Avis sur Que passe l'hiver de David Bry

Livres ayant souvent un cadre moyenâgeux où intervient la magie. À la différence du fantastique, l'univers décrit et les évènements s'y déroulant sont acceptés comme étant monnaie courante sans être remis en doute.
Répondre
Avatar du membre
Agenor
Administrateur
Messages : 6687
Inscrit le : 12 déc. 2012
Localisation : Grand Est !
Genre :
Âge : 28

Message par Agenor » 08 sept. 2019, 23:28

Que passe l'hiver de

Image

Résumé du livre

« Les fils du destin chantent la mort. La mort et la souffrance. Ils parlent de la fin de toutes choses. Et de toi, Stig. »

Stig vient d’avoir vingt ans, l’âge de porter une épée et de se rendre — enfin ! — sur le Wegg, l’étrange montagne où réside son souverain, le roi de la Clairière. Mais son premier solstice d’hiver ne se déroule pas comme il l’avait imaginé. À peine le jeune seigneur est-il arrivé que la mort répond aux augures néfastes et que les fils enchevêtrés du destin tissent un avenir que personne, ni homme ni dieu, semble pouvoir prédire.
Menacé sans qu’il en comprenne la raison, Stig aura fort à faire pour découvrir ce qui se trame dans l’ombre des festivités, protéger ceux qu’il aime... et même survivre. Y parviendra-t-il ?

À propos du livre :

Que passe l'hiver est un huit-clos de fantasy publié par la maison d'édition HSN en mai 2017. Il a été réédité en livre de poche par Pocket en Avril 2019. David Bry est un auteur français ! :)


Avatar du membre
Agenor
Administrateur
Messages : 6687
Inscrit le : 12 déc. 2012
Localisation : Grand Est !
Genre :
Âge : 28

Message par Agenor » 08 sept. 2019, 23:55

Que passe l'hiver est un livre de fantasy, un huit-clos immersif qui nous plonge dans une ambiance nordique avec sa propre mythologie. On y découvre La Clairière, lieu de vie de 4 clans et notamment du Wegg où se déroule tout le roman.
Dans ce monde entouré de légendes, Le Dieu Sombre a créé La Clairière et est retourné sous terre régner. Un de ses fils, un Ordrain, règne sur la Clairière et sur les Hommes qui y vivent. Chaque année, au solstice d'hiver, les 4 clans fêtent le solstice au Wegg et y renouvellent leur serment d'allégeance au Roi de l'Hiver, le Roi de la Clairière.
Chacun des 4 clans qui composent la clairière possèdent un don pour chacun de leurs membres : le pouvoir de lire les fils du Destin, le pouvoir d'appeler des esprits, celui de pouvoir se changer en animal et enfin celui de pouvoir se déplacer dans les ombres sans être vu.

Stig attendait depuis longtemps de pouvoir assister à sa première fête du solstice d'hiver. Fils du seigneur Orwain, chef du clan Feyren. Stig a un pied bot et est totalement ignoré par son père qui le considère comme un infirme. Heureusement, son frère Erwald entretien une bonne complicité avec Stig.

La fête du solstice arrive et Stig se met en route avec son clan vers le Wegg pour retrouver les 3 autres clans et participer aux festivités. Néanmoins, tout ne se passe pas comme prévu, loin de là, et Stig fini par regretter d'être venu. Chaque jour voit un nouveau mort sans que l'on ne sache qui est l'assassin, ni pourquoi. Stig se charge de découvrir les raisons de ces assassinats qui touchent également ses amis et son clan.

David Bry nous plonge véritablement au sein de l'univers de La Clairière qui nous donne un petit goût de terre nordique empreinte de légendes et de mythes. Sa plume nous dépayse totalement pour mieux nous immerger dans cet univers qui nous permet de nous interroger sur le lien entre les hommes et les dieux ; et plus concrètement le pouvoir du libre arbitre humain face à ces divinités. C'est un univers très détaillé.

La différence physique de Stig et le rejet des autres lui ont donné une autre vision sur le monde qui l'entoure, plus poétique. En effet, Stig a choisi de se tourner vers la nature pour oublier le rejet des autres et nous partage son point de vue sur les beautés neigeuses du monde qui l'entoure. Son émerveillement est communicatif.

Le récit avance, les morts également sans que l'on ne puisse deviner ce qui se trame. Dès que l'on devine quelque chose, on se rend compte qu'il y a quelque chose d'encore plus grand derrière ; de ce côté là la fin est difficile à prévoir, ce qui est une très bonne chose.

Les seuls bémols que je pourrais reprocher à ce roman sont les répétitions liées à Stig : effectivement, il est très souvent répété qu'il a le pied bot, qu'il a perdu telle et telle personne qui lui est chère, comme un auto-apitoiement, et au bout d'un moment cela devient lassant ... De même, la fin aurait mérité un chapitre ou deux supplémentaires, j'attendais quelque chose derrière. Mais c'est un choix de l'auteur et cela laisse un goût amer, ce qui est je pense justement le but de ce roman qui a été écrit pour être une tragédie.
Répondre