ROMAN SF -- Les frères Skardas - La menace venait du ciel

Que tu sois écrivain, dessinateur ou graphiste à tes heures perdues, cet endroit est là pour que tu puisses nous montrer ton talent !
Répondre
Lyx88
Intégré
Messages : 32
Inscrit le : 05 déc. 2013

Message par Lyx88 » 13 déc. 2013, 19:55

Bonjour à tous,

pour ceux qui n'ont pas eu le bonheur de lire ma présentation, je me présente brièvement à vous :)

Je suis un petit lecteur, parmi vous et votre communauté en tout cas. Par contre, j'écris... Chose compliquée il parait, pensez vous !
Du moins je suis d'accord que la qualité de mes écrits peut être touchée de cette carence...

C'est en tout cas cette raison qui me fait venir ici, j'ai envie de proposer quelques lignes et de voir ce que vous, communauté de lecteurs, pouvez penser...

Ceux qui ont des questions, n'hésitez pas à aller vers ma présentation je me ferait une joie d'y répondre ;)


Attention, attention, ça va commencer :

Soyez durs, ne me ménagez pas :)je veut savoir tout ce qui choque, ce qui est à jeter ou le contraire !
même si j'ai déjà quelques idées sur ce qui peut choquer.... Bon j'arrête !!


***************************************

*******MODIFIE LE 19.03.2014*********

***************************************

Ca commence pour de vrai :


Prologue

L’an 3134, la technique humaine ressemble à la science-fiction longtemps imaginées par les rêveurs les plus ambitieux, que ce soit des carburants inépuisables, la manière dont l’homme se déplace, ou bien encore l’armement, pour ne citer que ces exemples.

Il y a toutefois une chose, une question longtemps restée sans réponse aux yeux des plus grands scientifiques. La plus grande énigme jamais pensée a trouvé sa réponse.
Une nano-sonde portant le nom d’Idmasit-S-20.08/1 alors en mission vers des contrées extérieures du système solaire, fit une découverte majeure par le plus grand des hasards. La petite sonde après être entrée dans le vide interstellaire, se mit à émettre des signaux incohérents. Ces signaux paraissaient venir d’un endroit proche d’une étoile voisine à la nôtre… C’est avec stupéfaction que la provenance de ces signaux fut confirmée, Idmasit avait alors parcouru des milliards de kilomètres en quelques semaines seulement.

La question était aussi simple que la complexité de la réponse : comment en un temps si court peut-on aller si loin ?
Les hypothèses de trous de vers ont été immédiatement avancées puis presque aussitôt réfutées. La réponse était pourtant très simple et si cela ne suffisait pas, la réponse se trouvait devant le nez des astrophysiciens… Il suffisait d’observer deux des cellules d’un cerveau pour comprendre comment la sonde entre notre planète et cette étoile située à quelques années lumières ont réussi à se rencontrer.

Un amas d’étoile fonctionne en réalité comme de la matière organique. Les étoiles, comme des neurones, sont reliées par un infime couloir fonctionnant comme les synapses, grands de quelques kilomètres de diamètre à peine (soit aussi facile à trouver qu’un grain de poussière en orbite autour de la Terre). Après un moment, la communauté scientifique compris que la sonde s’était approchée de ce petit couloir et s’y était vu attirée puis poussée vers sa sortie à une vitesse dépassant nettement celle de la lumière, et ce, identiquement à une information envoyée d’un neurone à un autre.

La sonde continuant son périple à des années lumières de la Terre, découvrit non sans émotion pour l’équipe en étant en charge une chose qui changea à jamais le cours de l’histoire.
Les astrophysiciens du monde entier savaient maintenant deux choses. La première était qu’ils avaient connaissance du nom de l’étoile qui se trouvait proche d’Idmasit. C’était une naine jaune, tout comme le soleil, d’ailleurs facilement observable depuis la Terre. La seconde information qu’ils détenaient était la présence d’une planète probablement habitable à proximité de l’étoile.

Pendant des décennies, les plus grands dans le domaine spatial sont allés de déceptions en déceptions à la recherche d’une sphère ou la vie pourrait germer. Toutes les planètes observées se trouvant à une distance convenable d’une étoile les remplissaient d’espoir avant de les abattre d’un seul coup. Si ce n’étais pas des tempêtes monstrueusement puissantes, il se trouvait que l’air n’étais que gaz empoisonnés ou bien encore que une atmosphère subissant des pressions si fortes qu’aucun organisme vivant n’y aurait survécu plus d’une minute. Cette découverte a donc été pour ces scientifiques une joie aussi immense que la récompense qu’elle représentait pour toute cette communauté ayant passé sa vie à repousser l’impossible.

Au lendemain de cette trouvaille le bombardement d’engins de recherche en tout genre pouvait commencer. Des voyages habités pour connaître les possibilités d’une éventuelle évolution de l’homme sur ce territoire inconnu ont rapidement suivi, et ce, pendant onze années.
Les humains de tous les pays entendirent parler de ce nouvel horizon perdu dans l’espace, quelques-uns pensaient même à l’opportunité qui se présentait. Ils savaient qu’un certain nombre d’entre eux pourraient partir à l’aventure, mais, ils ignoraient que les moyens qui leur permettraient de se rendre sur le monde inconnu étaient déjà en marche.

Par une subtile dose de chance et de hasard, l’astre lointain comporte presque les mêmes particularités que la planète bleue, qui y permettent bien entendu la vie mais surtout la transition entre la Terre et ce monde sans aucun temps d’acclimatation ni d’autre désagrément particulier: un ciel bleu, des océans et des grandes plaines. Il y règne une température moyenne de dix-sept degrés, seulement deux de plus que sur Terre. Ses différences marquantes sont surtout liées à l’absence presque totale de montagnes et de son envergure six fois plus imposante que notre vieille planète.

Le 10 Juillet 3145, les onze années d’études sont terminées et il a été décidé officiellement de s’y installer de manière permanente. Cette décision a été immédiatement suivie par une entreprise jamais imaginée auparavant. Quelques semaines après, des vaisseaux immenses furent construits, il y en avait trois nommés respectivement Nina, Pinta et Santa Maria en hommage du plus célèbre colon qu’aient souvenirs les hommes.
Il fallut trente ans pour venir à bout de ces constructions totalement uniques et d’une immensité alors jamais créé par l’homme. Chaque ferry abritait entre autre des centres commerciaux, des restaurants, et d’autres lieux de vie comme des cinémas, théâtres, ou encore des écoles. Ils comportaient chacun de plusieurs milliers de cabines accueillant chacune entre une et quatre personnes. Ces navires spatiaux devaient disposer de tout confort pour ce long voyage. Le défi fut remarquablement relevé.

Le 9 Octobre 3176, la construction est enfin terminée et l’allumage de ces navires volants pouvait commencer. La presse du monde entier parle de la demande de la colonie en main d’œuvre.
Nombreux serons au rendez-vous un an plus tard, le 9 Octobre 3177.

Les plus grandes villes de la Terre avaient alors servies de port d’embarquement pour ce voyage. Les pays du monde entier participaient alors que leurs dirigeants attendaient la future division des territoires encore vierges de la planète à peine conquise.
Une centaine de points dispersés sur les cinq continents accueillaient plusieurs centaines de vaisseaux ; ces vaisseaux étaient ensuite conduits hors de l’atmosphère sur une gigantesque base orbitale ; cette base était reliée jusqu’aux ferrys qui mesuraient une taille colossale de plusieurs dizaines de kilomètres.

Dans l’espace lors du transfert, de la Terre à la base, et, de la base vers l’intérieur, le vaisseau ne pouvait être vu dans sa globalité par ses passagers du fait de sa taille immense. Les occupants pouvaient tout de même se faire une idée de l’aspect de leur hôte de métal à l’aide des maquettes distribuées aux enfants montant à bord le jour du Grand Départ.

Ces trois immenses ferrys presque invisibles tant leur obscurité se confondait à celle de l’espace, sont relativement plats. D’une hauteur de trois ou quatre kilomètres tout au plus et leur avants étaient fuselés comme des becs d’aigle. Leurs arrières, aussi droits qu’un mur, logeaient aux extrémités droites et gauches d’immenses propulseurs crachant un gaz d’un bleu très clair et brillant. Ces moteurs ioniques fusionnant du gaz xénon combiné à de l’hydrogène naturellement présent dans l’espace, sont capables de propulser leurs millions de tonnes à des vitesses incroyablement élevées.
Comme des navires de croisières ou la mer pourtant sous nos pieds parait inexistante, la vitesse, atteinte graduellement mais pas moins gigantesque, ne rendait pas le moins du monde le voyage inconfortable.

Tous à bord étaient motivés par la création de ce monde. Ils découvraient au rythme de leur avancée dans le noir de l’espace ce qu’avaient pu ressentir les anciens colons de la Terre. Lorsqu’eux aussi naviguèrent vers l’inconnu. Ils le vivaient à leur tour, cet unique voyage en direction de ce mystérieux monde encore inexploré.

Parmi les hommes les plus puissants de ce voyage, un des plus respecté faisait route. Sa grandeur n’était pas liée à l’argent ni à son physique plutôt saisissant pour un homme d’une cinquantaine d’année, mais par-dessus tout au symbole qu’il représentait : lors de la dernière guerre qu’ait connu la Terre, il a été le plus grand stratège qu’ait connu l’histoire en menant la Bataille de la Fin. Ce dernier combat a permis à la coalition arabo-occidentale de vaincre L’Union des Territoires d’Asie permettant de faire régner une paix, une paix non sans tensions mais totale, depuis longtemps attendue sur Terre.

L’ancien général s’était retiré de l’armée suite au conflit pour entrer dans le monde de la politique. Il collaborait pour maintenir la paix durement acquise. L’homme avait bénéficié suite à ses exploits de la médecine régénératrice. Il est un des rares à avoir reçu cette récompense, cet hommage des humains à ceux qui les représentent. Cette médecine consiste à l’injection de cellules artificielles très particulières, de la nanotechnologie au service de la santé. Ces petites particules recréent en permanence l’ADN qu’elles ont reconnu une fois à l’intérieur d’un organisme et détruisent tout ce qui peut y nuire. L’homme, né le 1er Septembre 3045 venait d’atteindre l’âge plus que respectable de cent trente-deux ans. Ce n’est évidemment pas le premier à être parvenu à cet âge aussi facilement atteignable au troisième millénaire, mais il est un des seuls à avoir gardé son apparence inchangée depuis plus de soixante-dix ans.

Elthan Skardas souhaitait plus que tout prêter main forte aux colons, aider à construire ce nouveau territoire. Il était très impatient d’en finir avec ce voyage et de voir enfin ce paysage inconnu.
Après deux années passées dans le ferry, il s’était créé une sphère d’innombrables amis qu’il voyait autant qu’il le pouvait. Tout le monde le saluait et le respectait. Les gens savaient parfaitement qui il était. Aussi grand qu’il soit, il aimait aider les autres, rendant service de multiples manières sans jamais espérer un retour.

Le voyage qui ne pouvait se faire aussi vite qu’une sonde vide de vie, dura sept années se passa aussi bien qu’il était possible de l’espérer. Les futurs bâtisseurs de la première cité se trouvaient plus qu’à quelques semaines de leur arrivée et le plaisir de respirer un air nouveau et pur se faisait grandement sentir. Ils pouvaient observer leur nouveau toit au loin, un point bleu pâle grossissant de jour en jour.
Le jour ou le voyage pris fin arriva. Les scientifiques déjà présents sur place furent heureux de voir descendre du ciel ces milliers de petits vaisseaux transportant chacun une, deux ou trois familles ainsi que du matériel vers le sol. Ce monde nouveau fut nommé à sa découverte Terram Novam pour « Nouvelle Terre » mais ce nom fut rapidement abrégé en « Nova ».
Les habitants ont commencé par achever les constructions de fortune leur permettant de vivre convenablement avant de bâtir la toute première ville de la planète.

A peine la première pierre posée que cette cité réveilla des songes depuis bien trop longtemps enfouies dans le cœur des hommes. La conquête d’un nouveau territoire, le rêve de tout y faire, de tout y façonner pour enfin y vivre et y prospérer.
Ceux présents lors de cette grande construction se sont rapidement rendu compte de ce qui sommeille en nous, dans nos âmes, nos consciences, cette puissante magie unique à notre espèce ne meurt jamais. Aussi longtemps que cela puisse être en sommeil, la force et l’amour de créer et de travailler la pierre et le métal une fois en éveil nous démontre toute sa splendeur.

De longues années passèrent et Primum s’éleva. Une immense cité dont la beauté et l’architecture ne sera jamais égalée sur Terre. Des hautes tours blanches d’argent communiant parfaitement avec la nature. Des arbres bordaient les routes si ce n’était pas les toits des bâtiments qui en étaient les hôtes. En 3192, après les quinze années de présence, seulement un ferry fût affrété au retour sur Terre. La ville continuait de s’étendre et les années continuaient de passer. Les noviens, heureux de ce mode de vie nouveau et de cette terre vierge et pur, délaissèrent une partie de la mission. La division des territoires pris du retard, les différents chefs représentants leur pays terriens trouvant Nova plus séduisante que leur berceau d’origine. Depuis la Terre, aucun n’estimait se comportement comme convenable et le mot trahison fut entendu plusieurs fois.
C’est ici qu’Elthan, désapprouvant ce sordide découpage des terres, appela les noviens à refuser de salir ce monde comme les humains l’ont si bien fait depuis leur existence avec la Terre. Tous approuvèrent et l’idée d’une indépendance totale suivit naturellement. Les différences culturelles s’unirent pour la toute première fois dans l’histoire de l’humanité.
Les hauts dignitaires terriens hurlèrent de colère, tant d’investissement et de temps perdu qu’ils décidèrent de lancer une colonisation forcée de Nova.
Elthan Skardas comme le reste des colons s’attendaient à une réponse si humaine, si terrienne. Mais il se passa quelque chose qu’aucun n’aurait imaginé. Les peuples terriens se soulevèrent contre cette idée de guerre interstellaire et refusèrent d’aller combattre. La Terre a mis plusieurs mois à calmer ces habitants et à accorder amèrement l’affranchissement de la contrée lointaine.
L’indépendance de Nova fut prononcée le 10 Décembre 3196.

A la suite de cet évènement, il fut établi un ordre, celui des commandeurs de ce nouveau monde.
Les noviens appelèrent ces hommes les Coloniards et leur chef fut naturellement Elthan Skardas.
Primum, la capitale de Nova héberge le siège de cette assemblée, dans une immense et fine tour plantée au centre de la cité, surplombant nettement toutes les autres bâtisses, si grandes fussent-elles.

Un système nouveau fut pensé, les noviens ne voulant pour rien en ce monde ou d’un autre répéter les erreurs commises sur Terre. Il fut établi des villes et des régions commandées par Primum, mais pas de pays. Aucune frontière n’a été établie, les habitants pouvant aller et venir ou bon leur semble.

Le nouveau monde ne construisit pas sa sagesse et sa grandeur seulement au travers des prouesses techniques, économiques, ou encore sociales. La paix, au sens pur du terme et malheureusement si rare sur Terre y existe. Depuis l’Independence de Nova, aucune guerre n’a eu lieu depuis l’arrivée des colons il y a deux cent quarante ans maintenant.
Les Coloniards, choisis par les noviens au lendemain de leur indépendance, sont toujours présents et régissent toujours la planète d’une main de maître. Ils ont hérités comme Elthan de l’étendue de leur durée de vie grâce au même procédé utilisant la nanotechnologie.
Une vie aussi longue comporte irrémédiablement une sombre malédiction, sans doute une des plus horribles qui puisse exister : Les Coloniards ayant des enfants ou souhaitant en avoir doivent un jour accepter de les voir disparaître.
Les Coloniards ont mis en place en plus du système des territoires très organisé, des codes et des lois évitant au maximum les menaces militaires. Le tout exécuté de façon astucieuse, limitant les divergences politiques et religieuses responsables de la totalité des conflits connus sur Terre.
Sur cette planète sans frontière règne donc l’ordre et la paix.
Les chefs de Nova n’ont évidemment pas pu contrôler le crime ou la délinquance. Pour réduire cela au maximum, les dirigeants ont décidé d’établir un quadrillage des régions. Grâce à ce système ingénieux, chaque carré communique directement avec le pôle de sa région, la région, elle, communique directement à la base de Primum qui peut donc adapter le personnel nécessaire sur une zone précise selon les besoins. L’ensemble de cette pratique permet l’arrivée de toute une armée en un temps très court, ce qui permet au passage de dissuader les plus teigneux.
Elthan Skardas venait de souffler en l’an 3434 ses 389 ans. Il avait choisi d’avoir une vie d’homme, aussi difficile que cela pouvait être de voir naitre et mourir ses propres enfants.

Il eut un seul fils, Traik.
Traik n’étais pas comme son père. Arrogant, il relevait les défis les plus dangereux qu’il pouvait lui être donné de défier. Il était néanmoins le chercheur noviens le plus renommé. Sa passion s’était tournée vers Discorde, une des quatre planètes du système solaire Novien.
Cette planète est nommée ainsi suite à l’impossibilité pour la moindre sonde de se poser sur son sol. Des tempêtes magnétiques d’une extrême puissance font rage dans son atmosphère, rendant chaque mission très périlleuse. Traik était persuadé que cette planète pouvait accueillir la vie, ou qu’elle pourrait l’accueillir dans un temps futur. Il s’entêtait, malgré les indications négatives de la communauté scientifique de Nova, à envoyer des hommes explorer de toujours plus près ces nuages et tempêtes gorgés de foudre.
Il restait au-dessus de cette planète, des semaines, lui et son armée de physiciens pour repérer la moindre accalmie, le moindre signe, que lui seul espérait trouver.

Ces missions n’ont jamais été florissantes et ont couté à plusieurs reprises la vie des occupants de vaisseaux, aspirés par l’attraction de Discorde, ou mis hors services par le magnétisme puissants des tempêtes, mettant à mal les relations entre Traik et Elthan.
Le fils d’Elthan stoppa ses interventions près de la sphère mortelle suite à une recommandation de son père. Il garda toutefois l’envie de prouver aux mondes qu’il avait raison.

Ses pensées envers ce monde le hantèrent, il ne dormait plus et pensais sans cesse au moyen de pénétrer ces ouragans incessants. Il multiplia les requêtes auprès de son père et un jour, une dispute violente éclata entre les deux hommes. Elthan menaçant son propre fils de l’interdire à quitter le sol novien, celui si pris de colère parti et ne revint jamais vers son père.

Traik, aveuglé par Discorde et par son infondé potentiel, parti sur Terre chercher des équipes qui n’aurait aucuns comptes à rendre à Nova et ses Coloniards.
Il mit deux ans à faire le voyage, et une fois arrivé, il fut accueilli froidement, les terriens et noviens aillant des relations relativement complexes. Mais rapidement, certains dirigeants de la Terre se montrèrent intrigués par l’idée de Traik Skardas.
Enfin une opportunité pour la Terre de coloniser un monde et de s’approcher de Nova…

Le fils d’Elthan précisa qu’il était venu de son propre chef et que la discrétion la plus absolue sur la nature de la mission était la bienvenue.
Traik repartit quelques semaines après son arrivée. Il regardait depuis la Terre, avant son départ, l’étoile autour de laquelle gravite Nova et Discorde. Il eut un instant très bref ou le regret et la honte s’emparât de lui. Ceci ne dura que quelques secondes.


Avatar du membre
Kasseul
Passionné
Messages : 1473
Inscrit le : 07 févr. 2013

Message par Kasseul » 13 déc. 2013, 21:30

Hum ! Ca donne envie, les voyages dans l'espace, des nanotechnologies et tout ! Tu as fais quelques recherches au niveau des algues, du xénon et tout, ou tu as juste imaginé ça ?

Au niveau du fond, j'aime bien, parce que je fais des études scientifiques, et donc forcément, j'aime bien quand c'est précis et bien expliqué. Et là, c'est vraiment bien ! On en apprend beaucoup sur cette nouvelle planète et sur le troisième millénaire. C'est aussi un point négatif, parce qu'à tout dire d'un bloc comme ça, j'ai l'impression que tu ne vas plus expliquer des choses par la suite. J'ai l'impression que tu nous as déjà tout dit et qu'on n'a plus rien à découvrir. C'est dommage, je trouve, parce que j'aime bien quand les infos sont glissées tout au long du récit. En fait, je trouve que jeter tout plein d'infos comme ça, ça fait un peu page Wikipédia.

Au niveau de la forme et de ton écriture, c'est justement cette image de page Wikipédia, je suis bombardée d'info et je ne retiens pas grand chose de tout ce que tu nous as dit. Pour moi, un prologue, ça doit être relativement concis, percutant, mystérieux, un peu comme un résumé, ça doit donner envie de commencer le livre. Je pense que y a beaucoup d'informations dont on pourrait se passer, surtout des tous petits détails, à moins que tu comptes les utiliser plus tard, d'autres qui pourraient être glissés dans le récit. Au niveau des temps, j'ai pas trop compris lequel tu utilises : présent, passé ? J'ai vu des deux, donc je sais pas.

En fait, ce qui me gène, c'est que j'ai pas l'impression que tu me racontes une histoire, mais que tu me fais un cours sur les voyages dans l'espace et sur les avancées scientifiques, et du coup, tu montres pas vraiment ton style d'écriture.
Lyx88
Intégré
Messages : 32
Inscrit le : 05 déc. 2013

Message par Lyx88 » 13 déc. 2013, 22:24

Tout d'abord, merci pour le temps passé et ton commentaire :)

Je vais tenter de répondre à tes remarques ! Mais si je n'y parviens pas n'hésite pas à me demander des précisions :)


Kasseul a écrit :Hum ! Ca donne envie, les voyages dans l'espace, des nanotechnologies et tout ! Tu as fais quelques recherches au niveau des algues, du xénon et tout, ou tu as juste imaginé ça ?

Alors il y a les deux, le xénon c'est moi, l'hydrogène c'est la science :)
Les algues, c'est un truc que il y a quelques années dans un JT sur TF1 et j'ai trouvé ça impressionnant donc je l'ai repris !

Kasseul a écrit : j'ai l'impression que tu ne vas plus expliquer des choses par la suite. J'ai l'impression que tu nous as déjà tout dit et qu'on n'a plus rien à découvrir.

Faux, je donne énormément de détails mais la suite va en être regorgé. Je souhaite en effet poser les fondations de mon monde pour implanter mes personnages dans un milieu "familier" au lecteur. Les informations ne cesserons pas après le prologue, en fait il est même déjà condensé à mes yeux par rapport à ce que je veut fournir par la suite.


Kasseul a écrit :Au niveau des temps, j'ai pas trop compris lequel tu utilises : présent, passé ? J'ai vu des deux, donc je sais pas.

Mon gros défaut. Je vais trop vite et je me relis assez mal, je travaille en ce moment à ce problème très gênant... J'espère résoudre bientôt ce soucis... Je veut utiliser le passé mais le présent coule naturellement... Bref, j'y bosse :)J'espère fournir bientôt un écrit de qualité en ce qui concerne ce point.

Kasseul a écrit :En fait, ce qui me gène, c'est que j'ai pas l'impression que tu me racontes une histoire, mais que tu me fais un cours sur les voyages dans l'espace et sur les avancées scientifiques, et du coup, tu montres pas vraiment ton style d'écriture.  

As tu des exemples des passages qui te font penser à ca ? Ca me gêne de donner cette impression très négative :)

Kasseul a écrit : cette image de page Wikipédia, je suis bombardée d'info et je ne retiens pas grand chose de tout ce que tu nous as dit. Pour moi, un prologue, ça doit être relativement concis, percutant, mystérieux

Image de wiki je l'entend c'est vrai que je largue beaucoup, je pense retirer certains points mais pas avant d'être sur de savoir comment je vais les retranscrire plus tard :) L'idée du prologue ( du moins celle que j'ai ai ) est un plantage du décor et des lieux, des pourquoi et comment ça est arrivé. En tout cas, ce que je place ici a un intérêt.
Si je me rend compte qu'à la suite il est plus intéressant de supprimer des infos du prologue pour les replacer dans le texte, je compte bien le faire. Sans vouloir me répéter, je souhaite être certain de ne pas enlever une info (ou plusieurs) ici sans avoir le moyen certain de la replacer plus tard à un endroit parfait :)



Je te remercie encore de ton aide, en espérant que tu puisse m'apporter des éclaircissements sur les points et passages qui t'on dérangés/soulé/autre si je peut me permettre de réclamer encore quelques minutes de ton temps :)

Lyx
Avatar du membre
Justdream
Rat de bibliothèque
Messages : 1519
Inscrit le : 22 janv. 2013

Message par Justdream » 13 déc. 2013, 22:33

Lyx a écrit :Mon gros défaut. Je vais trop vite et je me relis assez mal, je travaille en ce moment à ce problème très gênant... J'espère résoudre bientôt ce soucis... Je veut utiliser le passé mais le présent coule naturellement... Bref, j'y bosse :)J'espère fournir bientôt un écrit de qualité en ce qui concerne ce point. 

Pourquoi ne pas utiliser le présent dans ce cas ?
Lyx88
Intégré
Messages : 32
Inscrit le : 05 déc. 2013

Message par Lyx88 » 14 déc. 2013, 06:14

Le prologue et l'histoire qu'il raconte se passe vraiment longtemps avant le premier chapitre. Et je ne veut pas semer le doute dans la tête du lecteur.
Au fur et a mesure ou le prologue se rapprochera du temps "présent" je pourrais écrire au présent.
Après je fait peut être une erreur en fonctionnant comme ça :/
Avatar du membre
Kasseul
Passionné
Messages : 1473
Inscrit le : 07 févr. 2013

Message par Kasseul » 14 déc. 2013, 15:01

Ben, tout ce qui se passe avant le début de ton histoire, tu l'écris au passé, et ton histoire à proprement parler, tu l'écris au présent. Parce que si tu écris au présent des trucs qui se sont déjà passés, on va un peu se mélanger les pinceaux ... Et aussi, il faut choisir quel type de passé tu veux utiliser ( passé simple, passé composé, plus-que-parfait ), histoire de compliquer les choses.

Pour répondre à ton message ( chose que j'avais faite hier mais l'ordinateur a déconné et j'ai perdu tout mon beau post ... ) :

- au niveau de l'environnement familier, je ne suis pas sûre que tout détailler soit la meilleure option,
même si tu le fais pendant ton récit. Quand j'ouvre un roman de SF, je n'ai pas envie qu'on me montre un univers avant de faire évoluer des personnages dedans. J'ai plutôt envie de découvrir un univers grâce aux personnages, qui eux, vont évoluer dans un environnement familier. Le simple fait de dire que c'est une histoire de SF nous indique qu'il va y avoir des avancées scientifiques majeures, de la technologie poussée, des voyages dans l'espace ou je ne sais quoi d'autres. Le simple fait de parler du 3è millénaire, on comprend de suite que rien de ce que nous connaissons ne sera exposé dans ton livre, et donc on sait déjà qu'on ne sera pas dans un environnement familier, c'est pour ça que je trouve ton idée un peu bizarre.

- ben en fait, c'est un peu tout ton prologue, qui me donne l'impression de suivre un cours d'histoire. Pour moi, un prologue, c'est la première chose qu'on va lire en ouvrant ton livre. Même si je trouve ton idée intéressante, bien que pas révolutionnaire non plus, si je tombais sur un prologue comme ça, j'aurais un peu peur pour la suite. Je comprends bien que tu veux créer un environnement familier, mais je pense que pour un roman de SF, ce n'est pas utile de tout détailler, parce que ce que j'attends d'un roman de SF, c'est justement qu'il me fasse découvrir un univers au travers de ses personnages, et pas juste de voir des personnages évoluer dans un monde.

- ce n'est qu'une idée et une suggestion mais peut-être que tu ferais mieux de faire de ce prologue un préambule, donc avant ton histoire, pour vraiment planter le décors et y écrire tout ce que tu as envie d'y écrire. Ou alors, tu peux transformer ce prologue en premier chapitre, comme ça, tu pourras en écrire beaucoup plus, et nous montrer ton style d'écriture, la manière dont tu envisages de raconter les choses.

- est-ce qu'il serait possible de nous faire un bref résumé de ton histoire, ou au moins de savoir de quoi tu compte parler majoritairement ? Parce que tu nous a fait une chronologie ( tu peux faire une sorte de frise, aussi, c'est pas mal ... et plus clair ) de ce qu'il s'est passé, mais on part des voyages dans l'espace et on arrive à la nanotechnologie et, au final, pour l'instant je vois pas trop le rapport. Tu nous racontes presque en détail l'histoire des voyages dans l'espace, pour arriver à nous raconter comment un type ne change pas d'apparence après X années. Après un truc détaillé, j'ai l'impression que cette nanotech', elle tombe un peu du ciel.

- après, c'est pas le problème de trouver un intérêt à tout ce que tu veux mettre dans ton prologue, c'est de trouver une bonne manière de le dire, car je trouve assez bizarre de mettre une description du vaisseau spatial en plein milieu, puis de terminer en nous parlant d'un personnage, alors que tu n'as parlé de personne en particulier depuis le début.

- comprends bien que j'ai rien contre le fait que tu veuilles nous plonger dans un environnement familier, je trouve ça même courageux parce qu'il faut bien maîtrisé ton univers, mais en même temps, je trouve ça assez casse-gueule. Nous raconté l'histoire des voyages dans l'espace, c'est intéressant, mais faut que ça ai son importance, faut pas juste qu'on débarque sur une autre planète et que tu dises : oh, bah c'est grâce aux voyages dans l'espace, et maintenant, voilà mon histoire. Après un prologue comme ça, j'attends qu'il se passe des choses sur la Terre, sur la nouvelle planète, dans l'espace, que tu me racontes un voyage en vaisseau, que tu me parles de la nanotechnologie, que tu me parles de ce bonhomme qui vieillit plus, et tout, tu vois ? J'attends énormément de choses par la suite, donc j'ai pas envie d'être déçue.


Pour conclure : tu nous parles du troisième millénaire, ça ne sert à rien de vouloir nous plonger dans un environnement familier, parce que le lecteur n'est pas totalement idiot, il sait que non, ce ne sera pas un environnement familier pour lui. A la limite, si tu veux vraiment nous plonger dans un univers familier, il faudrait presque que tu écrives une préquelle à ton histoire ...

Tout ceci n'est que mon point de vue, évidemment.

( Au fait, n'hésite pas à passer sur ma galerie, j'écris aussi de la SF, donc ça pourrait être sympa d'échanger un peu nos points de vue sur la manière d'écrire ce genre d'histoire :D )
Avatar du membre
Ewells
Fidèle
Messages : 655
Inscrit le : 16 janv. 2013

Message par Ewells » 14 déc. 2013, 17:52

bon, je passerais les soucis de phrases qui sonnent faux / des fautes d'orthographes ou de conjugaisons qui sont un problème qui disparaitra de lui même avec un peu de volonté et d'expérience. Allons directement au centre du sujet , j'ai déjà lu de la sf de bon niveau avec beaucoup d’explication dans le genre ''space opera'' et ce qui me pose problème avec ton début de récit c'est que tu nous dis ce que l'on ne veut pas savoir maintenant ,

je m'explique : comment ils ont trouvé l'astuce pour se déplacer ok , la colonisation ok , le calcul du calendrier ? aucun intérêt , explique le nous plutôt quand un de tes personnages se posera la question , j'appliquerais le même traitement à la description des lunes , quand il s'agit de description de magnifiques paysages cela passe toujours mieux quand on en a la description par une personne ébahie devant leur beauté exotique .

En soit je trouve important que tu reconsidère non pas le nombre d’explication mais déjà leur ordre d'apparition ( je ne crois pas qu'au moment ou tu referas référence au calendrier le lecteur se souviennent que tu en avais fait la description entre deux ligne sur la colonisation )
ensuite , comme j'en ai parlé plus haut , pense aux explication par les personnages , si tu es si fan du développement des technologie que tes personnages vont croiser alors crée un personnage érudit , un ''professeur'' qui expliquera le fond de l'affaire aux autres . De ce fait tu pourra éviter que ta copie ne ressemble à un dictionnaire ( même si pour les quelques lignes sur ''l'histoire'' de la colonisation , tu peux les laisser avec ce style wiki )

maintenant pour l'intro du héros de guerre , c'est au bon moment mais les quelques soucis dans tes créations de phrases nous font un peu sortir du récit ( ce qui va sans doute s'améliorer , c'est déjà pas mal pour un début )

Pour finir je dirais que tu dois prendre ma critique avec en tête ma connaissance de ton histoire ( en somme rien) tout ce que j'ai dis ( et je vois que je me rapproche de ce qu'a dit kasseul) est plutôt une liste de souhait pour la suite qu'une vraie critique , car tu nous a donné un morceau de ton histoire qui ne nous permet pas du tout de savoir ce que l'on lit , on va avoir droit a avatar , a star wars , a l'histoire du voyage des colons , a l'histoire de la colonisation des colons , il y aura un personnage , plusieurs personnages , une histoire chorale ?

ps : en tout cas je demande a voir la suite
Lyx88
Intégré
Messages : 32
Inscrit le : 05 déc. 2013

Message par Lyx88 » 15 déc. 2013, 12:19

Bonjour,

Je vous remercie Kasseul et Ewells pour vos détails qui m'éclairent et m'encouragent beaucoup :)

J'ai suis heureux de lire ces propositions qui lorsque je les ai lues me font penser : "mais oui il/elle a raison, ce serait mieux comme ci ou comme ça...", j'ai bien fait de venir ici !!

Je vais prendre en compte vos commentaires et retravailler mon texte.

Dés aujourd'hui je commence à attaquer cette restructuration, et vous en ferais part dés que ce sera lisible ;)

Pour info Ewells, cela ne ressemblera ni à Avatar ni à Starwars et il n'ay aura pas qu'un personnage mais au moins quatre :) Et l'histoire parlera peu de la Terre, beaucoup du nouveau monde et d'un autre encore... J'ai déjà écris environ 10 fois plus que ce que je vous ai présenté ici, mais pas du tout présentable... Bref, au travail et encore merci de votre aide qui m'est très précieuse.

Si quelqu'un a d'autres idées, n'hésitez pas à m'en faire part :)


Lyx
Lyx88
Intégré
Messages : 32
Inscrit le : 05 déc. 2013

Message par Lyx88 » 16 déc. 2013, 18:16

Je viens d'effectuer une petite retouche au texte, avant d'approfondir d'avantage j'aimerais savoir si ce début de restructuration et d'allègement du texte ( point de vue détail ) est "correct" ??

Merci à vous de votre aide encore une fois, je continue à travailler les fautes de temps/d'orthographes et de poncer un peu les bords ;)

Bonne soirée/journée/autre !! :p

A bientôt


Lyx
Avatar du membre
Ewells
Fidèle
Messages : 655
Inscrit le : 16 janv. 2013

Message par Ewells » 17 déc. 2013, 14:40

Alors , je l'ai relu , et maintenant c'est au niveau des incohérences que quelques détails viennent chatouiller mon attention .

- Ton explication sur les liens entre les planètes , pourquoi pas , mais c'est l'élément le plus fantaisiste dont tu te sers et il n'a droit qu'a deux phrases qui n'ont aucun rapport ( multiplication des molécules , quel rapport entre un lien très fin qui les unis ? ) bref ce passage a besoin d'une description plus fouillée pour pouvoir être crédible !

- incohérence spatio-temporelle ensuite , pourquoi le voyage de la sonde ( qui est visiblement du uniquement du a cette étrange connexion qui unis les planètes ) prend quelques semaines , alors que les vaisseaux mettent 7 ans (en utilisant cette même connexion qui par sa nature (supposition) ne devrait pas être affectée par quelque chose d'aussi subtil que la masse des vaisseaux ) ?

- problème physique : (Et la c'est vraiment mon esprit mal placé qui parle ^^ ) Dis moi , tu utilise quoi comme moteur pour générer une atmosphère instantanée qui va éviter a tout ce beau peuple de se faire écraser par la poussée monumentale d'un passage instantané a une vitesse supérieure a celle de la lumière ? ^^ tu sais , le truc sadique qui te fait trébucher quand un bus démarre brusquement :)

- dernier problème , d'ordre social (en deux points ):- si tu construits des cités sur cette nouvelle planète , cela sous entend que tu as du faire une sélection très précise des gens qui tu emmènes , tête pensantes , maçon , militaires pour maintenir l'ordre , ici on a l'impression que les premiers arrivés étaient premiers servis .

-  et pour finir , ch'est un peu hypocrite (quoi que , comme je ne sais pas si ton histoire va prendre un ton des plus sérieux ou pas ) de dire qu'ils ont crées une planète idéale avec des gens venant de tout les pays du monde ( qui en plus étaient en guerre très récemment entre eux ) en dehors du racisme , rien que les classes sociales ont un rôle discriminant qui ne disparait pas ''par magie''

NB : par contre si tu me dis qu'il s'agit d'une dictature éclairée ( je sous entend que les types sont ''intelligent et bienveillants'' ) des coloniards et qu'ils ont une police suffisante avec un système de loi très bien étudié ( instant jap # ou que tu as vu code geass ;p #/ instant jap) , je suis d'accord.  (

Voilà si j'ai pu t'ouvrir les yeux sur quelque chose que tu trouveras intéressant à modifier , et , premier élément important , on te l'a déjà dit , mais force toi à utiliser toujours le même temps , je me demande comment tu peux laisser passer ça quand tu te relis ^^
Lyx88
Intégré
Messages : 32
Inscrit le : 05 déc. 2013

Message par Lyx88 » 20 déc. 2013, 10:17

Ewells a écrit :Alors , je l'ai relu , et maintenant c'est au niveau des incohérences que quelques détails viennent chatouiller mon attention .

J'aime :)



Ewells a écrit :- Ton explication sur les liens entre les planètes , pourquoi pas , mais c'est l'élément le plus fantaisiste dont tu te sers et il n'a droit qu'a deux phrases qui n'ont aucun rapport ( multiplication des molécules , quel rapport entre un lien très fin qui les unis ? ) bref ce passage a besoin d'une description plus fouillée pour pouvoir être crédible !

Oui en effet, c'est une idée qui expliquée oralement "tiens la route" mais qui est relativement compliquée à mettre par écrit... J'y travaille actuellement, mais j'hésite à utiliser une autre théorie tout aussi probable, je cherche avant tout à éviter de tomber dans le cliché...

Ewells a écrit :- incohérence spatio-temporelle ensuite , pourquoi le voyage de la sonde ( qui est visiblement du uniquement du a cette étrange connexion qui unis les planètes ) prend quelques semaines , alors que les vaisseaux mettent 7 ans (en utilisant cette même connexion qui par sa nature (supposition) ne devrait pas être affectée par quelque chose d'aussi subtil que la masse des vaisseaux ) ?

Bonne remarque, je pense que je vais faire une sorte de fresque comme proposé par un des commentateurs de mon histoire ( qui n'a pas vraiment commencée d'ailleurs).
Cette sonde, envoyant des informations plus vite qu'elle met à aller à cet endroit, ca ne tiens pas du tout la route en effet. Je vais faire durer cette découverte sur une ou deux dizaines d'années, je vais voir comment je peut peaufiner ca.


Ewells a écrit :- problème physique : (Et la c'est vraiment mon esprit mal placé qui parle ^^ ) Dis moi , tu utilise quoi comme moteur pour générer une atmosphère instantanée qui va éviter a tout ce beau peuple de se faire écraser par la poussée monumentale d'un passage instantané a une vitesse supérieure a celle de la lumière ? ^^ tu sais , le truc sadique qui te fait trébucher quand un bus démarre brusquement :)

La réponse est que les moteurs ionisant l'énergie peuvent aller à des vitesses relativement élevées mais progressivement, une fois dans le "couloir", l'accélération est inversée et le vaisseaux tente un ralentissement pour éviter ce problème de trébuchage lol... Tu en penses quoi ?

Ewells a écrit :- dernier problème , d'ordre social (en deux points ):- si tu construits des cités sur cette nouvelle planète , cela sous entend que tu as du faire une sélection très précise des gens qui tu emmènes , tête pensantes , maçon , militaires pour maintenir l'ordre , ici on a l'impression que les premiers arrivés étaient premiers servis .


- et pour finir , ch'est un peu hypocrite (quoi que , comme je ne sais pas si ton histoire va prendre un ton des plus sérieux ou pas ) de dire qu'ils ont crées une planète idéale avec des gens venant de tout les pays du monde ( qui en plus étaient en guerre très récemment entre eux ) en dehors du racisme , rien que les classes sociales ont un rôle discriminant qui ne disparait pas ''par magie''

Oui ce n'est pas encore tout à fait au point, je veut éviter d'en dire trop mais je tombe facilement dans l'inverse et je n'en donne pas assez. Dans mon illustre imagination, les gens venant sont d'abord animés par une envie de nouveauté, d'aventure, et surtout, la religion n'est pratiquée que par peu d'humains.
Ce départ se passe longtemps après la guerre, les tensions sont donc estompées. Du moins je vais faire en sorte que ça le soit :)
Pour l'histoire, sérieuse mais pas trop ;) déjà les principaux protagonistes sont relativement jeunes et certains sont liés à Eltan Skardas... Et ils ne sont pas très représentatifs de la lignée qui les précèdent, Bref...



Ewells a écrit :NB : par contre si tu me dis qu'il s'agit d'une dictature éclairée ( je sous entend que les types sont ''intelligent et bienveillants'' ) des coloniards et qu'ils ont une police suffisante avec un système de loi très bien étudié ( instant jap # ou que tu as vu code geass ;p #/ instant jap) , je suis d'accord.  (


Je souhaité soulever ce passage après le prologue et en effet, les Coloniards ont évidement tout prévu, encadré. Et en effet ils sont d'une nature bienveillante et sont en quelque sorte, les sages de ce monde. J'ai créé un système économique et social assez particulier, prônant la liberté et la paix. Et peu économique, quoique ce nouveau monde refourgue à la Terre quelques ressources qu'ils ont en énorme quantité, ce qui assure une économie solide à Nova ;) bref... on s'en fout pour l'instant


Ewells a écrit :Voilà si j'ai pu t'ouvrir les yeux sur quelque chose que tu trouveras intéressant à modifier , et , premier élément important , on te l'a déjà dit , mais force toi à utiliser toujours le même temps , je me demande comment tu peux laisser passer ça quand tu te relis ^^

Les temps sont pour moi un cauchemar lol mais ce sera bientôt de l'histoire ancienne.

Tu m'as donc en effet ouvert les yeux et ta critique correspond exactement à ce que j'attendais en venant ici. Tu m'aides beaucoup à comprendre ce qu'un lecteur peut voir, ne pas voir, comprendre, confondre, imaginer, et c'est ce qu'il me manque en étant un micro lecteur très limité.
J'aime l'approche que tu donnes à ce que tu lis. Bref, je vais arrêter car tes élastiques de chaussettes risquent de voler dans les yeux de quelqu'un...

Merci encore à toi pour ton commentaire très constructif qui me permettra d'avancer sur des bases plus solides que celles que je peut voir lorsque j'écris tout seul dans mon coin.
Avatar du membre
Ewells
Fidèle
Messages : 655
Inscrit le : 16 janv. 2013

Message par Ewells » 20 déc. 2013, 11:48

J'aime l'approche que tu donnes à ce que tu lis. Bref, je vais arrêter car tes élastiques de chaussettes risquent de voler dans les yeux de quelqu'un...
J'ai ri.

Bref , j’attends la suite^
Lyx88
Intégré
Messages : 32
Inscrit le : 05 déc. 2013

Message par Lyx88 » 21 déc. 2013, 19:09

En tout cas merci de m'aider :)
Je suis quelqu'un de persévérant et je compte bien te faire lire de la qualité ;) ( non je suis pas love xd )
Ravi de t'avoir fait sourire mdr
Lyx88
Intégré
Messages : 32
Inscrit le : 05 déc. 2013

Message par Lyx88 » 19 mars 2014, 22:20

Quelques modifications apportées =)
Lyx88
Intégré
Messages : 32
Inscrit le : 05 déc. 2013

Message par Lyx88 » 15 déc. 2017, 19:19

Presque 5 ans plus tard :




Avoir ce dont on a besoin rends heureux, avoir ce qu’on désire donne des plaisirs fanés.





Le 1er septembre 3558 est le jour où le tout premier colon de la Terre, est arrivé sur notre monde, Nova. Nous ne stoppons jamais nos activités ce jour-là, car c’est bien le travail qui nous a amené ici, et la paraisse n’a pas sa place un tel jour. Traik, je te prie, tu devrais te montrer attentif, tu sais que…
- Oui « mon père », je sais, pardonnez-moi monsieur, répondit Traik, le fils de l’honorable Elthan.
- En effet, et ne me coupe pas la parole pour me présenter des excuses, c’est parfaitement idiot, rétorqua le professeur Gohifre en le regardant avec ses sourcils froncés très singuliers.

Cela faisait deux ans que le professeur enseignait divers cours à l’école des coloniards, au sommet de la Tour d’épée, centre politique de Nova. Traik était un enfant intelligent. Il déconcertait les plus érudits par sa précision alors qu’il paraissait tout à fait déconcentré. L’enfant d’à peine treize ans mesurait une certaine capacité à comprendre les choses les plus complexes et à les expliquer simplement. En revanche il méprisait les autres même si l’enfant qu’il était alors feintait la politesse.

- Rabâcher le passé ne l’est peut-être pas ? ceci n’est pas un affront professeur, je pense seulement que vous devriez parler de ce qu’on va faire dans l’avenir ! et pas continuer à se glorifier du passé ! cria Traik, s’amusant d’amuser la classe et amusé d’avance par la réponse pas très amusante du professeur.
- Nous n’avons jamais autant appris depuis que l’humanité a mis le pied ici mon cher, répondit Gohifre.
- Oui oui je sais, le savoir c’est U-L-T-I-M-E … se moqua Traik en gigotant ses deux mains et levant les yeux au ciel.
- La connaissance c’est la conscience petit gnome ignare... Grommela le professeur.

Il était évident que Traik ne l’entendait pas comme ça. Et vingt années plus tard peu de choses avait vraiment changé.
Traik avait brillement réussi ses études, et travaillait comme beaucoup d’érudits noviens dans la recherche de la connaissance. Traik avait une véritable armée de scientifiques sous ses ordres. Il a concentré la majorité de sa vie à travailler sur une des trois planètes qui avaient été supposées habitables lors des premières visites du système par les terriens.
Discorde. Ce monde gris était une tempête magnétique à lui tout seul. Difficile de s’en approcher, dangereux et jugé impossible de réussir à y envoyer une sonde. Le monde a été abandonné par la plupart des chercheurs. Traik avait beaucoup étudié cette planète pour ses tempêtes. Il en a compris une certaine partie et a même réussi à provoquer des reproductions miniatures dans son laboratoire.
Répondre

Retourner vers « Le coin des artistes »