr. 2014, 17:45

J'ai vu aussi Étoiles mortes, mais je n'avais pas trop cherché l'ordre dans lequel les lire xD Merci du renseignement, donc ^^
Avatar du membre
Anaterya
Rat de bibliothèque
Messages : 2560
Inscrit le : 21 mars 2013

Message par Anaterya » 11 déc. 2014, 21:25

C'est bon, là que j'ai fini Étoiles mortes, j'ai acheté celui-ci pour le lire ^^
Avatar du membre
Aszala
Fidèle
Messages : 557
Inscrit le : 11 août 2017
Localisation : Tôkyô
Genre :
Âge : 26

Message par Aszala » 15 nov. 2017, 16:33

Je viens de le finir et c'est vraiment pas mal. (merci Agenor pour la recommandation :) )

C'est vrai qu'au début, je trouvais le terme d' 'AnimauxVilles' pas franchement très inspiré, mais on s'y fait. J'étais pas non plus très emballé par la phallocratie mécaniste qui est décrite dans la première partie (avec des mélanges aztèques et japonais pour le moins étranges), mais ça prend tout son sens avec la découverte des autres rameaux de l'Humanité, qui étaient au final assez intéressant à découvrir. Et j'ai trouvé quelques partis pris intéressants, tel que la religion était pour ainsi dire inexistante (alors qu'elle est omniprésente dans un bon nombre de cycles de SF : Hypérion, Dune, Omale &c.), ainsi que la quasi absence de violence dans la plupart des rameaux.
Il y certes des passages avec des descriptions assez techniques, mais ça vient conforter l'aspect hypertechnologique de la plupart de ces humains.
Petit interrogation qui demeure (à moins que je ne l'ai zappé), à quoi ressemblait le fameux cinquième rameau anéanti bien des siècles auparavant?
Avatar du membre
Agenor
Administrateur
Messages : 6581
Inscrit le : 12 déc. 2012
Localisation : Grand Est !
Genre :
Âge : 27

Message par Agenor » 06 janv. 2018, 20:11

Je suis content qu'il t'ai plu Aszala :D

Et ça me rassure de voir que je ne suis pas le seul à buguer sur le terme "AnimauxVilles", même après pl usieurs années ça me hérisse toujours autant le poil :lol:

C'est marrant mais je garde un excellent souvenir de ce bouquin alors que je l'ai lu il y a des années et que je ne me souviens plus de la fin (tant mieux, comme ça je pourrai le relire un jour 8) )

Par contre aucune idée pour le cinquième rameaux, je ne m'en souviens plus du tout =/
“ La véritable violence, la violence la plus impardonnable - je m'en suis rendu compte-, c'est surtout celle que l'on s'inflige à soi-même quand on a trop peur d'être qui nous sommes vraiment." - Sense8
Répondre

Retourner vers « Planet/Space opéra »

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 0 invité