• Les Furtifs - Alain Damasio
  • Livres basés sur des faits scientifiques démontrés ou extrapolés pour donner un récit où la technologie joue un rôle majeur dans un univers futuriste (colonisation d'autres mondes, création de robots intelligents, etc.)
    Répondre
    Avatar du membre
    Valar Morghulis
    Rat de bibliothèque
    Messages : 4251
    Inscrit le : 20 déc. 2012
    Genre :

    Message par Valar Morghulis » 06 mai 2019, 22:25

    Les Furtifs de Alain Damasio

    Image

    Ils sont là parmi nous, jamais où tu regardes, à circuler dans les angles morts de la vision humaine. On les appelle les furtifs. Des fantômes ? Plutôt l’exact inverse : des êtres de chair et de sons, à la vitalité hors norme, qui métabolisent dans leur trajet aussi bien pierre, déchet, animal ou plante pour alimenter leurs métamorphoses incessantes. Lorca Varèse, sociologue pour communes autogérées, et sa femme Sahar, proferrante dans la rue pour les enfants que l’éducation nationale, en faillite, a abandonnés, ont vu leur couple brisé par la disparition de leur fille unique de quatre ans, Tishka – volatilisée un matin, inexplicablement. Sahar ne parvient pas à faire son deuil alors que Lorca, convaincu que sa fille est partie avec les furtifs, intègre une unité clandestine de l’armée chargée de chasser ces animaux extraordinaires. Là, il va découvrir que ceux-ci naissent d’une mélodie fondamentale, le frisson, et ne peuvent être vus sans être aussitôt pétrifiés. Peu à peu il apprendra à apprivoiser leur puissance de vie et, ainsi, à la faire sienne.

    Éditeur : La Volte
    Date de sortie : avril 2019


    Image 
    Avatar du membre
    Valar Morghulis
    Rat de bibliothèque
    Messages : 4251
    Inscrit le : 20 déc. 2012
    Genre :

    Message par Valar Morghulis » 06 mai 2019, 22:26

    Lecture en cours.... forcément, un nouveau Damasio, qui promet d'être aussi génialissime que La Horde... je me suis jetée dessus !

    Je n'ai lu qu'une centaine de pages pour l'instant et ça s'annonce grandiose.
    Image 
    Avatar du membre
    ChaFo
    Modératrice
    Messages : 2498
    Inscrit le : 07 avr. 2015
    Genre :
    Âge : 31
    Contact :

    Message par ChaFo » 07 mai 2019, 11:36

    La 4e de couverture va dans ce sens... Ça semble tellement original que c'est dur de résister ^^ C'est un tome unique ?
    Avatar du membre
    Valar Morghulis
    Rat de bibliothèque
    Messages : 4251
    Inscrit le : 20 déc. 2012
    Genre :

    Message par Valar Morghulis » 13 mai 2019, 15:40

    Oui, rien avant, rien après. Et c'est un beau bébé de presque 700 pages, donc il y a de quoi faire..

    Pour l'instant, j'adore. Et je ne vois aucune raison d'être déçue par la suite.
    Image 
    Avatar du membre
    Valar Morghulis
    Rat de bibliothèque
    Messages : 4251
    Inscrit le : 20 déc. 2012
    Genre :

    Message par Valar Morghulis » 24 mai 2019, 10:07

    Bon ben.... j'ai été déçue  😨 😩 😭

    Je vous recopie l'avis écris sur mon blog : 
     Ce livre avait absolument tout pour me plaire. C'était un coup de coeur à l'avance, rien qu'à voir sa couverture, rien qu'à lire son résumé. En fait, juste le nom de "Alain Damasio" m'a convaincu.
    Alain Damasio a tout compris sur la vie. Il a compris la musique, les sons, les couleurs. Il comprend le monde, son fonctionnement. Comme s'il communiquait avec la Nature et qu'elle lui expliquait comment transposer son essence en mots.
    Quoi que Damasio écrive, c'est juste, beau, poétique. C'est émouvant et percutant. Il comprend les choses, mais plus encore il sait comment écrire ce qu'il comprend.
     
    Avec ses mots, il nous entraîne, il nous happe dans son monde et nous montre comment lire, écouter, comment voir et regarder, comment sentir et ressentir... et même comment aimer. Il nous apprend la vie, il nous rend poètes.
     
    Tout, TOUT m'a plu, dès le départ. Je suis tombée amoureuse aux premières lignes, j'ai eu l'impression de retrouver un vieil ami, délaissé depuis trop longtemps.
     
    J'ai senti la fascination monter, le chef d'oeuvre grandir, tous les éléments se réunir... et pourtant... qu'est-ce qu'il s'est passé ? Pourquoi ?! Est-ce que c'est moi, Alain, qui ait loupé quelque chose ? Est-ce que j'étais trop fatiguée, trop à côté de mes pompes, quand j'ai lu ton roman, pour que certains passages m'ennuient ? Pour que je perde à ce point l'intérêt de ma lecture, au fil des pages, que celle-ci traîne en longueur, jusqu'à me demander si j'allais réussir à la finir ?
     
    Pourtant, quand j'y repense, quand j'écoute "Entrer dans la couleur", j'aime de tout mon amour ton histoire, Alain, j'aime tes furtifs, j'aime la couleur, ta musique, la mélodie de tes mots. J'ai plongé à l'aveugle dans ton histoire, pourquoi est-ce que je me suis perdue en route ?
     
    Je suis déçue, infiniment déçue, car je sais que j'ai un chef d'oeuvre entre les mains, j'ai une pépite sans équivalent.... mais j'ai décroché. Je m'en veux de ne pas avoir su être passionnée à chaque ligne, de ne plus entendre ton frisson, la vibration de tes mots...
    Il y avait trop de scientifique, trop de révolte. Il y avait trop de ces petits éléments qui m'ont fait décrocher, un peu plus à chaque page.
     
    J'ai eu l'impression que le roman réunissait deux univers : celui des furtifs et celui d'une société qui ne donne pas envie. Celui d'un futur probablement trop réaliste, que je ne veux pas voir, dont je ne voudrais pas faire parti. Ce deuxième récit, c'est l'histoire d'une révolte, d'un peuple qui s'insurge et je n'avais pas envie de lire ça.
    Je suis tellement fascinée par tes furtifs, que j'aurais voulu qu'il n'y ait plus qu'eux...
     
    J'ai un goût amer dans la bouche, comme si j'étais passée à côté de quelque chose d'énorme, de génial, que je n'aurais pas su apprécier et savourer...
    Image 
    Avatar du membre
    Aszala
    Fidèle
    Messages : 673
    Inscrit le : 11 août 2017
    Localisation : Alsace
    Genre :
    Âge : 27

    Message par Aszala » 24 mai 2019, 14:54

    C'est l'aspect politique qui t'a déplu? Ou bien juste le fait que comme ça résonne trop avec notre société, ça t'a gâché ton voyage, ton échappée livresque?
    Avatar du membre
    Pierre de Lune
    Passionné
    Messages : 1215
    Inscrit le : 08 sept. 2017
    Âge : 61
    Contact :

    Message par Pierre de Lune » 24 mai 2019, 16:53

    Je suis sur la file d'attente de la médiathèque. Je me plonge dedans dès que je mets la main dessus.
    Avatar du membre
    Valar Morghulis
    Rat de bibliothèque
    Messages : 4251
    Inscrit le : 20 déc. 2012
    Genre :

    Message par Valar Morghulis » 27 mai 2019, 10:58

    Aszala a écrit :
    24 mai 2019, 14:54
    C'est l'aspect politique qui t'a déplu? Ou bien juste le fait que comme ça résonne trop avec notre société, ça t'a gâché ton voyage, ton échappée livresque?

    Probablement un peu des deux. Je ne suis pas dans une période où je lis de la SF et encore moins quand elle a un côté dystopique, alors que là c'est clairement le cas. Je pense que je ne m'attendais simplement pas à ça et que je n'ai pas apprécié la surprise. Mais comme j'ai dis, je sais reconnaitre un bon livre quand j'en ai un dans les mains, j'ai juste pas réussi à rester plongée dedans.
    Image 
    Avatar du membre
    Pierre de Lune
    Passionné
    Messages : 1215
    Inscrit le : 08 sept. 2017
    Âge : 61
    Contact :

    Message par Pierre de Lune » 25 juin 2019, 20:36

    Il est dans les mêmes tonalités que la horde du contrevent. J'ai adoré. En partie pour les même raisons.

    C'est un auditif (façon de classer les gens en fonction de leur d'acquisition de données préférentielle qui s'appelle VAKOG). La majorité des gens sont des visuels. Cela veut dire qu'ils récupèrent 90% de ce qu'ils voient et retiennent 10% de ce qu'ils entendent. raison pour laquelle, dans les formations, on dit répéter, répéter, répéter. Pour un auditif, c'est l'inverse. Exemple de conversation avec mon fils du temps où il était avec moi en conduite accompagnée et tentait de me réaligner sur ce qu'on lui apprenait (à juste raison) à l'autoécole.
    - Maman, tu es en excès de vitesse. Le panneau disait...
    - Quel panneau?
    - Maman, conduire, c'est aussi regarder les panneaux.
    - Désolée, voir ou conduire, il faut choisir. Je ne peux pas à la fois voir la route et à côté de la route. Donc je regarde la route.

    Je peux ne pas voir un éléphant dans un couloir tant qu'il ne bouge pas. Je "perd" mes stylos sur mon bureau, ma voiture dans les parkings, je ne reconnais pas ma valise sur les tapis roulants des aéroports. Si je regarde un film et qu'il y a un grand blond et un petit brun, je m'en sors à peu près; sinon, galère. Je suis l'histoire à l'oreille, j'identifie les personnages à leur timbre de voix. Je vais plus souvent écouter un concert que voir un film. En revanche, je n'ai jamais su ce qu'était apprendre une leçon. Je me souvenais toujours de ce qu'avait dit le professeur. J'entends la plainte d'une pompe à la cave. Un moteur qui ne tourne pas rond me fait me retourner.
    Donc, dans un livre, les descriptions me laissent de marbre; elles ne m'évoquent rien. En revanche, les sons et les ressentis font tilt. Et donc l'écriture de Damasio.

    Une phrase (parmi quelques milliers) qui m'a bien plu: "Les furtifs nous ont appris une chose: il n'y a pas de lendemains qui chantent. Il n'y a que des aujourd'huis qui bruissent."

    Valar Morghulis a écrit :
    27 mai 2019, 10:58
    elle a un côté dystopique
    mais tant que ça. Damasio explore la logique de l'ultralibérarisme, des zones réservées en fonction de son compte en banque, et ça, c'est déjà là. Dans les grandes villes comme Mexico, il y a des zones réservées aux riches, avec des grilles et des gardiens armés. Il y a un tas de gens qui n'ont pas la bonne couleur de peau pour errer dans Paris et qui ne peuvent pas s'y balader sans qu'on leur demande leurs papiers. Le niveau d'éducation n'est pas le même dans le 93, au fin fond de la Creuse et le cinquième arrondissement de Paris.
    Côté forme, il détourne des sigles, alterne des niveaux de langues très différents, dislexe à souhait, mouve la langue.
    Côté fond, il défend l'enjeu primordial que sont les communs face à l'appropriation par des entités nébuleuses, le droit de tous à vivre qui va avec, la fête et la chaleur des mouvements de résistance, de ceux qui s'obstinent à s'accrocher à la réalité au lieu de filer dans les mondes virtuels, la résistance au flicage par les IA (intelligences artificielles).
    Spoiler: Afficher
    J'ai été aussi surprise par la tonalité optimiste de la fin, alors que les jalons du début laissent plutôt prévoir la cata.

    Bref, un livre hors norme, décalé et militant, très riche par les thématiques abordées.
    Ce fut pour pour moi un moment de pur bonheur. Mais il peut mettre mal à l'aise. En fait, il est fait pour mettre mal à l'aise, pour bouger les lignes, pour sortir les cerveaux hors des sentiers grillagés.
    Avatar du membre
    Aszala
    Fidèle
    Messages : 673
    Inscrit le : 11 août 2017
    Localisation : Alsace
    Genre :
    Âge : 27

    Message par Aszala » 03 oct. 2019, 11:02

    J'ai trouvé que c'était une sorte de mélange de ses oeuvres précédentes : la poésie et la persévérance de La horde du contrevent, l'aspect politique de La zone du dehors, les interrogations présentes dans certaines nouvelles d'Aucun souvenir assez solide, le tout avec probablement plus de maturité et d'humanité. 

    Je trouve que c'est (très) bien écrit, même si personnellement j'ai du mal à apprécier certains passages où je trouve qu'il en fait trop au niveau de la langue. 
    Ce qu'il laisse entrevoir de son univers est très intéressant (je regrette presque de ne pas en voir davantage) et parait dans l'ensemble crédible et cohérent. Notamment l'organisation des villes sous la coupe de grands groupes.

    Au niveau de la structure de l'histoire, j'ai trouvé que ça faisait un peu trop "va trouver telle personne, qui elle même va te dire d'aller voir une autre personne &c." vers le milieu du récit.

    J'ai également trouvé un peu étrange la mise en page : la partie narrative en bloc sans alinéa, et les dialogues regroupés d'un autre côté et sans le moindre entrecoupement par de la narration.

    Sinon pour moi, c'est plutôt le contraire de Valar : les furtifs me laissent globalement indifférents alors que la société décrite pose de bonnes questions et résonne parfaitement avec certaines questions actuelles, même si j'ai été ô combien surpris de ne pas voir la moindre allusion au réchauffement climatique (ou alors je suis vraiment passé à côté), comme si le problème n'avait jamais existé, or quand on parle d'un futur proche comme c'est le cas dans Les furtifs, il est selon moi plus que questionnable de passer outre.

    Spoiler: Afficher
    J'ai également du mal avec son enthousiasme pour l'hybridation avec les furtifs, et le côté un peu trop mystique par endroits.

    Au final, j'ai trouvé que c'était de la très bonne SF résolument contemporaine, avec un travail intéressant au niveau de la langue et de la forme, mais un certain nombre d'aspects qui m'ont personnellement un peu gêné.
    Avatar du membre
    Pierre de Lune
    Passionné
    Messages : 1215
    Inscrit le : 08 sept. 2017
    Âge : 61
    Contact :

    Message par Pierre de Lune » 06 oct. 2019, 19:36

    Aszala a écrit :
    03 oct. 2019, 11:02
    même si j'ai été ô combien surpris de ne pas voir la moindre allusion au réchauffement climatique

    On dirait que ce livre met mal l'aise pas mal de gens. Je trouve ton commentaire assez fascinant. J'ai plusieurs explications (qui n'engagent que moi) à te proposer:
    - Damasio a commencé son livre il y a quinze ans, alors que ce n'était pas le sujet n°1 à la mode.
    - Il n'a jamais été dans les clous mainstream.
    - C'est une fiction, pas un essai sur demain (quoique, c'est peut-être bien pour ça qu'il met mal à l'aise et c'est ce que Damasio cherche).
    - Question climat, je te suggère de chercher dans les angles morts (en bon chasseur de furtif) comme la défense des communs.

    Par exemple, il s'est impliqué dans la ZAD de Notre Dame des Landes. Ce n'était pas seulement le refus de l'aéroport; il y a eu un tas d'expérimentations d'agriculture collective (qui ont été sauvagement démantelées je crois). Les communs, c'est ce qui fait communauté. Par exemple, dans nos communs (en France), il y a l'école et l'hôpital. Quand il n'y a plus assez d'argent, parce que les impôts rentrent de moins en moins, l'école et les soins communs deviennent lamentables et les endroits de qualité deviennent des biens privés qu'il faut payer cher. Les riches en ressortent de plus en plus riches et les pauvres se retrouvent enfermés dans des trappes à misère et des ghettos gangrenés par la violence. C'est la logique d'une recherche de profit à n'importe quel prix qui a généré la destruction de 80 % de la faune sauvage sur terre et sur mer en 50 ans. Je pense qu'il n'attaque pas de front la question du climat, il attaque de front les déterminismes qui nous ont conduits à cette situation.
    On peut en parler quand tu veux :D
     
    Avatar du membre
    Aszala
    Fidèle
    Messages : 673
    Inscrit le : 11 août 2017
    Localisation : Alsace
    Genre :
    Âge : 27

    Message par Aszala » 07 oct. 2019, 12:47

    Pierre de Lune a écrit :
    06 oct. 2019, 19:36
    - Damasio a commencé son livre il y a quinze ans, alors que ce n'était pas le sujet n°1 à la mode.
    Il l'a beaucoup retravaillé entre temps, et même à l'époque ce n'était pas si anodin que ça comme sujet, du coup je ne pense pas ça soit ça.

    En y réfléchissant un peu, je me dis que c'est probablement parce que ce n'est pas le thème sur lequel il souhaite se focaliser dans le bouquin. Ce qui l'intéresse, c'est notamment la société de surveillance et le numérique et surtout en dénoncer les travers. Or s'il avait également abordé le changement climatique, son propos initial aurait été dilué ; c'est peut-être ce qu'il s'est dit.

    Mais bon, je projette également un peu mes préférences et désirs personnels. Dans mon esprit, si on souhaite parler du futur proche, quel que soit la thématique centrale, c'est à mon avis un sujet incontournable, qu'on est obligé d'inclure dans l'équation, ne serait-ce que pour donner de la crédibilité à sa projection, et parce que tout est plus ou moins lié.
    (Du coup, maintenant, je me demande s'il avait évoqué ou non ce sujet dans ses nouvelles)

    Pour le reste, je suis d'accord avec toi. Je suis déjà relativement conscient et sensible à tous ces aspects.
    Répondre

    Retourner vers « Science-fiction »