Le problème de Turing - Harry Harrison et Marvin Minsky

Genre littéraire autour de la science à l'état brut dont les découvertes ou les évolutions ne sont pas en contradictin avec l'état des connaissances scientifiques actuelles.
Répondre
Avatar du membre
Anaterya
Rat de bibliothèque
Messages : 2558
Inscrit le : 21 mars 2013

Message par Anaterya » 31 janv. 2014, 22:10

Le problème de Turing de Harry Harrison et Marvin Minsky

Image

Résumé :
  • Brian Delaney, génie des mathématiques, touche au but. Il a trouvé une solution au fameux problème de Turing, créé une intelligence artificielle qui puisse - au moins - rivaliser avec l'intelligence humaine.
    Son bureau est envahi, sa machine et ses notes volées, ses commanditaires assassinés. Lui-même est laissé pour mort, la moitié de son cerveau détruit.
    Il va lui falloir recommencer et se reconstruire lui-même, inventant la première prothèse cérébrale.
    Est-il encore humain, ou plus qu'à demi une machine ?


Avatar du membre
Anaterya
Rat de bibliothèque
Messages : 2558
Inscrit le : 21 mars 2013

Message par Anaterya » 31 janv. 2014, 22:45

J'étais très intéressée par ce livre mais en même temps je l'ai abordé avec un peu d'angoisse puisque moi et l'informatique ça fait deux, au minimum. En même temps, je trouvais le résumé assez flou et me disais qu'on ne pouvait pas baser une histoire de 540 pages uniquement si la question de savoir si un homme avec une prothèse dans le cerveau est totalement ou juste à moitié humain. Et effectivement, ce n'est pas le cas.

Avant tout, ce livre est un thriller : on suit l'évolution médicale de Brian après l'attaque dont il a été victime, les tentatives de son médecin pour reconstituer son cerveau, lui rendre ses souvenirs, sa personnalité, son évolution, et on suit d'un autre côté, et d'assez loin, l'enquête concernant cette même attaque puisque le FBI et l'armée sont sur le coup.
Dans tout ça, l'informatique, l'intelligence artificielle et toutes les évolutions technologiques par rapport à notre époque sont surtout une toile de fond, mais une toile de fond très prégnante, et il m'est arrivé à plusieurs reprises de survoler quelques passages car les explications techniques, médicales, informatiques ou autres étaient un peu trop compliquées pour moi. Malgré tout, ça n'a pas vraiment perturbé ma lecture, et ça ne m'a pas non plus empêché de comprendre ce qui se passait.
Un autre point qui m'a beaucoup plu, c'est le fait que le livre soit découpé en chapitres identifié par leur date (attention d'autant plus agréable que l'histoire se déroule sur une longue durée). Les chapitres sont de plus assez courts (en moyenne 10 pages), s'enchainent bien, et ne connaissent pas de temps mort.

En définitive un très bon livre, mais je ne suis pas sûre de me poser après ma lecture la même question que celle posée sur la quatrième de couverture.
Répondre

Retourner vers « Hard SF »