Dry de Neil et Jarrod Schusterman

Parce qu'il est impossible de citer tous les genres littéraires (ou tout simplement de catégoriser un livre), ici se trouvent les livres n'ayant pas trouvé leur place ailleurs.
Répondre
Avatar du membre
Moony
Assidu
Messages : 365
Inscrit le : 21 déc. 2017
Genre :

Dry de Neil et Jarrod Schusterman

Message par Moony » 26 mai 2019, 16:14

Dry de Neil et Jarrod Schusterman

Image

Avez-vous déjà eu vraiment soif ?
La sécheresse s'éternise en Californie et le quotidien de chacun s'est transformé en une longue liste d'interdictions : ne pas arroser la pelouse, ne pas remplir sa piscine, limiter les douches...
Jusqu'à ce que les robinets se tarissent pour de bon. La paisible banlieue où vivent Alyssa et sa famille vire alors à la zone de guerre.
Soif et désespoir font se dresser les voisins les uns contre les autres. Le jour où ses parents ne donnent plus signe de vie et où son existence et celle de son petit frère sont menacées, Alyssa va devoir faire de terribles choix pour survivre au moins un jour de plus.
À la croisée des sagas U4 et la 5e vague, un roman catastrophe aux accents prophétiques.
Par l'auteur de la trilogie best-seller La Faucheuse, Neal Shusterman, et son fils.

Éditeur : Robert Laffont (R)
Date de sortie : 22 novembre 2018
Disponible en format Poche : Pas encore


Avatar du membre
Moony
Assidu
Messages : 365
Inscrit le : 21 déc. 2017
Genre :

Message par Moony » 26 mai 2019, 16:35

C'est un livre Young Adult, que j'ai écouté en livre audio (lu par 2 personnes, une fille et un garçon qui se répartissaient les chapitres selon les personnages). 

Je suis très partagée sur ce roman. C'est effectivement une histoire qui fait réfléchir, surtout dans le climat actuel et notre société de consommation. Je l'ai trouvé très réaliste : jusqu'où sommes-nous prêt à aller pour survivre ? Beaucoup de passages illustrent justement des scènes catastrophiques et démesurées par les circonstances, mais qui d'une façon ou d'une autre prennent leur sens et ouvrent les yeux. C'était parfois poignant, comme les passages
Spoiler: Afficher
avec leur oncle Herb et sa femme au bord de la mort, ou la grand-mère dans la caravan qui se bat avec Alyssa pour le verre d'eau et finit par y mourir brulée, ou la plus triste à mes yeux, quand Alyssa sort le pistolet pour achever son frère avant qu'ils ne se fassent rattraper par l'incendie. A ce moment là, je me suis dit "Et si c'était moi ? Est-ce que je serais prête à tuer de sang froid ma petite soeur pour lui éviter l'agonie ?"

On suit d'abord Alyssa, puis au fil de l'histoire, on découvre d'autres points de vue, tous des adolescents (18 ans max je crois). J'ai apprécié que les personnages soient chacun motivé à survivre pour des raisons différentes, et surtout aux moralités nuancées. Par contre, j'ai les ai trouvé "mal écrits". Surtout au début, où on découvre les persos, et il y a eu des fois où j'ai littéralement éclaté de rire tellement c'était cliché ou complètement absurde (ex : si je me rappelle bien, un des ado compare draguer une fille à la chasse. Il faut l'approcher silencieusement par derrière, se familiariser à son environnement, avoir une odeur agréable, etc. Bref, cringy au possible). Heureusement, il y a une évolution chez eux entre le début et la fin, donc ça finit par passer. 

Je n'ai pas spécialement trouvé qu'il y avait des longueurs, mais par contre j'ai été un peu déçue de la fin que j'ai trouvé précipitée. L'ellipse est un peu trop facile à mon goût. 

De façon générale, j'ai apprécié ce livre même si j'aurais préféré qu'il soit raconté plutôt par des jeunes adultes que des ados, et ça me donne envie de lire des romans catastrophes/post-apo, donc je pense que c'est une bonne introduction dans le genre :) 
Avatar du membre
Pierre de Lune
Fidèle
Messages : 931
Inscrit le : 08 sept. 2017
Âge : 60
Contact :

Message par Pierre de Lune » 03 juin 2019, 19:58

Moony a écrit :
26 mai 2019, 16:35
jusqu'où sommes-nous prêt à aller pour survivre ?
Si tu t'intéresses au sujet, Moony, va aux sources: ce qu'écrivent ceux qui ont survécu. Tu verras qu'il y a un gouffre entre ce qu'ils écrivent et ceux qui écrivent sur ce qu'ils s'imaginent de ceux qui survivent.
Le même genre de gouffre entre un Américain écrivant sur les Amérindiens (il y en a encore parce que leurs ancêtres ont fait le choix de survivre) et ce qu'écrivent les Amérindiens.
Répondre

Retourner vers « Autres lectures »

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 1 invité